Imprimer cette page

Jeudi 16 janvier 2014 15 h 46 HNE


Pour en discuter avec nous...

Cet espace de dialogue, de réflexion et de débat d'idées est aussi le vôtre. Nos carnetiers sont là, non pour mettre de l'avant leurs opinions, mais pour lancer une discussion et vous permettre de vous exprimer sur les événements marquants qui surviennent ici ou ailleurs dans le monde. Nous lisons tous les commentaires reçus, mais nous modérons chacun des carnets pour ne retenir que les commentaires les plus pertinents selon les sujets abordés. Seules les interventions signées et faites dans le respect d'autrui sont retenues. Pour en savoir plus, lisez
la nétiquette.
Bonne réflexion!

Veuillez noter que les forums de discussion des Carnets sont ouverts pendant deux semaines.

Carnet Yanick Villedieu

14 janvier 2011

Bientôt 7 milliards d'humains!


La population mondiale atteindra bientôt  — cet automne ou l'hiver prochain — les 7 milliards d'individus. 
 
C'est beaucoup, surtout quand on sait que le seuil des 6 milliards de personnes a été franchi il y a à peine 12 ans, en 1999. Mais ce n'est pas en soi la « catastrophe démographique » dont on parle souvent, disent les experts. 
 
Décroissance  
 
Ce n'est pas la catastrophe parce que la population augmente, en fait, de moins en moins vite. Cette diminution du taux de croissance est même une tendance lourde : elle a commencé il y a une cinquantaine d'années. En 1965, la population mondiale a augmenté de 2,1 %. Actuellement, elle ne croît plus qu'au rythme de 1,2 % par an. 
 
Il y a aussi le fait que la fameuse « transition démographique », commencée dans les pays du Nord au 19e siècle, est désormais en cours dans les pays du Sud (la transition démographique désigne le passage d'une situation où le nombre de naissances et celui des décès sont tous les deux très élevés, à la situation inverse, où naissances et décès sont également bas; entre les deux, comme la mortalité baisse plus vite que la natalité, il y a un excédent des naissances, lequel excédent explique l'accroissement global de la population). Il faut même dire que cette transition démographique se fait plus rapidement dans les pays du Sud qu'elle ne s'est faite dans ceux du Nord. 
 
Bien sûr, la population de la Terre va continuer d'augmenter. Mais de plus en plus lentement. Elle devrait même se stabiliser vers les 9 ou peut-être les 10 milliards d'individus dans quelques décennies. 
 
Mais encore une fois, pas de catastrophe. Il n'y a pas vraiment eu, et il n'y aura certainement pas, « explosion » démographique.  
 
Nourrir tout le monde 
 
Pour les démographes, nous ne sommes donc pas forcément trop nombreux sur la planète. Même s'il existe des zones densément peuplées (l'Asie, l'Europe, certaines parties du reste du monde), d'autres le sont moins, voire très peu (qu'on pense seulement au Canada). 
 
Mais la planète peut-elle nourrir 7 milliards de bouches? Et, demain, 8, 9 ou même 10 milliards de bouches? Là encore, la catastrophe ne se produira pas obligatoirement. 
 
La Terre, actuellement, produit assez de nourriture pour tous ses habitants. Une étude de prospective publiée cette semaine en France, l'étude Agrimonde, nous dit qu'elle sera aussi capable de répondre à la demande de 9 milliards d'habitants en 2050. Bien sûr, il faudra s'adapter, notamment manger moins de viande que ne le font les habitants du Nord. Il faudra aussi mettre au point des méthodes de culture respectueuses de l'environnement, des méthodes durables. 
 
Il faudra aussi, car tout n'est pas rose devant nous, faire en sorte que la consommation des ressources, renouvelables ou non, soit plus adaptée à un mode de développement durable. Et durable à très long terme.  
 
Mais ce qui m'a frappé, en fouillant ce dossier cette semaine pour l'émission du dimanche 16 janvier, c'est que, au fond, la question démographique est plutôt une question économique, sociale, politique. Et que, plutôt que de parler de taux de natalité, il faut parler de justice, d'éducation, d'accès aux soins de santé, de promotion du statut des femmes, de lutte contre les inégalités et contre la pauvreté. Bref, qu'il faut parler... de politique. 
 
(Pour un bon exposé de la question, voir l'animation sur la population mondiale sur le site de l'Institut national d'études démographiques français.


Écoutez Les années lumière, animée par Yanick Villedieu

Vous avez des questions, des remarques ou voulez me suggérer des thèmes que je n'ai pas abordés?

Écrivez-moi à : carnets@radio-canada.ca

Après ses études à l'École supérieure de journalisme de Lille, en France, et quelques années de journalisme général, Yanick Villedieu a commencé à faire du journalisme scientifique et médical au milieu des années 70. Au magazine Québec Science notamment, puis, pendant deux ans, à la télévision de Radio-Canada, à l'émission Science-Réalité.

Depuis 1982, il a animé à la radio de Radio-Canada l'émission Aujourd'hui la science, devenu Les années lumière. Il collabore également au magazine L'actualité.

Les champs d'intérêt principaux de Yanick Villedieu sont la médecine et la biologie - deux des domaines les plus fascinants et les plus actifs de la science contemporaine -, notamment ces grandes questions de l'heure que sont le cerveau, le cancer, le sida, la génétique fondamentale et appliquée...

Il a publié quatre livres: Demain la santé (Québec-Science Éditeur, 1976), Le Québec sur le pouce (Éditeur officiel du Québec, 1978 et 1984), La Médecine en observation (Les Éditions du Boréal, 1991) et Un jour la santé (Les Éditions du Boréal, 2002).

20 janvier 2011

On avait vu ça venir, après discours alarmistes d'ère glaciaire dans les années 70, les pluies acides, le "trou" dans la couche d'ozone, le "réchauffement" climatique qui commence a battre de l'aile, il fallait que les faux prophètes trouvent une nouvelle histoire pour faire peur au monde. 
 
Cette nouvelle chimère est la surpopulation. Lors du sommet de Cancun (qui n'a plus rien a voir avec le climat), il y a eu des présentations que n'ont pas couvert les médias par Ted Turner et Bill Gates, sur le contrôle de la population, l'imposition de la politique de l'enfant unique (comme en Chine) la stérilisation des pauvres etc.. Le but des nouveaux écolos, réduire la population mondiale! 
 
http://web.cgaspesie.qc.ca/crioux/wordpress/activist2.jpg 

J. Christian Rioux, Gaspé

18 janvier 2011

On dit que plus du 2/3 de l'agriculture mondiale est pour le bétail. Hors c'est un problème très grave. 
 
De plus, ce n'est pas 7, 8 ou 9 milliards d'individus de problème, c'est que tout le monde aspire à vivre comme en occident, ce qui est totalement insoutenable: consommation, gaspillage, viandes, etc. 
 
Si c'était le cas, tout le monde vivait comme nous, nous aurions besoin de 4 à 5 planètes de ressources naturelles.

Yan Fortin, Lachine

17 janvier 2011

Une partie de l'humanité naissante s'est inventé un Dieu lui enjoignant d'envahir la terre, de la dominer et de soumettre toute autre créature pouvant servir à son hégémonie. 
Les chiffres, les prospections et les beaux discours pourront-ils changer les fondements mêmes de la fourmilière? 
La terre semble en mesure de nous démontrer qu'elle possède un équilibre qui lui est propre et que "le nombril du monde" n'est pas celui que l'on pensait.

Robert Lappierre, Laval

16 janvier 2011

L'émission les Années-Lumière du 16 janvier me laisse perplexe. Pour nourrir 7 milliards d'humains, il faut une agriculture très productive, comme l'agriculture moderne qui utilise le pétrole abondant et bon marché. Peut-on développer de nouvelles techniques agricoles aussi productives qui n'utilisent pas le pétrole? Si oui, le pic pétrolier sera un non-événement, pourvu que nous ayons le temps de le faire. Sinon l'humanité court au désastre.  
 
Il faudra bien comprendre le lien entre agriculture productive, pétrole et énergie qui me semble souvent oublié. Certains disent que l'humanité, actuellement, se nourrit de pétrole. 
 
EPierre Gagnon

Pierre Gagnon, Sorel-Tracy

16 janvier 2011

Je n’ai pas attendu qu’on soit 7 milliards, ni 6 milliards d’habitants pour vivre sans manger de viande. On peut très bien manger et même prendre du poids (hélas) en absorbant toutes sortes d’autres victuailles.  
 
Vous avez raison quant au fait que la problématique est plus politique que démographique. On voit parfaitement encore ces temps-ci que le prix des denrées alimentaires reste très cruciale pour nombre d’habitants du monde. Sur ces produits (comme sur d’autres d’ailleurs) on est loin d’être sûr que le prix auquel vous les achetez reflète vraiment la valeur du marché. C’est d’ailleurs un des gros défauts de l’économie de marché, lequel pourrait être aisément corrigé si tout le monde faisait profession de foi de suivre certaines règles d’éthique élémentaires, ce qui ne nuirait nullement à la prospérité et permettrait probablement aisément l’accroissement de la richesse. 
 
Un autre aspect est celui de la distribution des produits alimentaires. Ici encore, il y a un travail à faire sur la fiabilité des réseaux de distribution. Toutefois, pour assurer une bonne qualité de vie pour tous, il reste encore fort à faire. 
 
D’autre part quantité de matériaux renouvelables (à base de végétaux) pourraient être créés, on commence d’ailleurs à aller de plus en plus dans ce sens car les structures permettent d’obtenir lorsque combinées entre elles, des résultats pertinents. Ainsi des véhicules très sécuritaires construits à partir de fibres de chanvres et de pouces de bambou pourraient être la réalité d’après demain. Qui sait ?

Serge Drouginsky, Longueuil

15 janvier 2011

Je suis troublé par les trop nombreux mouvement de Droite à travers le monde, des mouvements aux allures de paternalisme qui cachent cependant un pouvoir capitaliste de plus en plus fort et de plus en plus intransigeant, au point de noter un recul de la démocratie. 
 
La croissance de la population signifie une plus grande demande de ressources matérielles, ce qui nécessite une façon minimalement juste de partage pour éviter la surenchère et autres démons. 
 
On peut parler et écrire avec calme de la croissance démographique mais cependant, les années à venir pour l'humanité n'auront rien de qualifiable comme étant calme, particulièrement à cause des destructions monstres engendrées par les changements climatiques, jetant dans la pauvreté des millions de gens du même coup. 
 
Avec les mouvements vers la Droite avec tendance au fascisme, repérables à de nombreux endroits du monde, c'est Inquiétant !?!

Robert Paradis, Boucherville

2011

2010

2009

2008