• Chronologie des événements • Les acteurs

Journalistes : Florence Meney et Jean-Philippe Cipriani

Design et intégration : Étienne Bienvenu

 

Chronologie des événements

 

- 24 septembre 2002 : Londres publie un dossier sur le programme d'armement irakien dans lequel il est affirmé que Saddam Hussein est en mesure d'utiliser ses armes de destruction massive (ADM) dans un délai de 45 minutes.

- 29 mai 2003 : un journaliste de la BBC, Andrew Gilligan, cite un haut fonctionnaire anonyme pour affirmer que le gouvernement a « gonflé » son dossier sur l'Irak pour justifier la guerre.

- 1er juin : dans un article publié par le Mail on Sunday, Andrew Gilligan affirme que c'est le directeur des communications de Tony Blair, Alastair Campbell, qui a ajouté dans le dossier la phrase selon laquelle Saddam Hussein pouvait lancer des ADM dans un délai de 45 minutes.

- 19 juin : Andrew Gilligan témoigne devant la Commission des affaires étrangères de la Chambre des communes.

- 25 juin : Alastair Campbell nie, devant cette même commission, avoir ajouté l'information controversée dans le dossier du gouvernement, et il exige des excuses de la BBC.

- 27 juin : la BBC refuse de s'excuser et maintient ses informations.

- 7 juillet : la commission parlementaire conclut que M. Campbell n'a pas « gonflé » le dossier britannique. Ce dernier demande à nouveau des excuses à la BBC, qui maintient ses informations.

- 8 juillet : un responsable du ministère de la Défense admet avoir rencontré M. Gilligan pour discuter du dossier sur l'Irak, mais se défend d'avoir accusé M. Campbell.

- 9 juillet : le ministre de la Défense, Geoff Hoon, demande, dans une lettre au président de la BBC, si la source de l'information de la radio est un fonctionnaire de son ministère, identifié comme étant David Kelly.

- 10 juillet : David Kelly est convoqué devant la Commission des affaires étrangères de la Chambre des communes.

- 15 juillet : David Kelly déclare aux députés de la commission qu'il n'est pas la « source principale » du journaliste de la BBC.

- 16 juillet :
Tony Blair demande à la BBC si David Kelly est ou non la source d'Andrew Gilligan.

- 17 juillet : Andrew Gilligan est rappelé devant les députés. Le président de la commission, le travailliste Donald Anderson, affirme que le journaliste a modifié son témoignage, ce que dément aussitôt ce dernier. Vers 15 h, David Kelly quitte son domicile de l'Oxfordshire. Peu avant minuit, sa famille signale sa disparition à la police.

- 18 juillet :
l'expert en armement David Kelly est retrouvé sans vie près d'un boisé, le poignet gauche tailladé et une boîte d'analgésiques à proximité de son corps.

- 19 juillet :
le corps de David Kelly est formellement identifié. La police confirme que le scientifique est mort d'une hémorragie. Tony Blair, en tournée en Asie, déclare qu'il ne démissionnera pas. Une commission d'enquête indépendante, présidée par le juge Lord Brian Hutton, est instituée pour faire la lumière sur le décès de David Kelly.

- 20 juillet : considérant que sa mort justifie cette divulgation, la BBC confirme que David Kelly était bel et bien la source principale de son reportage.

- 23 juillet : la BBC affirme posséder un enregistrement de l'expert, dans lequel celui-ci fait état de son inquiétude concernant la façon dont le gouvernement britannique a présenté le dossier de l'armement irakien pour justifier la guerre.

 

- 1er août : lors d'une audience préliminaire à son enquête, le juge Hutton annonce qu'il entamera son enquête le 11 août, après les funérailles de David Kelly.

 

- 6 août : David Kelly est enterré.

 

- 11 août : début de l'enquête du juge Brian Hutton.

 

- 28 août : le premier ministre britannique, Tony Blair, témoigne devant la commission Hutton. Il nie formellement toute manipulation du dossier des armes de destruction massive.

 

- 29 août : Alastair Campbell, conseiller en communications de Blair mis en cause dans l'affaire, présente sa démission. Il était au centre du bras de fer entre les services du premier ministre britannique et la BBC.

 

- 1er septembre : devant la commission Hutton, la veuve de David Kelly, Janice, révéle que son mari s'est senti totalement abandonné et trahi par le ministère britannique de la Défense qui, dit-elle, a rendu public son nom. Elle évoque la pression qu'il a subie après avoir été identifié comme la source du reportage de la BBC.

 

- 5 septembre : Le juge Hutton met un terme à la première partie de son enquête. Il se donne une semaine de réflexion pour délibérer sur les témoins qu'il compte rappeler à la barre le 15 septembre. Lord Hutton a déjà interrogé 63 témoins, dont le premier ministre, Tony Blair, et ses principaux conseillers, ainsi que son ministre de la Défense, Geoff Hoon.

 

- 26 septembre : Au dernier jour de l'enquête du juge Hutton, l'avocat de la famille Kelly accuse le gouvernement Blair d'hypocrisie, dénonçant les propos du directeur du personnel du ministère de la Défense, qui a suggéré que David Kelly était responsable de ses propres malheurs.

 

- 28 janvier 2004 : Le juge Brian Hutton rend public son rapport sur la mort de David Kelly. Il estime que la BBC a été « fautive » en diffusant des informations
« sans fondement » selon lesquelles le gouvernement britannique avait gonflé ses informations sur l'armement irakien. Devant ce rapport accablant, le président de la BBC, Gavyn Davies, remet sa démission.

 

Épargnant l'administration Blair, Lord Hutton note toutefois que le premier ministre a été directement impliqué dans la divulgation éventuelle du nom de David Kelly dans les médias, une information qui, de toute façon, ne serait pas restée
« éternellement secrète ».


 

 

• Les acteurs