Journaliste: Michel Labrecque  
Journaliste Internet: Sophie-Hélène Lebeuf  

Élections sur fond de nationalisme

 


 Sans frontières, le 9 mars  
    Durée: 12 min

En dissolvant le Parlement, l'actuel premier ministre, Atal Behari Vajpayee, vient de demander des élections anticipées, qui se tiendront entre le 20 avril et le 10 mai. Vajpayee dirige le Bharatya Janata Party (BJP, en français: Parti du peuple indien), un parti né dans la mouvance nationaliste hindoue. Cette formation aux politiques économiques très libérales, qui a le vent dans les voiles depuis les années 90, domine très nettement le Parti du Congrès, pluraliste et de gauche, issu des idéaux de Gandhi et de Nehru.

Au cœur de la campagne: le nationalisme, voire l'intolérance de la droite indoue face à la minorité musulmane. La montée du fondamentalisme hindou, ces dernières années, se fait non seulement sentir dans les succès électoraux du BJP, mais aussi sur le terrain, où les tensions entre hindous et musulmans restent vives. En février 2002, les émeutes dans l'État du Gujarat ont causé la mort de centaines de musulmans. La police et les autorités régionales, affiliées au BJP, ont été jugées partiellement complices des extrémistes. Le premier ministre Vajpayee a critiqué ces événements, sans pour autant directement condamner ou démettre les responsables.

Aujourd'hui, le BJP tente de s'affranchir de cette image radicale et de séduire les 120 millions de musulmans par la bonne performance économique et les perspectives optimistes de croissance. Le Parti du Congrès de Sonia Gandhi accuse Vajpayee de transformer l'Inde en poudrière religieuse et ethnique et de creuser les écarts entre riches et pauvres par son libéralisme débridé. Donné perdant par les sondages, le Parti du Congrès a du mal à proposer une solution de rechange claire aux Indiens.


Pourquoi le BJP connaît-il un tel succès et pourquoi l'échec anticipé du Parti du Congrès?

Quelques données politiques:

Nature de l'État: république fédérale (28 États et 7 territoires)
Chef d'État: Abdul Kalam
Chef du gouvernement: Atal Behari Vajpayee
Suffrage: suffrage universel
Pressions politiques: groupes religieux et nationaux; groupes indépendantistes ou réclamant plus d'autonomie.
Principaux enjeux internationaux: conflit territorial avec le Pakistan au sujet du Cachemire, conflit avec le Pakistan à propos du partage de l'eau de l'Indus; conflits territoriaux avec la Chine, le Bangladesh et le Népal; commerce illégal d'opium destiné aux marchés internationaux, point de passage important des narcotiques produits dans les pays voisins.
Principaux problèmes politiques: corruption, militantisme hindou


En bref:

Le système parlementaire de la plus grande démocratie au monde se modèle sur le système parlementaire britannique. L'Inde a cependant un gouvernement de forme fédérale, à l'instar des États-Unis. Le gouvernement central exerce toutefois davantage de contrôle sur les États fédérés. Le pouvoir est aux mains du premier ministre, choisi au sein du parti politique qui a gagné les élections législatives. Pour détenir une majorité absolue ou relative, le parti arrivé en tête forme un gouvernement de coalition avec d'autres partis.

Les deux principales formations politiques sont le Parti nationaliste hindou (BJP), mené par Atal Behari Vajpayee, et le Parti du Congrès, dirigé par Sonia Ghandi (belle-fille d'Indira Gandhi et veuve du premier ministre assassiné Rajiv Gandhi).


Le Parlement compte deux chambres: l'Assemblée du peuple, ou Chambre basse, qui compte 545 députés élus pour 5 ans, et le Conseil des États, ou Chambre haute, qui compte 250 membres élus par les assemblées régionales.

 

Quelques repères historiques:

1947:
Indépendance; le pays est divisé, menant ainsi à la création du Pakistan.
1947-1949: Première guerre indo-pakistanaise; grande vague de violence et flot de réfugiés.
1948-1964: Nehru premier ministre; son parti, le Parti du Congrès, dominera la scène politique pendant 50 ans.
1948: Assassinat du Mahatma Gandhi par un extrémiste hindou.
1950: Adoption de la Constitution et abolition légale du système des castes.
1955: Conférence de Bandung, où Nehru prend la tête du mouvement des non-alignés.
1956: Rattachement du Cachemire à l'Inde (sans référendum et malgré les accords de l'ONU).
1962: Guerre frontalière avec la Chine.
1965: Nouvelle guerre contre le Pakistan au sujet du Cachemire.
1966-1977: Indira Gandhi (fille de Nehru) première ministre.
1971: Nouveau conflit avec le Pakistan (soutenu par les États-Unis); traité d'alliance avec l'URSS.
1974: L'Inde devient une puissance nucléaire.
1980: Indira Gandhi reprend le pouvoir.
1984: Assassinat de la première ministre Indira Gandhi par ses gardes du corps sikhs (après qu'elle eut ordonné l'attaque du temple d'Or d'Amritsar, le lieu le plus sacré des sikhs); son fils Rajiv Gandhi lui succède.
1989-1990: Affrontements entre les sikhs et l'armée.
1991: Assassinat du premier ministre Rajiv Gandhi par des extrémistes tamouls.
1992: Destruction de la mosquée Babri Masjid d'Ayodhya par des extrémistes hindous: les altercations font 1200 morts.
1993: Flambée de violence religieuse: le BJP accroît sa popularité.
1998: Le BJP est porté au pouvoir; Atal Bihari Vajpayee est le premier ministre; essais nucléaires de l'Inde, puis de son voisin ennemi, le Pakistan.
1999: Tensions avec le Pakistan.
2000: Condamnation à la prison pour l'ancien premier ministre Narasimha Rao, reconnu coupable de corruption.
2001: Nouveau scandale de corruption auquel sont mêlés des membres du gouvernement à propos de ventes d'armes.
2002: Regain de tension au Cachemire indien; violence interreligieuses dans l'État du Gujarat.


 Sans frontières, le 9 mars  
    Durée: 12 min

 

                                                 Design et intégration: Luc Lavigne    © Radio-Canada.ca