L'extrême pauvreté, la misère, les bidonvilles, les conditions de travail difficiles, les enfants qui travaillent dans les usines... Mille fois diffusé, ce portrait s'impose à nous lorsqu'il est question de l'Inde. C'est aussi cette image qui a frappé Michel Labrecque, envoyé spécial de la radio en Inde, lors de son séjour à Bombay, «capitale de la démesure», où se tenait le 4e Forum social mondial (FSM) en janvier 2004. Mais l'Inde, pays de 1 milliard d'habitants tiraillé entre tradition et modernité, ne peut se résumer à cela. Derrière cette majorité de pauvres se profile une classe moyenne en émergence, composée entre autres de professionnels de l'informatique et d'entrepreneurs. L'implantation de sociétés de haute technologie dans ce pays très pauvre change radicalement son visage et instaure une nouvelle dynamique, tout en menaçant les travailleurs des pays riches. Vache sacrée du premier ministre Vajpayee, la mondialisation fait des perdants, mais aussi des gagnants.

L'Inde de Gandhi a laissé sa place à un géant qui s'éveille.

»»» Une série de reportages signés Michel Labrecque.