Notre eau potable : dans la mire des Américains



Après avoir fait pendant quelques temps la promotion d'un pacte continental sur l'énergie, voilà que le président Bush exprimait, en juillet dernier, son souhait d'établir un pacte continental sur l'eau :

« Notre pays doit mettre au point une stratégie d'ensemble sur l'eau, d'autant plus que les États de l'ouest continuent de se développer. »
— Georges W. Bush.

Mais pourquoi George W. Bush s'intéresse-t-il à notre eau potable ? Son prédécesseur, Bill Clinton, n'en avait pourtant jamais fait allusion. Aux yeux de George W. Bush, l'importation de l'eau potable est sans contredit une voie incontournable pour son pays. Et plus spécifiquement pour les États du sud-ouest, qui souffrent de graves pénuries d'eau : d'immenses zones de cultures y sont menacées.

Des arguments qui sont loin d'émouvoir les opposants à l'exportation de l'eau potable et qui n'ont pas été sans soulever de vives critiques au sein même du caucus libéral canadien : « Moi je crois que nous devrions résister à toute épreuve, ce sont à eux de se débrouiller avec, ce sont eux qui ont causé tous ces malaises, qui ont causé tout cela par une consommation effrénée », affirmait Clifford Lincoln, ancien ministre québécois de l'Environnement et maintenant député libéral à Ottawa.

Plusieurs groupes craignent que, dans le cadre des négociations de libre-échange, cette ressource vitale soit soumise aux lois de l'offre et de la demande.

Un enjeu majeur, lorsqu'on sait que l'eau potable est répartie très inégalement sur la planète : vingt-trois pays, dont le Canada, se partagent les 2/3 des ressources mondiales.


« Est-ce qu'on a le droit de garder de façon égoïste une ressource nécessaire à l'humanité, simplement pour nous dire : nous on en a trop et on la garde ? »
— Jean Coutu, président du Groupe Jean Coutu




À peine quelques jours après avoir exprimé son souhait, George W. Bush rencontrait Jean Chrétien à Gênes, à ce sujet. Une rencontre vue d'un mauvais œil par le caucus libéral canadien qui estime que la position historique du Canada, soit l'interdiction du prélèvement d'eau en grande quantité, se doit d'être respectée.


Qu'est-il ressorti de cette rencontre ?


Ottawa envisage-t-il de conclure une prochaine entente ?


Aucune information sur cette rencontre privée n'a été divulguée. Certains opposants à l'exportation de l'eau douce craignent que Jean Chrétien soit depuis longtemps en faveur de cette approche et que cette rencontre n'ait en fait pour but que de préparer l'opinion publique.

 

Hyperliens pertinents :

La Commission mixte internationale

Commission qui gère les eaux partagées par le Canada et les États-Unis.


Projet de loi sur la protection des Grands Lacs contre les prélèvements massifs d'eau
Communiqué d'Environnement Canada, 5 février 2001

Réseau Grands lacs Voie maritime du Saint-Laurent

Les enjeux stratégiques de l'eau et les initiatives internationales récentes
Ministère québécois des Relations internationales

Les États-Unis veulent importer de l'eau douce du Canada
18 juillet 2001, Zone Nouvelles



Journaliste
CLAUDINE MAGNY
Mise à jour, décembre 2001

Design et intégration
LUC LAVIGNE

« Le miracle » vert californien
Si la vallée impériale de la Californie est un véritable miracle vert, c'est parce les Américains ont détourné le fleuve Colorado, juste en amont de la frontière mexicaine.

***

Un facteur important :
le transport

En raison des coûts élevés du transport de l'eau, les Américains demeurent les acheteurs les plus sérieux.

 



***


Saviez-vous que...
* Les Grands Lacs, qui chevauchent la frontière entre le Canada et les États-Unis, renferment le quart de toutes les eaux douces accumulées dans les lacs du monde (ex æquo avec le lac Baïkal, en Russie, pour la première place).


* « Si le climat se réchauffe de 4 ou 5 degrés d'ici le prochain siècle, comme les modèles climatiques semblent le suggérer, l'eau des Grands Lacs deviendrait plus chaude et, surtout, elle serait couverte de glace beaucoup moins longtemps en hiver.
Cette nouvelle disposition entraînerait une plus grande évaporation, diminuant du même coup le volume d'eau.  »
Le fleuve en panne sèche, dossier, émission Découverte.