Wilbert Coffin

Cette affaire retentissante qui s'est déroulée au Québec contribua beaucoup à faire avancer l'idée de l'abolition de la peine de mort au pays.

Au début du mois de juin 1953, l'Américain Eugène Lindsay, son fils de 17 ans et un ami du jeune garçon quittent leur maison de Pennsylvanie pour aller chasser l'ours à Gaspé. Leur famille attend leur retour le 15 juin.

On les aperçoit pour la dernière fois vivants le 9 juin à Gaspé. Un mois plus tard, les chercheurs découvrent leur camionnette, puis trois corps, en plein bois, à 30 ou 40 milles de la ville la plus proche. Les soupçons se portent sur un certain Wilbert Coffin, prospecteur de 40 ans.

Au moment de son arrestation, Wilbert Coffin est endetté. Il a été vu en compagnie des victimes, avec lesquelles il aurait passé plusieurs heures avant, selon ses dires, de les quitter pour continuer son travail de prospection.

Le procès s'ouvre le 19 juillet 1954 devant le juge Gérard Lacroix. Wilbert Coffin n'est accusé que du meurtre de Richard Lindsay, car, en vertu du droit pénal canadien, on ne peut réunir dans un seul procès plusieurs accusations de meurtre.

Si le ministère public a noté un nombre important de circonstances incriminantes, on remarque cependant l'absence de preuve directe. En effet, personne n'a été témoin du meurtre et l'accusé a toujours nié l'avoir commis.

Malgré cela, Wilbert Coffin est déclaré coupable et pendu à Montréal le 10 février 1956. Il avait 41 ans.

  

« Il faudrait dans une société idéale que les citoyens réagissent constamment devant toute injustice. »
Jacques Hébert, ardent abolitionniste

En 1958, avec Coffin était innocent, Jacques Hébert lance sa première dénonciation de ce qu'il a qualifié de « plus grand scandale judiciaire du siècle ».

Cinq ans plus tard, défiant les juges responsables de ce qui devenait « un cas de conscience à l'échelle de la nation », il publie son célèbre J'accuse les assassins de Coffin, qui lui vaut une condamnation pour outrage au tribunal et dans lequel il s'élève contre la peine capitale.

En 1963, avec son ami Pierre Elliott Trudeau, il fonde la Ligue des droits de l'homme, aujourd'hui Ligue des droits et libertés, dont il sera le président jusqu'en 1972.


Par la suite, en 1964, le juge Jules Deschêne fut nommé procureur de la commission qui enquêta sur l'affaire Coffin pour déceler une éventuelle injustice. L'enquête, qui entendit 200 personnes dont les jurés au procès, confirma toute la procédure et le verdict.

« Consentir à autrui le pouvoir de vie et de
mort sur soi, ou se croire si au-dessus de
tout qu'on puisse décider du prix de telle ou
telle vie, c'est quitter toute dignité et laisser
le mal devenir une valeur. »
Michel Quint, extrait d'Effroyable jardin

 

Page précédenteRetour dans le haut de la page