Nouvelles / Dossiers / Yougoslavie

La guerre de Bosnie-Herzégovine

La fédération, qui s'appelle désormais la République fédérative yougoslave (RFY), ne réunit plus que trois républiques : la Serbie, la Bosnie-Herzégovine et le Monténégro. Les députés croates et musulmans de Bosnie-Herzégovine, craignant de se retrouver seuls face à la Serbie dans une fédération largement dominée par Belgrade, votent la souveraineté de la république le 15 octobre 1991. Les Serbes de Bosnie refusent la partition et réclament le droit de se rattacher à la RFY, présidée par le Serbe Slobodan Milosevic.

femmes-musulmanes-desespoir.jpg (9360 octets)

La guerre éclate à Sarajevo, capitale de la Bosnie, en avril 1992, après le référendum favorable à l'indépendance et la reconnaissance par la communauté internationale du nouvel État, présidé par le musulman Alija Izetbegovic. Les affrontements entre Serbes, Croates et musulmans s'étendent rapidement dans tout le pays. Les milices serbes, soutenues par l'armée fédérale, entreprennent la conquête des territoires majoritairement serbes. Avec pour objectif la « purification ethnique », ils tentent d'en chasser les Croates et les musulmans.

cadvres-pleurs.jpg (9751 octets)

Radovan Karadzic, président de la république des Serbes de Bosnie, installe sa capitale à Pale, près de Sarajevo. Les Croates font de même, créant leur propre Union croate de Bosnie-Herzégovine.

karadzic-closeup.jpg (7965 octets)

L'opinion publique internationale apprend jour après jour les atrocités d'une guerre sans pitié : les massacres et les viols commis par les Serbes au nom de la purification ethnique, l'existence de camps où les musulmans sont détenus dans des conditions inhumaines… Mais aucun État occidental n'est décidé à intervenir directement. Les Nations unies envoient sur le terrain des casques bleus (FORPRONU) chargés de maintenir la paix et d'accomplir une mission humanitaire auprès des populations civiles. Cette force s'avère toutefois inefficace.

restes-humaines.jpg (9178 octets)

En novembre 1993, les Serbes contrôlent déjà 74 % de la Bosnie alors qu'ils ne représentent qu'un tiers de sa population. Cette même année, l'ONU institue des zones de sécurité à Sarajevo, Bihac, Zepa, Gorazde, Tuzla et Srebrenica pour protéger les populations musulmanes, avec possibilité, cette fois, pour les casques bleus, de riposter.

casque-bleu-ruines.jpg (10523 octets)

Pendant ce temps, les relations entre les Croates et les musulmans de Bosnie se détériorent. Des combats opposent les anciens alliés, en particulier autour de Mostar, dans le sud de la Bosnie. Malgré l'accord conclu le 18 mars 1994 par les présidents Tudjman et Izetbegovic pour la création d'une future fédération croato-musulmane, les tensions entre les deux alliés continuent jusqu'à la fin de la guerre et après la signature de l'accord de Dayton.

prisonniers-bosnie.jpg (10337 octets)

En juin 1994, Milosevic et Tudjman élaborent un plan prévoyant la division de la Bosnie-Herzégovine en trois entités autonomes (serbe, croate et musulmane). Ce projet « d'Union des républiques de Bosnie-Herzégovine », qui octroie 53 % du territoire aux Serbes au détriment des musulmans (32 %) et des Croates (18 %), est rejeté par le parlement bosniaque en septembre.

casque-bleu-enfants.jpg (10421 octets)

Les combats acharnés continuent pendant toute l'année 1994. Les zones de sécurité contrôlées par l'ONU sont menacées par les Serbes sans que les casques bleus et les forces aériennes de l'OTAN soient en mesure de faire quoi que ce soit. Les soldats de l'ONU étant considérés comme des alliés objectifs des Bosniaques et non comme une force d'interposition, les Serbes s'en prennent à eux. Après un raid de l'OTAN contre un dépôt de munitions près de Pale, Karadzic prend en otage plusieurs centaines de casques bleus et les utilise comme des « boucliers humains » sur des sites stratégiques. La France et l'Angleterre répliquent par la création d'une force de réaction rapide disposant d'une plus grande autonomie que la FORPRONU.

Le 11 juillet 1995, Srebrenica est prise par les Serbes et sa population expulsée. Plusieurs milliers d'hommes sont massacrés sur place.

Le 4 août 1995, la Croatie engage la plus importante attaque depuis quatre ans contre la République serbe de Krajina, ce qui lui permet de reprendre le contrôle de tous ses territoires. Près de 200 000 Serbes sont, à leur tour, victimes de la « purification ethnique ». Ils prennent le chemin de l'exode vers Banja Luka, principale ville serbe de Bosnie. Le 29 août, en réaction au massacre du marché Markale, à Sarajevo, où 37 personnes sont tuées et 80 autres blessées par un tir de mortier serbe, les forces de réaction rapide mènent une opération de représailles sans précédent contre les positions serbes. Le gouvernement de Pale est coincé et décide de négocier par l'intermédiaire du président Milosevic.

milosevic.jpg (6041 octets)

Suite du dossier


Retour aux dossiers

 

Dernière mise à jour : le 15 juillet 1999