Boris Eltsine

Accueil

Ascension au sein du Parti communiste

Le début de la fin

La présidence de la Russie

Vers l'autonomie

L'affrontement ouvert

La fin de l'URSS

La Russie de Boris Eltsine

Politique extérieure et intérieure

Un président malade

La résurgence communiste

La ronde des premiers ministres

La crise du Caucase

Boris Eltsine quitte le pouvoir

Hyperliens et bibliographie



JOURNALISTE
Richard Raymond

Ils ont dit...



« Le but d’Eltsine n'était pas d'établir la démocratie en Russie. Eltsine n'aurait pas accepté de perdre les élections. Il n'y a jamais eu de changement démocratique dans toute l'histoire de la Russie. Le jour où cela arrivera, une étape sera
franchie. »


Alexandre Podrabinek, défenseur des droits de l'homme.


 

En bref

  • Entre au Parti communiste en 1961.
  • Élu premier secrétaire du Parti communiste pour la région de Sverdlovsk en 1976.
  • Élu membre du comité central du PC en 1981.
  • Nommé à la tête du PC de Moscou en 1985.
  • Élu président de la fédération de la Russie en 1991.
  • Démissionne en 1999.


Boris Eltsine est né dans l'Oural

Il est le premier des trois enfants de Klaudia Vassilievna et Nikolaï Ignatievitch Eltsine, un homme qui, en éducation, ne croyait qu'à la manière forte. Il a une enfance difficile dans une famille préoccupée par la survie. En 1935, le père de Boris Eltsine déménage la famille à Beriozniki, et il devient ouvrier au chantier de construction d'un complexe industriel. La famille connaît l'inconfort et la promiscuité, dormant à même le sol de l'unique pièce qu'elle occupe dans un baraquement en bois.

Enfant, Boris Eltsine est animé d'une énergie qui lui vaut d'être élu délégué de classe pendant toutes ses études. Sur le plan scolaire, il ne connaît jamais de difficultés. Pendant la guerre, il vole deux grenades dans un dépôt militaire, les fait exploser et perd deux doigts de la main gauche. Boris Nikolaïevitch est bagarreur. Il garde de ses batailles un nez de boxeur laissé par un coup de bâton.

Un nez de boxeur et la tête d'un fonceur

Dans son autobiographie, intitulée Jusqu'au bout!, il raconte que, très jeune, il a dû se battre contre la bêtise et la méchanceté. La fête soulignant la remise des diplômes de fin d'études bat son plein et Boris demande la parole. Devant les enseignants, les parents et les élèves, il accuse l'institutrice principale de l'école de sadisme. La direction de l'école, scandalisée, décide de lui retirer son diplôme, geste qui lui ferme automatiquement les portes de toutes les écoles de l'Union soviétique. Le jeune Boris conteste la décision tant et si bien qu'on ouvre une enquête sur le travail de l'institutrice principale et qu'on lui rend son diplôme. L'institutrice, elle, est renvoyée. Dès cette époque, le jeune Eltsine se passionne pour plusieurs sports, mais c'est le volley-ball qui l'emporte. Il deviendra champion au niveau régional.

L'adolescent Eltsine est fasciné par les bateaux. Il fait une demande pour entrer dans la section construction de l'Institut polytechnique de l'Oural, à Sverdlovsk. Parallèlement à ses études, il fait partie de l'équipe de première division de volley-ball de la ville. Cette division était composée des douze meilleures équipes de l'Union soviétique. C'est de cette époque, raconte Boris Eltsine, que lui vient l'habitude de ne dormir que quatre heures par nuit. Il lui faut sillonner son pays pour participer aux compétitions de volley-ball, ce qui l'oblige à gruger sur ses heures de sommeil pour ses études. Surmené, l'adolescent est terrassé par une faiblesse cardiaque. Pour obtenir son diplôme d'ingénieur, Boris Eltsine rédige un mémoire sur les tours de télévision. En 1955, c'était un sujet vierge, ce qui l'obligea, dit-il, à faire lui-même tous les plans et calculs.

Boris Eltsine s'est toujours présenté comme un homme de terrain

Boris Eltsine se présente en septembre 1955 à l'usine de construction de tuyauterie lourde où on l'a affecté. Il consacre une année à l'apprentissage pratique de 12 spécialités de la construction. Cette année terminée, le jeune travailleur se sent prêt à devenir contremaître. Aussitôt nommé, il entreprend de faire la guerre au vol, auquel sont habitués les ouvriers du bâtiment.
Boris Eltsine s'est toujours présenté comme un homme de terrain.

Alors qu'il dirige une équipe de prisonniers, le jeune contremaître décide de leur verser un salaire au mérite plutôt que leur salaire habituel. Son mode de calcul fait en sorte que le salaire des détenus diminue de plus de la moitié. Un détenu se présente à son bureau armé d'une hache et le somme de rétablir l'ancien ordre de paie. Boris Eltsine refuse. Le détenu menace de l'abattre, mais le contremaître lui crie de foutre le camp. Ce que l'autre, complètement désarçonné, fait sur-le-champ. De 1956 à 1963, Boris Eltsine occupe, après celui de contremaître, les postes de chef de chantier, d'ingénieur en chef, puis de chef de la direction de la construction d'un complexe de travaux publics. Entre-temps, il devient membre du Parti communiste, en 1961.

Congrès du Parti communiste

 

En 1963, Boris Eltsine est nommé ingénieur en chef d'un complexe de construction d'immeubles. Trois ans plus tard, à 35 ans, on le nomme responsable du complexe, une entreprise employant plusieurs milliers de personnes. Après avoir passé 14 ans dans la production, il devient chef du service de la construction au comité du Parti communiste pour la région de Sverdlovsk.