Imprimer cette page

Jeudi 16 janvier 2014 15 h 46 HNE


Pour en discuter avec nous...

Cet espace de dialogue, de réflexion et de débat d'idées est aussi le vôtre. Nos carnetiers sont là, non pour mettre de l'avant leurs opinions, mais pour lancer une discussion et vous permettre de vous exprimer sur les événements marquants qui surviennent ici ou ailleurs dans le monde. Nous lisons tous les commentaires reçus, mais nous modérons chacun des carnets pour ne retenir que les commentaires les plus pertinents selon les sujets abordés. Seules les interventions signées et faites dans le respect d'autrui sont retenues. Pour en savoir plus, lisez
la nétiquette.
Bonne réflexion!

Veuillez noter que les forums de discussion des Carnets sont ouverts pendant deux semaines.

Carnet Yanick Villedieu

16 septembre 2009

H1N1-2009: entre délire et ignorance


Un lecteur m'a fait parvenir la copie d'un texte qui circule depuis quelques jours sur le web, texte qui veut « révéler » la vaste conspiration que les compagnies pharmaceutiques, les gouvernements et les médias qui sont à leur solde (air connu) seraient en train de tramer avec la campagne de vaccination contre la grippe H1N1-2009. 
 
Ce texte est un exemple parfait de la paranoïa qui s'empare d'un certain nombre de personnes quand on aborde la question de la vaccination. Ici, on a le génocide de masse (mais pour quelle raison quelqu'un voudrait-il tuer autant de personnes?), les camps de concentration, l'armée qui a pris le contrôle du territoire, des lois martiales qui auraient déjà été votées et j'en passe. 
 
Désinformation 
 
Ce texte est aussi un exemple... exemplaire, si j'ose dire, de désinformation, avec l'affirmation que les vaccins seraient en fait des armes bactériologiques et qu'ils n'auraient aucune efficacité.  
 
On nage ici entre délire et ignorance.  
 
Délire, ne serait-ce que sur un point: pourquoi les grandes méchantes conspiratrices que sont les compagnies pharmaceutiques auraient-elles intérêt à tuer massivement leurs clients? Car à qui pourront-elles continuer à vendre leurs produits si tout le monde se retrouve six pieds sous terre? 
 
Et ignorance, parce que les vaccins ont permis d'éradiquer des maladies comme la variole et (presque) la polio, et parce qu'ils permettent d'endiguer de nombreuses maladies infectieuses — à preuve, le nombre de cas de maladies comme la rougeole ou la coqueluche augmente dès que le niveau de vaccination diminue. Ce sont des faits dûment établis, et continuer de les ignorer relève soit d'une obstination aveugle, soit d'un aveuglement obstiné, comme vous préférez. 
 
Truffé d'erreurs 
 
Comme tous ces délires paranoïdes qui circulent sur Internet, le texte en question est bourré d'affirmations invérifiables et, surtout, truffé d'erreurs. Par exemple, et parmi d'autres, l'affirmation que le H1N1 viendrait de réapparaître cette année, après être disparu depuis 1918. 
 
Désolé, mais c'est une autre ânerie. Le H1N1 de 1918, apparu chez l'humain et transmis au porc très rapidement, a continué de circuler chez l'homme et chez le porc. Chez l'homme, il n'a été absent que de 1957 à 1976, et il est redevenu très présent depuis 1977.  
 
Si l'auteur du texte dont je parle avait lu l'étiquette des vaccins des dernières années, il aurait vu qu'il contenait toujours une souche de H1N1 (mais évidemment pas la nouvelle, la H1N1-2009, dont on se méfie parce qu'on ignore encore le comportement qu'elle aura au cours des prochains mois). 
 
En terminant, le manque de sérieux (je suis poli, nétiquette oblige!) de ce genre de textes est reconnaissable aux contradictions dont ils sont remplis. Dans ce cas, je n'en relèverai qu'une, aussi « hénaurme » que suave.  
 
Dans une phrase, l'auteur se demande: « Pourquoi ne nous dit-on pas que le vaccin contre la grippe, depuis 40 ans qu'il existe, n'a jamais eu d'impact positif sur l'incidence de cette maladie? » Et dans la phrase suivante, il affirme: « Pourquoi nous cache-t-on qu'en 1918, ce sont les personnes vaccinées qui sont mortes de la grippe espagnole, et pas les non-vaccinées? » 
 
Mais, à ce que je sache, 2009 moins 40 font 1969... pas 1918. Il n'y avait tout simplement pas de vaccin, hélas, au moment de la terrible pandémie de grippe dite espagnole. Et c'est donc le virus qui a tué 50 millions de personnes, pas le vaccin! (À titre d'information, ce vaccin a été mis au point dans les années 1940.)


Écoutez Les années lumière, animée par Yanick Villedieu

Vous avez des questions, des remarques ou voulez me suggérer des thèmes que je n'ai pas abordés?

Écrivez-moi à : carnets@radio-canada.ca

Après ses études à l'École supérieure de journalisme de Lille, en France, et quelques années de journalisme général, Yanick Villedieu a commencé à faire du journalisme scientifique et médical au milieu des années 70. Au magazine Québec Science notamment, puis, pendant deux ans, à la télévision de Radio-Canada, à l'émission Science-Réalité.

Depuis 1982, il a animé à la radio de Radio-Canada l'émission Aujourd'hui la science, devenu Les années lumière. Il collabore également au magazine L'actualité.

Les champs d'intérêt principaux de Yanick Villedieu sont la médecine et la biologie - deux des domaines les plus fascinants et les plus actifs de la science contemporaine -, notamment ces grandes questions de l'heure que sont le cerveau, le cancer, le sida, la génétique fondamentale et appliquée...

Il a publié quatre livres: Demain la santé (Québec-Science Éditeur, 1976), Le Québec sur le pouce (Éditeur officiel du Québec, 1978 et 1984), La Médecine en observation (Les Éditions du Boréal, 1991) et Un jour la santé (Les Éditions du Boréal, 2002).

27 septembre 2009

Peut-être qu'il y a une paranoïa sur la conspiration des vaccins, oui. Mais il y en a tout autant sur la grippe en tant que telle et je trouve que vous les médias ne donnez qu'une source d'information. Effectivement que sur le web il y a beaucoup d'information qui circule et heureusement. J'ai écouté plusieurs source qui parle de la grippe dont des médecins qui ne recommande surtout pas se vaccin. Il dit en autre que dans tout l'histoire de la vaccination, c'est le vaccin qui est sorti sur le marché le plus rapidement, ça prend des années avant de sortir un vaccin et celui-là est sorti en quelques mois seulement, donc pas assez testé. La campagne de peur c'est vous qui la faite et tout se cirque est évidemment pour remplir les poches des industries pharmacologique et heureusement que ce n'est pas toute la population qui a les yeux fermer .

Martin Gagnon, Saguenay

26 septembre 2009

Le Georgia Guidestones est un monument en granit érigé le 22 mars 1980 aux États-Unis, en Géorgie, près d'Elberton. Il est surnommé le « Stonehenge américain ». 
 
Dix commandements sont gravés sur les deux faces de 4 pierres érigées verticalement et écrits en 8 langues différentes qui sont : l'anglais, le russe, l'hébreu, l'arabe, l'hindi, le chinois, l'espagnol et le swahili. 
 
Les dix commandements inscrits étant : 
 
1. Maintenir l'humanité en dessous de 500.000.000 individus en perpétuel équilibre avec la nature  
2. Guider la reproduction intelligemment en améliorant la forme physique et la diversité  
3. Unir l'humanité avec une nouvelle langue vivante  
4. Traiter de la passion, la foi, la tradition et toutes les autres choses avec modération  
5. Protéger les personnes et les nations avec des lois et des tribunaux équitables  
6. Laisser toutes les nations régler leurs problèmes externes et internes devant un tribunal mondial  
7. Éviter les lois et les fonctionnaires inutiles  
8. Équilibrer les droits personnels et les devoirs sociaux  
9. Primer la vérité, la beauté, l'amour en recherchant l'harmonie avec l'infini  
10. Ne pas être un cancer sur la terre, laisser une place à la nature  
Source: Wikipédia  
Et je vous laisse sur quelques citations: 
 
"En politique, rien n'arrive par hasard. Chaque fois qu'un évènement survient, on peut être certain qu'il avait été prévu pour se dérouler ainsi." Franklin D. Roosevelt . 
 
"Nous arrivons vers l'émergence d'une transformation globale. Tout ce dont nous avons besoin, c'est de LA CRISE MAJEURE et le peuple acceptera le nouvel ordre mondial" -David Rockefeller, CFR- conférence de 1974  
 
"Le monde est dangereux à vivre non à cause de ceux qui font le mal mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire."  
disait Albert Einstein.

Pierre Bourdon, Montréal

25 septembre 2009

Je crois que tout est une question de situation et d'éducation. La vaccination en générale est victime de sa propre efficacité et c'est bien parce que nous ne connaissons plus les ravages causées par les maladies dont elle nous protège qu'une partie de la population se paie le luxe de remettre en question son bien fondée. Il suffit de voir toute les complications (pouvant à mener de séquelles permanentes jusqu'à la mort) que ces maladies causes encore dans les pays sous-dévellopés pour comprendre l'importance de la vaccination. Bien sûre il y a des risques, certains grâves comme le syndrome de guillain barrée, mais la balance les bénéfices sont énormes pour la populations.  
 
Pour ce qui est de la vaccination pour H1N1, c'est certains que la situation exige une prise d'action rapide et c'est pour cette raison que nous ne pouvons passer par les étapes normales d'essais cliniques... Mais d'un autre côté l'expertise apprise des autres types de vaccination dont celui de la grippe saisonnière réduise beaucoup les risques potentielles de dérapage et de mauvaise surprises.  
 
En terminant, je crois que si on est indécis pour le vaccin du H1N1 je pense que l'important c'est de se renseigner auprès de plusieurs sources crédibles afin de prendre une décision éclairée et non pas de décider sur une impression ou encore suite à la lecture d'un courriel alarmiste et très douteux!

David Gagné, Sherbrooke

25 septembre 2009

Le "délire et l'ignorance", ne vient pas de nul part. Votre condescendence est déplorable. Si les gens manifestent une inquiétude, c'est qu'il reste à faire toute la lumière sur des zones d'ombres. 
 
- Le 9 mars dernier, lors du voyage de Sarkozy au Mexique, Sanofi-Pasteur publie sur son site Internet un communiqué de presse annonçant la construction d'une usine à vaccin grippal qui pourrait, je cite, "basculer aisément de la production de vaccin contre la grippe saisonnière à celle de vaccin contre la grippe pandémique".  
http://www.sanofi-aventis.com/binaries/20090309_mexico_flu_fr_tcm29-24323.pdf 
 
Sachant que le "patient zéro" a été répertorié fin mars, l'on peut se demander comment Sanofi a fait pour prédire la pandémie. 
 
Sans insinuer quoi que ce soit, une réponse à cette question est, il me semble, d'une importance majeure. 
 
- En outre, les adjuvants - tels que le mercure le squalène - seront ajouter au vaccin pour que la réponse immunitaire de l'organisme soit assez forte pour engendrer les anticorps. Or, il reste énormément de doutes quant aux effets secondaires de long terme de ces produits sur l'organisme. Le squalène pourrait notamment engendrer des maladie auto-immune. C'est pour cette raison que le Haut Conseil de Santé Publique en France a souhaité que les femmes enceintes soient de préférence vaccinées avec un vaccin sans adjuvant. 
 
Si ces adjuvants sont réellements sans dangers, pourquoi sont-ils alors dangereux pour les femmes enceintes? 
 
Et puis il y a ce fameux Tamiflu dont on nous a vanté, durant plusieurs mois, les mérites pour prévenir et guérir la grippe A pour ensuite lire dans le très sérieux British Medical Journal que ce médicament aurait plus d'effets indésirables que de bénéfices avérés. 
 
Alors que croire? On nous dit tout et son contraire.  
 
Si effectivement, les compagnies pharmaceutiques et les pouvoirs publics français n'ont rien à cacher, qu'ils fassent la lumière sur toute ces questions. 
 
Autrement, il est parfaitement légitime de douter de leur honnêteté.

Frédérique Chartrand, Avignon - France

23 septembre 2009

Pourquoi ce sont les conneries qui circulent le plus sur le net, et non les véritables informations? Peut-être pour les mêmes raisons que ce sont les mauvaises nouvelles qui font "La nouvelle". On dirait que "nous" préférons les catastrophes. Drôle de créature que l'humain.

Yvon Lacombe, Lac-Etchemin

23 septembre 2009

La vaccination a de tout temps, depuis qu'existe les vaccins, été contestée par nombre de gens qui craignent ce moyen de contrôle des maladies fortement contagieuses. Et pourtant la vaccination a sauvée bien des vies. Il est aussi vrai qu'elle a rendu gravement malades et même tuée certaines personnes, très peu cependant, qui ont eu de graves effets secondaires directement liés à la vaccination.  
Le problème avec le virus de la grippe est qu'il peut muter rapidmeent et que la préparation d'un vaccin prend +ou- six mois à ce que je sais. Difficile donc de bien cibler la souche à éradiquer. Doit-on pour autant dire que tout est mauvais? Pas certaine... 
Et si on ne fait rien, ne portera-t-on pas des accusations de négligeance contre le gouvernement qui savait qu'il y avait risque de pandémie? Selon moi il faut offrir le vaccin mêm si on a pas la certitude qu'il sera "parfait" et laisser le libre choix au gens de prendre ou pas ce moyen de prévention. 
Il faut dire aussi que les gens qui disent attraper la grippe à chaque année malgré qu'ils aient reçu le vaccin contre la grippe sont dans l'erreur. Ils ont eu le rhume à chaque année... La grippe on l'a que très peu de fois dans sa vie et c'est vraiment terrible. Ne pas confondre.

Mireille Fontaine, Ste-Brigitte-de-Laval, Québec

22 septembre 2009

Je suis en désaccord avec vous. Quels seraient les intérêts des cies farmaceutique de créer un genre de vaccin mortel?  
 
D'abord disons que l'argent, ils ne leur en manque vraiement, il y a un prix pour la surpopulation, ça coute cher! ensuite l'autrichienne qui a porté plainte, ce n'est sûrement pas du baratin! et.... builderburg, vous n'avez jamais attendu parlé? 
 
Pour finir, pourquoi y-a-t'il tant de désinformations, on nous prend pour des imbéciles? Les gens vont à un moment donné vraiment se tanner. Ils n'écouteront tout simplement plus les nouvelles, à moins qu'il y ait seulement que des nouvelles vraiment dramatique! Alors... on s'en va ou comme ça, nécessairement vers le chaos.

Marie-Hélène Tremblay, Montréal

18 septembre 2009

Vous savez, M. Villedieu, je pense que ces théories du complot trouvent leur popularité dans la peur des gens.  
 
La façon dont les médias traitent de cette nouvelle pandémie de grippe explique partiellement cette situation. Même ceux qui connaissent les bases de la biologie humaine sont secoués par le ton alarmiste des médias et ils réagissent avec scepticisme. 
 
La peur est une matière très susceptible, et elle est très maladroitement utilisée par les médias. 
 
Les théories du complot sont nombreuses ces temps-ci, et dans toutes sortes de domaines. Nous avons tous l'impression qu'on ne nous dit pas toute la vérité, je ne sais pas pourquoi. Les gens ont peur d'être manipulés par les médias. Lorsque les médias deviennent alarmistes, le scepticisme prend de la force. Tous ceux qui tentent d'alerter la population, ou même seulement de la renseigner, deviennent suspects. 
 
C'est ridicule, mais c'est la paranoïa générale dans laquelle nous vivons, et je crois que ça a commencé avec les événements du 11 septembre 2001. 
 
Le débat au sujet de la pandémie de grippe est devenu trop émotif. 
 
Les scientifiques sont incertains, c'est conforme à leur nature. En médecine, le doute fait partie de la démarche scientifique, heureusement. Mais c'est justement cette incertitude qui insécurise la population. 
 
Les médias devraient parler de la grippe A/H1N1 sans cacher les doutes que les scientifiques eux-mêmes entretiennent. Il suffirait peut-être simplement de dire que l'épidémie s'étendra probablement au Québec durant l'automne, et qu'en prévision de ça, la population est invitée à se faire vacciner. 
 
Deux mots importants: "probablement", et "invitée". 
 
En passant, je n'ai rien contre les théories du complot, je les trouve très amusantes et elles excitent mon imagination! Elles sont une façon agréable de se questionner sur la réalité!

Geneviève Ouellet, montréal

18 septembre 2009

Le sujet de la grippe H1N alimente beaucoup les discussions du moment, c'est indéniable. Il est normal qu'à partir du moment ou cette grippe a été très médiatisée, le public s'est focalisé sur ce sujet. Maintenant, il y a eu un répis d'informations de source officielle, qui a contribué à faire surgir toues sortes d'interprétations, connaissances ou méconnaissances. Jusque là, on est encore humains, sans vouloir excuser ces comportements... Mais, peut-on se calmer un peu et attendre les résulats des essais en cours ? Certes, les vaccins sont élaborés pour éviter d'attraper une maladie, mais tout le monde sait que tout évolue, même les virus, les bactéries et tout ce qui s'ensuit. On n'est jamais sûrs complètement, mais on dispose au moins de vaccins à notre époque.  
Cela prendrait peut-être des interventions ponctuelles pour communiquer une information officielle afin de rassurer les gens et leur donner l'heure la plus juste possible.  
Merci Yanick pour vos interventions toujours pertinentes !

Florence Duhamel, Montréal

18 septembre 2009

Ça n'est jamais tout noir ni tout blanc. Je n'aurai jamais totalement confiance dans les assertions des cies pharmaceutiques qui laissent croire (car elles ne peuvent le garantir) que les vaccins sont sans danger, mais je ne crois pas non plus qu'elles visent l'extermination! Leur motivation est très simple à comprendre: l'argent, le pouvoir, comme tout le monde. Les vaccins ont leur utilité, mais le problème c'est le consentement éclairé qui est impossible. Comme c'est le cas de patiquement tous les médicaments de synthèse, oui c'est efficacedans une certaine mesure contre une maladie donnée mais oui, ça affaiblit le corps et entraîne d'autres problèmes méconnus. Les cies pharmaceutiques sont riches. L'argent achète les résultats d'expérience, l'argent achète les statistiques. Si le vaccin contre la grippe fait du mal, ça ne doit être selon moi qu'un effet secondaire, un manque de recherche en profondeur, rien de volontaire. La vaccination n'est pas la meilleure des solutions possibles, c'est la moins pire.

Annie Larochelle, Montréal

18 septembre 2009

Un enfant de 8 ans aurait pu faire une recherche sérieuse sur Internet et découvrir que: 
1- Une vaste campagne de vaccination contre le typhus a eut lieu en 1917, en particulier sur les soldats des 2 camps de la première guerre mondiale 
2- Les personnes vaccinées étaient beaucoup plus à risque de contracter la grippe espagnole et cette condition est connue depuis 1920 http://www.whale.to/vaccine/higgins_b.html 
3- Des scientifiques américains, canadiens, israéliens et britanniques ont ressuscité la grippe espagnole en 2004 http://news.bbc.co.uk/2/hi/health/6271833.stm 
4- Les vaccins ont des impactes néfastes nombreux, en particulier sur les enfants, les femmes enceintes et les personnes âgées, comme en fait foi ce documentaire de l'ONF et TV5 
http://video.google.com/videoplay?docid=8503852033482537965 
5- La grippe normale tue 250 000 à 500 000 personnes chaque années sans que vous ne preniez la plume pour traiter les gens de parano 
http://www.who.int/mediacentre/factsheets/2003/fs211/fr/ 
6- Moi je ne suis pas payé par nos taxes pour faire une recherche sérieuse, vous oui... 
 
Bien à vous,

Hugues Jean, Montréal

18 septembre 2009

M. Villedieu, 
 
voici quelques événements me portant à croire ``a une complot commercial: 
 
- Ottawa commande 50 millions de doses d'un vaccin, encore non-approuvé lors de l'achat, pour 400 millions de dollars. Un investissement très productif en contexte de déficit fédéral record.... 
 
- on fait flotter le spectre d'une pénurie d'infirmières advenant une vaccination de masse 
 
- l'OMS fait flotter le spectre d'un manque de vaccins 
 
- le gouvernement Charest accorde un prêt NON-REMBOURSABLE de 20 millions de dollars à GSK pour agrandir ses installations en vue de la production prochaine du vaccin. 
 
- on affuble des articles de titres trompeurs dans divers médias, par exemple cette jeune femme de 23 ans morte suite à des complications à l'accouchement (hémorragie et coma artificiel, dont elle ne se réveillera jamais) ou, autre exemple, plus flagrant celui-là, dans mon journal local, où l'on a titré un article «Grippe A H1N1:un premier décès sur la Côte» et où l'on nous disait dans le texte qu'en fait la dame de 72 ans s'était remise de la grippe mais qu'elle était morte d'autre chose, autre chose qu'on n' pas cru pertinent de mentionner. 
 
- On envoie aux autochtones de sacs mortuaires en guise préparation à une grippe supposément aussi bénigne la saisonnière....  
 
Apparemment, l'auteur du texte que vous avez reçu n'a pas bien fait ses devoirs. Pour ma part, suis-je en plein «délire» paranoïaque? Ces nouvelles ont toutes été rapportées par Radio-Canada...Quand on se recule un peu et qu'on regarde le tableau dans son ensemble, force est d'admettre qu'on abuse de l'«ignorance» de la population. En tant qu'enseignant de français au secondaire, je me fais un devoir d'informer mes élèves sur ces abus qui sont commis dans nos médias. C'est bien connu, les médias ont depuis toujours présenté le monde tel que les puissants veulent que la population se le représente. Svp M. Villedieu, soyez aussi critique envers les promoteurs de cette vaccination que vous ne l'êtes envers les détracteurs. Merci, 
 
Hugo Robinson

Hugo Robinson, Baie-Comeau

18 septembre 2009

Dire que la science est nécessaire et indispensable au salut des conditions de vie est inutile, c'est très majoritairement admis. 
Le problème n'est pas la. Mais une fois qu'une technique est développée et existe, il reste la question fondamentale, et ce qu'il faut se rendre compte c'est 
« ...Voilà des mois et des années que j'essaye d'augmenter la portée de ma bombe, et je n'me suis pas rendu compte que la seule chose qui compte c'est l'endroit où qu'elle tombe. Y a quéq'chose qui chloche là-dedans. J'y retourne immédiatement... » 
 
Boris Vian- La java des bombes atomique- 
 
Il y a toujours la question de l'application par et pour qui. 
La recherche privée, EST PAYÉ par le public via les crédits d'impôt sur la recherche et les droits accordés pour l'exclusivité des brevets et une fiscalité très favorable au profit et dépense admissible des pharmaceutiques. 
 
Les profits eux demeurent privé. Le capitalisme c'est comme ça! 
Nous leur avons donc payé leur profit! 
 
La H1N1 demeure banal par rapport à d'autre fléau qui sont autrement plus dommageable. 
La dépendance au pétrole qui asphyxie et réchauffe la planète entière et catalyse nombre de convoitise et conflit armé, en plus de drainer des sommes colossales de notre économie et de notre savoir à rouler en char tue des millions de gens par années, et en tuera davantage mais qui s'en soucient. 
Le moteur-roue et des batteries puissante et abordable existe pourtant! 
 
L'obsession de concourir à une croissance perpétuelle de consommation dans un monde fini est aussi scientifiquement nul et pratiquement beaucoup plus dommageable que tous les fléaux biologiques réunis à l'heure actuelle. 
 
La science absolument, mais pour qui?

Jean Santerre, Blainville

18 septembre 2009

Bonjour M. Villedieu, 
J'aimerais savoir à quel article vous faites références. Il y a plusieurs courriels au sujet du virus H1N1 qui circulent à travers le monde depuis quelques semaines. Qui a signé celui dont vous parlez? Il serait utile de le savoir, car il est facile d'en parler sans que celle ou celui qui l'a écrit puisse répliquer. Vous avez sans doute raisons sur plusieurs points, mais vous omettez de nous rappeler bien d'autres aspects négatifs que la vaccination a rencontrés depuis sa découverte. Je ne serai pas le premier à souligner que l'industrie pharmaceutique s'intéresse plus aux profits qu'elle tire de la maladie qu'à celle qui concerne notre santé. Malgré l'efficacité et l'importance de plusieurs médicaments pour soulager nos maux, n'y a-t-il pas apparence de conflit d'intérêts au fond de cette industrie? Existerait-elle si nous étions tous bien portants? Comme vous, je ne crois pas que quiconque souhaite la mort de millions de gens. Nous sommes bien plus rentables malades. 
 
L'idée qui m'apparaît la plus importante, au-delà du débat sur le pour ou le contre de la vaccination, c'est non seulement le droit de choisir si nous voulons le recevoir, mais aussi le droit de le craindre, même si cela peut vous paraître absurde. N'est-il pas normal qu'un nombre important d'individus doute de l'efficacité de ce nouveau vaccin? N'y a-t-il jamais eu de dérapage dans le passé? Ne nous a-t-on jamais caché diverses vérités pour couvrir les mauvaises intentions de certains? Croyez-vous, hors de tout doute raisonnable, que le présent vaccin soit la seule solution contre une grippe qui se compare, selon les plus récentes observations, à la grippe saisonnière? Moi, pour l'instant, je n'ai pas de réponse à cette question.  
 
Je me demande si nous ne devrions pas porter nos efforts financiers et scientifiques sur les maladies qui tuent des milliers d'enfants quotidiennement, comme la malaria, la diarrhée, etc.

Garry Sandstrom, Montréal

18 septembre 2009

Selon un article intitulé « L'efficacité du Tamiflu, médicament recommandé par l'OMS, n'est pas démontrée » du journal Le Monde (et ce n'est pas le seul), paru le 18 octobre 2005, « c'est la première fois, dans l'histoire de la pharmacologie et de la lutte contre les maladies infectieuses, que des pays constituent des stocks nationaux d'un médicament qui n'a pas véritablement démontré son efficacité contre une maladie virale contagieuse à venir; et une maladie dont on ne connaît pas encore précisément à quel agent pathogène elle pourrait être due. Ce médicament est le Tamiflu, un antiviral de la multinationale suisse Roche, devenu célèbre, ces dernières semaines, au motif qu'il pourrait constituer une parade médicamenteuse efficace, à titre curatif ou préventif. » 
 
Sans douter de vos bonnes intentions en répondant à une forme d'alarmisme, rendu bien courante maintenant grâce à Internet, j'ai le sentiment que vous profitez des âneries de certains pour condamner les doutes légitimes d'un nombre grandissant de citoyens qui aimerais y voir plus clair dans ce dossier. Vous parlez du H1N1 comme s'il n'y avait aucune zone grise. Et là, je ne suis vraiment pas d'accord avec vous. 
 
Cordialemenent, 
 
Garry

Garry Sandstrom, Montréal

17 septembre 2009

@Louis Horvath 
 
Notre pire ennemi, c'est l'ignorance. Et, le meilleur ami de l'ignorance, c'est le manque de rigueur, dans tous les domaines. 
 
J'ai la naIveté de ''croire'' que l'augmentation de l'espérance de vie, la diminution de la mortalité infantile, nos maisons chauffées l'hiver et notre capacité de communiquer ne seraient pas les mêmes sans la science. 
 
P.S. Si vous voulez plaider pour que la recherche scientifique soit davantage financée nos impôts et moins par le privé, je suis tout à fait d'accord pour vous appuyer. Les connaissances nécessaires à notre vie ne devraient pas appartenir à des intérêts commerciaux.

Laurent Émond, Québec

17 septembre 2009

Il n'y a pas que du délire. Il faut lire à ce sujet le texte du 16 août 2009 du docteur Martin Winckler- Marc Zaffran sur son blogue, sur le site de Passeport Santé. Plein de nuances et de la place pour la réflexion intelligente.

Lysanne Legault, Vaudreuil-Dorion

17 septembre 2009

Semez le doute et récoltez la confusion. 
En ces temps de crises à visages multiples et d'ampleur planétaire, il est tout à fait légitime pour le citoyen de bonne foi de se sentir au milieu d'un épais brouillard en ce qui concerne l'information. La concentration des médias utilisés comme armes de persuasion massive depuis 2001 par les pouvoirs en place et dont le sens éthique est fortement remise en cause peu importe le domaine d'expertise, aurait-elle une quelconque incidence sur l'indice de méfiance qui semble croître plus rapidement que celui de la confiance dans la population en générale. Force est de constater que la propagande s‘est répandue comme une traînée de poudre blanche toxique dans nos masse-médias et l'information scientifique n'y échappe pas peu importe le code postal de la bactérie mangeuse d'âme aux enchères. Il est remarquable de constater comment tous les domaines d'activité sociétale sont interdépendantes, la politique , l'économie, les communications (médias), la science, le militaire...etc, et conséquemment à cette propagande qui défigure le réel, et dont les médias sont la principale courroie de transmission, il n'est pas surprenant de lire sur internet toutes sortes de scénarios hautement paranos. Le lien de confiance a été rompu, et rien n'indique qu'il sera bientôt rétabli  
« Il ne peut pas y avoir de crise la semaine prochaine: mon agenda est déjà plein », Henry Kissinger, ancien conseiller à la défense nationale ( 1969-1973 ) puis Secrétaire d'Etat américain ( 1973-1977) Tirez-en vos conclusion.

Miron Denis, Montbeillard

17 septembre 2009

Bien sur, bien sur, j'ai lu la fameuse lettre ... qui m'a fait réfléchir. Nous baignons aujourd'hui dans un crescendo d'avertissements et de directives assourdissant. Manipulés par la pub, forcés à la dissonance cognitive pour mousser le commerce, l'humain normal que je suis finit par douter. Douter solide. 
 
Dites-moi donc, mon ami, faites-vous confiance à tous ces politiciens dont l'étiquette de prix pend du collet? Ou encore aux méga corporations pour qui l'honnêteté fiscale est devenue un fléau? Ou encore à cette industrie pharmaceutique, la plus profitable de toutes les industries, qui quête de l'argent pour la recherche (quand ils ne demandent pas des crédits d'impôt!)? Je ne sais pas pour vous, mais tous ces candidats se sont brûlés maintes et maintes fois. Et continuent de se brûler – ils ne veulent rien comprendre, quoi. 
 
Et ne me parlez surtout pas de la science, qui a pris l'habitude de travailler avant tout pour le plus offrant; la civilisation passe son temps à aller se rhabiller pendant que la science passe ses budgets avant sa conscience. 
 
Alors comment pensez-vous que ma petite personne réagit quand on tente de me terrifier à coup de pandémies et d'annonces de pestilence à venir? Que dois-je penser quand mon intuition me dit qu'encore une fois on va me vendre une rôtissoire dont je n'ai pas de besoin? Pensez-vous sérieusement, une seule seconde, que je vais croire un politicien véreux qui m'annonce la découverte d'un virus par un scientifique vendu qui va se traduire dans l'achat d'un antidote à mes frais pour une maladie ... possible?  
 
Je ne nie pas la réalité scientifique du H1N1, ce que je dis c'est qu'avec les gérants d'estrade qu'on a, notre pire ennemi n'est pas un barbu caché dans une montagne en Afghanistan ou un microbe mal aimé, peu importe sa source. Et cacher ce malaise sous le tapis comme vous faites ne le fait pas disparaître pour autant. 
 
Bien à vous,

Louis Horvath, Longueuil

16 septembre 2009

Comme j'enseigne la microbiologie, je reçois assez souvent de la part de proches et d'anciens élèves des courriels semblables à celui que vous faites mention. Je me fais honneur de corriger certains faits et d'informer, mais j'avoue avoir de la difficulté à garder mon calme devant de telles âneries qui circulent. Et je suis poli. 
 
Merci de contribuer, à bien plus grande échelle que moi, à de saines discussions sur le sujet.

Sylvain Beausoleil, Montréal

16 septembre 2009

Vous avez tristement raison. 
 
Et j'ai une question. Comment faire en sorte que la culture scientifique soit un peu plus présente à l'école et dans les médias?

Laurent Emond, Québec

16 septembre 2009

Hier, un artcle paru dans Le Monde fit une vague parmis les forums médicaux et forums populaires. 
 
http://www.lemonde.fr/planete/article/2009/09/15/deux-approches-d-experts-face-a-la-grippe-a_1240688_3244.html 
 
Alors que le nombre de cas se multiplie et que la France enregistre son premier décès d'une personne sans antécédent médical, les professeurs Patrick Berche, doyen de la faculté de médecine Paris-V Descartes et chef du service de bactériologie-parasitologie-virologie à l'hôpital Necker, et Didier Raoult, spécialiste des maladies infectieuses à l'hôpital de la Timone à Marseille, font le point sur les dernières informations concernant le virus H1N1. 
 
Didier Raoult : Une chose est sûre, il ne s'agit pas d'une "grippette". Cette grippe est unique, elle suit un schéma particulier jamais vu jusqu'à présent. Je rentre tout juste d'un congrès international sur la grippe aux Etats-Unis. Les travaux présentés ont mis en évidence que deux Américains décédés de la grippe A étaient porteurs d'une mutation. 
 
Cette mutation n'explique peut-être pas tous les morts sans antécédents médicaux, mais il faut prendre cette éventualité en compte. 
 
Patrick Berche : Dans l'histoire des virus, les scientifiques ont remarqué que ceux-ci changeaient de virulence à peu près au même moment partout dans le monde. 
 
Lorsque les cas mortels de grippe A chez des sujets sains se multiplieront à plusieurs endroits du globe, des mesures plus drastiques devront être prises. 
 
Malheureusement en Indes (Hyderabad pour être précis les décès quotidien ne cessent d'augmenter). De plus l'INSPQ a démontré que 15% des individus étaient encore contagieux au bout de huit jours. 
http://www.flutrackers.com/forum/showthread.php?t=125227 
Merci de dénoncer les excès.

Michel Maheu, Rivière Rouge

2011

2010

2009

2008