Retour à l'accueil

À notre antenne

Hyperliens

B i o g r a p h i e s

Salvador Allende

Augusto Pinochet

 

________________

Journaliste : Jean-Philippe Cipriani

Design et intégration : Luc Lavigne

________________

Le démocrate sacrifié

Salvador Allende est né le 26 juillet 1908 à Valparaìso, d'un père avocat, au sein d'une famille bourgeoise. Il commence des études de médecine à l'Université de Santiago en 1925, et s'implique au sein de l'Association des étudiants du Chili, dont il est nommé vice-président. Il participe alors activement à la mobilisation étudiante contre la dictature du colonel Carlos Ibáñez.

En 1933, Salvador Allende participe à la fondation du Parti socialiste chilien. Quatre ans plus tard, il est élu député, avant d'entrer au gouvernement à titre de ministre de la Santé, fonction qu'il occupera de 1938 à 1942.

En 1943, il est nommé secrétaire général du Parti socialiste. Il accède au poste de sénateur deux ans plus tard, et ce pour 25 ans. Au cours de ce mandat, il briguera trois fois la présidence du Chili. Entre-temps, il se rend en Union soviétique et en Chine à titre de vice-président du Sénat, et se lie d'amitié avec Fidel Castro et Che Guevara à Cuba.

PREMIER GOUVERNEMENT SOCIALISTE D'AMÉRIQUE LATINE

À sa quatrième tentative, en 1970, il est élu président du Chili, sous la bannière d'une coalition des partis de centre, de gauche et d'extrême gauche, l'Unité populaire. Il obtient 36,3 % des suffrages, alors que son rival Jorge Alessandri en récolte 34,9 %, et la Démocratie chrétienne, menée par le président sortant, Eduardo Frei, en obtient 27,8 %. Pour la première fois de l'histoire, un socialiste est démocratiquement porté au pouvoir dans un pays d'Amérique latine.

De 1970 à 1973, Salvador Allende entame une série de réformes dans les divers secteurs de la société, notamment la nationalisation des banques et du secteur textile, la hausse des salaires et l'initiation de réformes agraires.

Le Parlement appuie également de façon unanime la décision du gouvernement de nationaliser les mines de cuivre - jusque-là aux mains de promoteurs des États-Unis. Salvador Allende rétablit également les relations diplomatiques avec Cuba et d'autres pays socialistes.

LA DROITE FOMENTE LE COUP D'ÉTAT

Devant ces décisions, l'opposition de droite, l'armée et les intérêts américains se liguent pour lui faire obstruction, et une vague d'attentats et de sabotages secoue le pays. Parallèlement ou conséquemment, la situation économique du pays se détériore. Une partie grandissante de la population se dresse contre le gouvernement, et les grèves se multiplient.

Le 11 septembre 1973, à la veille de l'annonce d'un référendum organisé par le gouvernement pour obtenir le soutien de la population, l'armée, sous les ordres du général Augusto Pinochet Ugarte, fomente un coup d'État pour déloger Salvador Allende du pouvoir.

ALLENDE MEURT LES ARMES À LA MAIN

Retranché dans la Moneda, le palais présidentiel, le président chilien refuse toute offre d'asile. Il s'adresse une dernière fois à son peuple à la radio Magallanes et réaffirme son refus de céder. La Moneda est bombardée, puis prise d'assaut, et Salvador Allende tué d'une rafale de mitraillette. Le régime Pinochet parle alors d'un suicide. Beaucoup ont des doutes.

Dix sept ans plus tard, après le départ d'Augusto Pinochet du pouvoir, des funérailles nationales sont finalement organisées pour Salvador Allende, et ses restes sont transportés au cimetière de Santiago.

Haut de page