es phénomènes météorologiques
Ils inspirent souvent les poètes, causent bien des maux et ravagent parfois le travail d’une vie. Les humains les observent depuis toujours, mais comment se forment-ils?

Saviez-vous que?
Au Canada, pendant une année moyenne, 80 tornades font 2 morts et 20 blessés, sans parler des millions de dollars de dégâts aux propriétés.

La tornade
La tornade typique se manifeste d'abord comme un tourbillon dans un gros nuage d'orage, derrière un rideau de pluie ou de grêle violente. Le ciel devient sombre, comme s'il faisait nuit. Puis, la tornade s'abat violemment, sous la forme d’un nuage en entonnoir. Elle gronde comme un train en marche ou fait un bruit strident, comme un avion à réaction, de plus en plus fort, jusqu'à assourdir. La tornade voyage habituellement du sud-ouest vers le nord-est, elle arrache des toits, disperse des débris et emporte des voitures. Disparue quelques instants plus tard, la tornade laisse la désolation derrière elle. Sa dimension moyenne est de 50 mètres mais elle peut parfois atteindre jusqu'à 150 mètres.

 Échelle Fujita
Le Dr Theodore Fujita, de l’université de Chicago, développe cette façon de mesurer la force d’une tornade en 1951.
Force
Vitesse des vents (km/h)
Dommages
F0
60 à 110 km/h
Mineurs
F1
110 à 170 km/h
Modérés
F2
170 à 240 km/h
Importants
F3
240 à 320 km/h
Sévères
F4
320 à 410 km/h
Dévastateurs
F5
Supérieure à 410 km/h
Exceptionnels


Saviez-vous que?
Il y a en moyenne sept ouragans par année dans l'Atlantique Nord.

Ouragan est une traduction de hurricane, venant de HU-RI-KAN. Aux Antilles, cela signifiait « dieu du vent ».

L’ouragan
C’est une forte tempête caractérisée par un vent très violent dont la vitesse dépasse 119 km/h. Il provoque des raz-de-marée et des vents assez forts pour déraciner les arbres et arracher les toits. Trois conditions sont nécessaires pour voir naître un ouragan : des températures d’au moins 26,5 degrés Celsius sur une large surface de l'océan, une accumulation d'humidité dans l'air et une absence de vent en altitude. L'ouragan s'affaiblit au moment où il frappe la terre ferme, sa source de chaleur (la mer) lui étant à ce moment coupée. Ce phénomène se produit sur des centaines de kilomètres.

Comment choisir le nom d’un ouragan?

Au moment où un ouragan se forme, on lui donne un nom masculin ou féminin, car cela facilite les communications entre les scientifiques et le public. Tous les ans, on prépare une liste de prénoms pour la saison des ouragans pour chaque région météorologique. Le premier ouragan de l’année reçoit un prénom qui commence par un A, le second qui commence par un B, et ainsi de suite, en alternant le genre. Les ouragans sont baptisés dès le stade de la tempête tropicale.

 

 La force des ouragans
Le Centre national des ouragans américain utilise depuis les années 70 l’échelle Saffir-Simpson pour classer leur force.
Classe
Vitesse des vents (km/h)
Dégâts
1
119 à 153 km/h
Mineurs
2
154 à 177 km/h
Modérés
3
178 à 209 km/h
Intenses
4
210 à 249 km/h
Extrêmes
5
Supérieure à 249 km/h
Catastrophiques

 

Saviez-vous que?
Au Canada, les blizzards surviennent le plus souvent dans le sud des Prairies, dans les provinces atlantiques et dans l'est de l'Arctique. Ils sont par contre rares dans l'ouest des Territoires du Nord-Ouest, en Colombie-Britannique et au Yukon.

Le blizzard
Entraînés par une onde d'air arctique glacial, les blizzards amènent de la neige, de basses températures, des vents forts et une mauvaise visibilité attribuable à une poudrerie élevée. Ces violentes tempêtes durent au moins trois heures.



La foudre
Pendant un orage, l'air est chargé d'électricité. La foudre est la manifestation la plus spectaculaire de l'électricité. En fait, l'éclair est une décharge d'électricité semblable au choc statique que vous éprouvez lorsque, après avoir frotté vos pieds sur le tapis, vous touchez quelqu'un. Ce choc statique ressemble, dans l’obscurité, à un petit éclair. Les nuages d'orage accumulent des charges électriques qui sont polarisées et attirées vers leurs opposées, à la manière d'un aimant. La partie inférieure des nuages contient des charges négatives, et la partie supérieure, des charges positives. Sous l'influence des nuages chargés, le sol acquiert à son tour des charges positives. Lorsque l'accumulation de charges devient trop forte, un chemin «électrifié»commence à se construire vers le sol dans l'air. Lorsque le chemin est suffisamment proche du sol (10 à 20 mètres), c'est comme s'il y avait un fil reliant la base du nuage et le sol. C'est à ce moment qu'il se produit la décharge principale, du sol vers le nuage. Ensuite, si le nuage est suffisamment chargé, il y aura d'autres décharges, plus faibles, qui ressemblent à une fourche à plusieurs branches. Il n'y a que le tiers des éclairs qui se produisent entre le sol et le nuage, à une vitesse de 40 000 km/s. Les autres éclairs sont de nuage à nuage ou encore à l'intérieur même du nuage, entre la base et le sommet.

 

Quelque 44 000 orages éclatent en moyenne chaque jour sur la planète, produisant 100 éclairs à la seconde.

Quels sont les risques d’être tué par la foudre ?
Ils sont de 1 sur 350 000; le risque de se faire tuer dans un accident de la circulation est donc 50 fois plus grand!

 

Saviez-vous que?
Il est faux de dire que la foudre ne frappe jamais deux fois au même endroit! L'Empire State Building à New York a déjà été frappé 15 fois en autant de minutes.

Le tonnerre
Le tonnerre est le bruit que produit l'éclair en se déplaçant rapidement et de manière explosive dans l'atmosphère. Les ondes sonores sont produites par l'expansion et la compression violentes de l'air. Lorsque l'éclair est droit et court, les ondes produites s'entendent comme un seul coup de tonnerre. Lorsqu'il est long et présente des fourches, on entend une succession de coups et de grondements.


L’arc-en-ciel
Ce phénomène se produit habituellement lorsque le soleil revient après la pluie. Les rayons du soleil traversent le rideau de pluie, ce qui provoque la déviation et la séparation des couleurs de la lumière blanche qui compose ces rayons.


Saviez-vous que?
Pour savoir à quelle distance a éclaté la foudre, comptez les secondes entre l'éclair et le coup de tonnerre. Chaque seconde représente environ 300 mètres.
El Niño et La Niña
El Niño désigne un réchauffement des eaux dans l’océan Pacifique près de l’équateur causé, selon les scientifiques, par des changements dans les structures normales de la circulation des vents alizés. Habituellement, ces vents soufflent vers l’ouest et transportent de l’eau chaude de surface vers l’Indonésie et l’Australie. Ce trajet permet à de l’eau plus froide de monter le long du littoral sud-américain. Pour des raisons qui ne sont pas parfaitement comprises, ces vents alizés peuvent parfois être réduits ou même renversés. Ceci déplace des masses d’eau plus chaude vers les côtes de l’Amérique du Sud et fait monter la température de l’eau. Il s’ensuit que des tempêtes plus fréquentes et des pluies torrentielles s’abattent sur ces pays habituellement arides. La chaleur supplémentaire renforce et altère aussi la trajectoire du courant atmosphérique à grande vitesse, influençant les structures météorologiques à l’échelle mondiale. En Amérique du Nord, ceci se traduit habituellement par une bifurcation du courant atmosphérique et apporte à la majeure partie du Canada méridional un hiver plus doux et plus sec qu’à l’ordinaire.

Saviez-vous que?
L’expression « El Niño » fait référence à l’enfant Jésus. Les pêcheurs de l’Équateur et du Pérou ont ainsi baptisé le courant océanique doux qui apparaissait généralement au temps de Noël.

El Niño est la deuxième plus grande influence météorologique du climat du monde, après le cycle normal de réchauffement et de refroidissement des saisons.

La Niña désigne pour sa part un refroidissement des eaux du Pacifique central et oriental. La Niña se caractérise ainsi par des conditions climatiques souvent à l'opposé de celles que cause El Niño. La Niña survient quand les vents alizés soufflant de l'est dans les tropiques prennent de la vigueur, ce qui intensifie la remontée des eaux froides au large des côtes du Pérou et de l'Équateur. Pendant ce phénomène, les températures à la surface de l'océan peuvent chuter jusqu’à 4 degrés Celsius sous la normale.

 

 

L’été des Indiens?

L’été des Indiens se produit après un gel généralisé. Il correspond à une période de 3 à 5 jours pendant laquelle les températures maximales sont plus chaudes que les températures normales. Généralement, il fait assez beau : il peut cependant y avoir des nuages et une faible pluie.

L’été des Indiens se produit habituellement vers la mi-octobre. Il n’y en a pas chaque année, et il peut parfois y en avoir deux.

La légende veut que ce soit une période dont profitaient les Amérindiens nomades pour quitter les campements d’été vers les campements d’hiver. Donc, un beau temps pour voyager!

 

Design et intégration : Luc Lavigne