Imprimer cette page

Jeudi 7 août 2008 12:56 MTL


Pour en discuter avec nous...

Cet espace de dialogue, de réflexion et de débat d'idées est aussi le vôtre. Nos carnetiers sont là, non pour mettre de l'avant leurs opinions, mais pour lancer une discussion et vous permettre de vous exprimer sur les événements marquants qui surviennent ici ou ailleurs dans le monde. Nous lisons tous les commentaires reçus, mais nous modérons chacun des carnets pour ne retenir que les commentaires les plus pertinents selon les sujets abordés. Seules les interventions signées et faites dans le respect d'autrui sont retenues. Pour en savoir plus, lisez
la nétiquette.
Bonne réflexion!

Veuillez noter que les forums de discussion des Carnets sont ouverts pendant deux semaines.

Carnet Michel Cormier

24 juillet 2008

À propos des Noirs et des bars


Certains d'entre vous ont évoqué cet article du South China Morning Post qui prétendait que les propriétaires de bars de Pékin avaient reçu l'ordre de la police de refuser l'accès aux Noirs lors des Jeux.  
 
Comme pour beaucoup de choses en Chine, il est très difficile de vérifier ce genre d'histoire. Ce qu'il y a de factuel, par contre, c'est que bien des bars et restaurants tenus par des étrangers dans les environs des installations olympiques ont été fermés par les autorités pour éviter tout trouble durant les Jeux.  
 
Cela reflète le contexte de ces JO. Et je persiste à croire qu'il faut parler du contexte particulier de ces Olympiques qui ont lieu à Pékin. Il y a une préoccupation, pour ne pas dire une obsession, de la sécurité que je n'ai pas vue aux Jeux d'Athènes (qui étaient pourtant plus rapprochés du 11 septembre et de la peur d'Al-Qaïda).  
 
Les mesures de sécurité sont beaucoup plus importantes à Pékin. On a arrêté ou mis sous surveillance beaucoup de dissidents à l'approche des Jeux, et il est laborieux de travailler ici comme journaliste. Et tout cela tient du fait que le gouvernement veut montrer une image de la Chine comme d'une société harmonieuse. Or, cela ne fait que révéler à quel point la dissidence n'est pas permise.  
 
À Athènes, Sydney ou Atlanta, les autorités n'avaient pas peur des manifestations parce que les gens ont le droit de manifester. Là est toute la différence. Et de faire abstraction de ces réalités dans la couverture des Jeux de Pékin serait manquer à notre devoir d'informer parce que cela est le contexte politique et social dans lequel se déroulent les Olympiques.  
 
 
Impossible même de faire des reportages positifs 
 
La réalité de ces Jeux, c'est que cette préoccupation du secret et de la sécurité nous empêche même de faire des reportages positifs. Interviewer les athlètes olympiques chinois? Impossible. Visiter les installations agricoles spéciales qui vont assurer la sécurité des aliments pour les athlètes? Non plus. (Les craintes des athlètes sur la sécurité des aliments sont, à mon avis, exagérées). Faire un reportage sur ce petit garçon de 7 ans qui porte le nom d'Olympique? La famille a peur de parler. Faire un portrait de la grande école de gymnastique de Pékin qui produit tous ces merveilleux athlètes chinois? On vous accorde 15 minutes pour tourner des images, mais on vous interdit de faire des interviews. 
 
En terminant, je ne crois pas que ce soient les attentats ou les manifestations sur la place Tiananmen qui vont poser problème. Ce seront, comme d'habitude, les imprévus. Par exemple, si la pollution persiste, les athlètes vont se plaindre, les autorités chinoises vont nier qu'il y a de la pollution. Ce sera la crise. Et si jamais un médaillé chinois était trouvé coupable de dopage, je vous laisse imaginer.  
 
En fin de compte, ces Jeux seront un grand moment pour la Chine; les cérémonies d'ouverture seront grandioses et les athlètes chinois vont remporter beaucoup de médailles. Et nous en parlerons le temps venu. Mais il faut aussi parler du contexte dans lequel se déroulent les Olympiques. Cela ne signifie pas que l'on déteste la Chine ou qu'on lui veut du mal.  
 
P.-S. Il est faux de dire que nous n'avons pas couvert les explosions qui ont eu lieu dans les autobus. Nous en avons parlé le jour même à RDI et au Téléjournal.

Vous avez des questions, des remarques ou voulez me suggérer des thèmes que je n'ai pas abordés?

Écrivez-moi à : carnets@radio-canada.ca

Avant d'entrer en fonction comme correspondant de la télévision de Radio-Canada et de la CBC à Pékin, Michel Cormier a été correspondant à Paris et à Moscou, chef de bureau de la colline Parlementaire à Québec et correspondant du Point à Ottawa. Auparavant, il a été correspondant national de l'émission Sunday Morning, à la radio de la CBC et journaliste à l'émission Présent-dimanche à Montréal. Natif de Cocagne, au Nouveau-Brunswick, il a commencé sa carrière au réseau atlantique de Radio-Canada à Moncton. Il détient un baccalauréat en journalisme de l'Université Carleton et une maîtrise en science politique de l'Université Laval.

Michel Cormier a été le premier journaliste canadien à pénétrer en Afghanistan à la veille de l'offensive américaine. Il a interviewé Hamid Karzaï et Vladimir Poutine, a couvert la tragédie du Koursk et le conflit en Tchétchénie; il a été l'un des rares journalistes à assister au renversement populaire du président géorgien Édouard Chevarnadze, dont la couverture lui a valu une mention pour le prix Gemini. De Paris, il a couvert la crise des banlieues, les attentats de Londres et la mort du pape Jean-Paul II; il s'est aussi rendu maintes fois en Israël et dans les territoires occupés.

Il a obtenu les prix Anix et Judith-Jasmin et il est l'auteur de trois livres: Un dernier train pour Hartland, biographie de l'ancien premier ministre Richard Hatfield, écrite avec Achille Michaud; La révolution acadienne, biographie de l'ancien premier ministre Louis Robichaud, pour laquelle il a reçu le prix France-Acadie. À l'automne 2007, il a publié chez Leméac La Russie des illusions, une série d'essais dur la Russie, que Le Devoir a salué comme un livre « fascinant [...] qui s'inscrit dans la tradition des ouvrages signés par des grands reporters qui allient l'acuité du regard sur l'autre et la compassion à une écriture solide ».

10 août 2008

Mr Cormier. 
Très belle organisation que ces jeux. 
Malgré la pollution, on n'entend personne se plaindre. 
Les gens semblent heureux et les chinois sont contents de recevoir tant de monde . 
C'est vu de l'extérieur des jeux qui seront vécus dans l,harmonie. 
Les journalistes nous paraissent libres. 
Notre Jean-René Dufort peut faire plein d,exploits!  
Bref , bons jeux 2008!

Louis Veilleux, St-Georges

8 août 2008

Mr Cormier. 
Ce fut grandiose cette cérémonie des jeux et il y avait beaucoup de respect et de fierté . 
La Chine a mis les efforts nécessaires et nous pouvons reconnaître leur ingéniosité et talent. 
J'espère que ces jeux se dérouleront dans le calme . 
Il ne faut pas pénaliser les athlètes . 
Que ceux qui cherchent à faire du trouble pensent à tout le travail que les athlètes du monde entier ont fait pour se rendre aux olympiques .

Luc Boutin, Sherbrooke

8 août 2008

Mr Cormier. 
Les jeux olympiques sont une façon de communiquer avec le monde entier. 
C,est aussi un protocole à respecter de la part de notre premier MINISTRE HARPER. 
On parle des tibétains et on parlera aussi des canadiens qui n'ont pas eu la présence de leur premier Ministre. 
Nous aurons des médaillés .J'espère que Harper ne leur donnera pas les médailles !  
Ce serait une contradiction car supposément que notre ministre n'aime pas les jeux olympiques !

Serge Roy, Montréal

8 août 2008

Mr Cormier . 
C'est avec fierté que nous avons vu nos athlètes canadiens. 
Beaucoup de travail pour aboutir à ces jeux. 
Il aurait été normal que notre premier Ministre Harper ait été là pour nous représenter. 
Cette situation enfantile de bouder le condamnera . 
C'est aussi provoquer de mauvaises relations avec la Chine. 
Les absents ont tort et aux prochaines élections ce sera une autre tache à son dossier. 

Louis Grondin, St -Jean sur Richelieu

7 août 2008

Mr Cormier. 
Comme plusieurs télespectateurs et lecteurs des nouvelles , je trouve les commentaires des journalistes autant pertinents dans la vie des athlètes que les documentaires . 
La sécurité a beau être extrême , hier on a vu une pancarte qui soutient les tibétains. 
Notre curiosité sur l,attitude des forces policières est aussi soutenue. 
La Chine !  
Je suis très amère . 
Hier on parlait de dopage génétique que les athlètes chinois pourraient avoir!  
Le nombre de médaillés saura nous en dire long. 
Je ne sais si les chinois ont accès à votre site . 
Quoiqu'il en soit, je vais vérifier si mon écrit est censuré!  
Bonne chance à vous Mr Cormier. 
Les murs ont des oreilles!

Luc Dubuc, Sherbrooke

5 août 2008

Quand on se met sous les projecteurs, il faut s'assurer de ne pas avoir de squelettes dans son placard. Les pays occidentaux accordent la plus grande importance aux droits qu'ils considèrent "fondamentaux" : les différentes libertés et le droit à la dissidence.  
 
Bon, tant que la Chine demeure un pays producteur et exportateur, tout le monde le sait mais personne n'en parle. Cependant, les Jeux Olympiques sont un produit occidental que la Chine a voulu. Ce faisant, elle a attiré sur elle les projecteurs. Personne n'attaque "injustement" la Chine : elle s'est elle-même mise en lumière vis-à-vis d'autres peuples avec lesquels elle ne partage pas les mêmes valeurs. Et ces peuples sont supposés faire quoi ? Rester les bras croisés ? Non, la Chine a voulu ces Jeux : qu'elle accepte ce qui va avec : la critique, les remises en question, l'intérêt positif et négatif, ce que les anglos appellent la "scrutiny". 
 
Tout ceux qui pleurent "oui mais vous noircissez la Chine sans raison", essayez de comprendre l'Occident, un peu : nous avons des valeurs, la Chine a promis de son propre gré au CIO qu'elle s'y conformerait pour obtenir l'incroyable vitrine publicitaire que constituent ces Jeux, et elle ne l'a pas fait.  
 
Comme toute personne responsable qui commet une erreur, la Chine devra un jour accepter qu'elle est responsable de la présentation de son image telle qu'elle est. personne ne l'a forcée à postuler pour les Jeux ; la condition était de s'aligner sur les valeurs occidentales. Pay up.

Michel Klatonia, Montréal

5 août 2008

Mr Cormier. 
Nous sommes tous curieux et ouverts à ces olympiques. 
Nous sommes aussi avides de connaître comment vivent les chinois. 
Autre temps , autres moeurs. 
Par cela je veux dire qu'autant les jeux olympiques nous attirent et aussi la façon dont nous verrons les moeurs et attitudes des chinois. 
Les reportages autant des jeux que ceux autour des jeux font partie des OLYMPIQUES. 
Imaginons que le monde entier regarde à travers vos reportages . 
Nous aurons aussi les versions des autres pays . 
C'est comme ça que sont les jeux et le pays qui reçoit. 
Non pas que nous rejetons la Chine : mais ....

Paul Voyer, St-Marie

5 août 2008

Je m'attends à ce qu'un journaliste du service de nouvelles de Radio-Canada informe les téléspectateurs de ce qu'il voit, entend et apprend, que cela plaise ou non aux autorités. 
Que ceux et celles qui déplorent la couverture de Radio-Canada en Chine et qui réclament des nouvelles positives soient rassurés: les journalistes sportifs de tous les réseaux joueront comme d'habitude leur rôle de meneuses de claques avec brio, avec un minimum d'esprit critique et un maximum d'enthousiasme débridé.

Yves Lusignan, Gatineau

5 août 2008

M. Cormier, 
J'en doute pas que vous faites un excellent boulot mais on dirait qu'à chaque jour (depuis au moins 2 semaines) il faut que le Téléjournal ouvre avec un reportage scandaleux sur les problèmes internes et politiques de la Chine. C'est assez! vous nous apportez rien de nouveau!!!! La chine a fait du chemin depuis quelques choses années. Rappelons-le: C'est un pays Communiste qui s'ouvre au monde à son rythme, à sa facon et surtout qui a une vision de la démocratie qui n'est pas nécessairement celle de l'Amérique du Nord. 
Laissons la Chine tranquille et arretons de faire de la provocation avec des reportages et des manchettes sur des problèmes internes du pays. Que dirions-nous si les journalistes du monde entier ne parleraient que des problèmes internes canadiennes (séparation du Québec, problèmes de santé, Décrochage, infrastucture) lors des JO de Vancouver au lieu de parler des JO et des athlètes. 
M. Cormier, Place aux Athlètes SVP; on a hâte de regarder votre meilleur repotage sur les JO!! 
Cordialement,

Elie Khalil, laval

4 août 2008

MrCormier. 
Force nous est donné de croire que la liberté d'expression n'est pas permise en Chine. 
Le reportage fait à l'insue des chinois sur le sort des tibétains nous en dit long!  
Je ne doute pas que censure il y a en Chine. 
Je vous pose cette question à laquellle j'aimerais une réponse de votre part. 
A quel endroit séjournerons les athlètes chinois?  
Seront-ils au village olympique?  
Je me méfie des chinois et de leur dictacture .

Luc Dubé, Mont Joli

4 août 2008

Mr Cormier. 
Un internaute écrit dans ce carnet qu'on achète ( made in china)  
Il a totalement raison. 
Nous contribuons à nous appauvrir et diminuons nos productions. 
J'ai fait un achat sur lequel l'étiquette était ( fait au canada) mais derrière cette étiquette je fus estomaqué de lire( made in china)  
On peut difficilement trouver nos produits. 
Est-ce que le gouvernement pourrait freiner cet exode ?  
J'en doute car la main d'oeuvre chinoise leur donne un pouvoir de vendre à côut moindre. 
On n'a aucun pouvoir sur ( made in canada et fait en chine)

Luc Boucher, Sherbrooke

4 août 2008

Mr Cormier  
Je suis étudiant à l'université Mc Gill en génie mécanique. 
Je cotoie des étudiants chinois mais ces derniers sont robotisés. 
Étude , dodo. 
Ce à quoi je suis d'avis que cette attitude est la même pour un athlète .Discipline , pratique et performance . 
Malheureusement , le système chinois ne permet aucune déficience aux leurs. 
Un reportage sur les tibétains fut diffusé à radio-canada . 
On peut comprendre leur peur , leur fragilité envers les chinois.

Luc Dion, Montréal

4 août 2008

A un internaute qui accuse Mr Cormier de noicir la Chine, je vous ferai remarquer qu'il identifie ce qui se passe et fait son travail de journaliste. 
Mr Cormier est neutre , à vous de nous démonter que ce dernier déforme les faits. 
Plusieurs internautes ont des interrogations sur l'information qui peut ou ne peut être divulguée. 
Et je suis de ce nombre . 
Bon jeux olympiques à vous!

Claire Thibaudeau, Sherbrooke

4 août 2008

Bon, la Chine ne fait pas comme nous...elle pille et détrône les Tibétains...je suis d'accord avec vous...mais vous, qui acheter À CHAQUE JOUR des produits "made in china" parce que moins cher, allez chialer MAINTENANT parce que les jeux s'y déroulent dans quelques jours? Je dis non...pas le bon moment...là est venu le moment aux athlètes amateurs d'exprimer leur dur labeur des 4 dernières années...là est venu le moment de respecter cet efforts...voici pourquoi mon seul message à ce moment-ci va aux athlètes et il est très simple: la place est à vous, bonne chance...

Pierre Belleville, Longueuil

2 août 2008

toutes vos reportages sur la chine, c'est toujours la critique, avec la méchancetés et préjuge, POURQUOI MONSIEUR?

ning yuan, montreal

2 août 2008

Mr Cormier 
Comme plusieurs , je m,interroge sur les jeux olympiques tout court. 
C'est dommage mais il n'y a plus vraiment de raison à ce qu'on fasse des jeux olympiques 
Les athlètes sont victimes de plusieurs situations. 
En effet ce sont les pays les plus favorisés qui forment leurs athlètes . 
Certains athlètes reçoivent des salaires alléchants avec entraîneurs professionnels. 
Ceux-là peuvent s'entraîner , et les autres pouvoir s'entraîner avec modération. 
Pouvoir des pays favorisés , perte des autres pays sans argent. 
La Chine !  
J'attends comment sera perçue la publicité et censure. 
S,il est vrai que les noirs sont refusés dans les bars , ce sera vraiment ridicule. 
On est en 208 en Chine et en 2008 ailleurs....

Luc Dion, Mon joli

1 août 2008

Tout le monde sans exception, que l'on soit simple citoyen ou journaliste sur place, est indigné par le non-respect des Droits de l'Homme prôné en Chine.  
On ne parle même pas de sport, on ne parle que de politique. Je ne comprends toujours pas pour quelles raisons la Chine a été choisie pour les Jeux de 2008...Refuser que les Jeux s'y déroulent n'aurait probablement rien changé à la situation, mais au moins aurait concrètement exprimé un certain désaccord international. 
À mon avis, à l'heure qu'il est, ça ne sert plus à rien de s'indigner ou de protester. La Chine ne respecte pas les droits humains mais aura quand même été choisie pour accueillir les Jeux Olympiques : ce sont ses dirigeants qui doivent s'en taper les cuisses...

Annie Boisseau, Mtl

31 juillet 2008

Les violations de droits humains en Chine ne sont pas que des cas isolés comme quelqu'un l'affirme plus bas. Citer en long et en large les différents abus à l'encontre non seulement des minorités ethniques mais aussi des centaines de millions de Hans qui souffrent de la disparité économique, de la persécution de leur droit de croyances, etc., ne touche pas l'essence de la question.  
 
Le problème, c'est le Parti communiste chinois. Sans Parti communiste: une Chine authentique et prospère. Avec Parti communiste: une culture détruite, la corruption, le non respect des droits de l'Homme, des pratiques gouvernementales inacceptables. 
 
Rappelons-nous les lessons historiques. "Plus jamais", avait-on dit après WW2 et les atrocités nazies. Rappelons-nous Winston Churchill qui a dit que quelqu'un qui cherche à apaiser est quelqu'un qui nourrit les crocodiles en attendant d'être manger à son tour.  
 
Il faut encourager les Chinois qui travaillent de façon pacifique pour une Chine libre en renonçant publiquement à leur adhésion au PCC. Ils sont plus de 40 millions! :-D

Pierre Barry, Toronto

31 juillet 2008

A travers les commentaires observées sur le site de SRC ainsi que d'autres des pays occidentaux, je remarque une forte tendance anti-chinoise plus qu'envers les JO. Je constate cette extrême frustration des personnes marginalisées qui sont un peu déconnecté de la réalité socio-politique mondial. On sais tous que les JO sont maintenant très politisés. Chacun tend de tout faire pour l'obtenir afin de rendre gloire et honneur à son pays. La Chine ne fait pas exception. Le pays attend depuis des années cet grand événèment, laissons le une chance. Les pays occidentaux ont déjà eu cette chance et se contentent de nuire à tout prix les JO au nom de la démocratie et des droits humains. On n'est plus innocents comme avant, ces concepts forts défendus par les puissances occidentales sont de la pure hypocrésie. Le modèle chinois est différent de l'Occident, elle ne sera jamais pareil. Elle ne s'intégra jamais au modèle, soit disant démocratique, à l'occidental. Je déplore les reportages du SRC qui ne fait que refléter le côté négatif des JO, car il vient de perd son objectivité. Je comprends le travail des journalistes pour refléter un point de vue différent des autorités, mais je pense qu'on est allé un peu trop loin et trop fort. On commence à diaboliser tout un peuple pacifique et enthousiaste pour attirer de l'attention. On continue de faire de la désinformation et à frapper ce qui bouge.

Kevin Lam, Montreal

31 juillet 2008

Non. 
 
Moi je refuse de faire la fête avec la chine parce que, ce faisant, j'apporterais mon appui à un régime qui met en prison ses dissidents et ceux qui le critique de quelque façon que ce soi. 
 
Amnistie International est censuré en chine. Cet organisme est très critique envers le Canada dans l'affaire Maher Arar, à juste titre. Pourtant, le Canada les laisses s'exprimer. Ils ne sont pas menacé au Canada. En Chine c'est tout le contraire. 
 
Il y a huit ans, j'ai perdu mon emploi parce que j'ai exprimé publiquement combien j'étais choqué de constater que notre premier ministre Jean Chrétin allait faire du "business" en Chine alors que les Tibétains étaient victimes de nettoyage ethnique (émigration chinoise massive de plusieurs millions de personnes en quelques années au Tibet organisées par le régime. Vol des terres et des maisons des Tibétains pour les donner aux "émigrants" chinois. Guerre sans merci envers le Dalaï Lama qui est un apôtre de la paix pour tous et partout, etc.). 
 
Alors, oui, je vais continuer d'utiliser le JO pour dénoncer le sort réservé aux Tibétains. Aujourd'hui, même le CIO est dans l'embarras face à toutes les promesses brisées par le régime. Ce régime utilise les jeux pour ce refaire une réputation, ça me lève le coeur.

Yves Coulombe, Montréal

31 juillet 2008

Mme Lynne Tremblay a bien raison de nous rappeler que on devra plutôt encourager le progrès phénoménal accompli depuis 30 ans plutôt que de la contester avec les paramètres d'ici. La démocratie, cela va venir un jour. 
 
Ce qui me choque, ce que certains préfèrent des nouvelles sensations et des cas isolés, d'autant plus que cette soi disant « élite" émet des commentaires non responsables, sur des faits non vérifiables, sans poer du pieds en sol chinois niparler sa langue. Exemple : interdiction des Noirs dans des bars, répression des Tibétains par les Hans, interdiction de la secte Falungong. 
 
Quand je vois les mercredis de la Chine sur RDI, c'est déplaisant de voir que le focus de l'émission se concentre une fraction minime et mécontente de la population. Or pourquoi on n'a pas reporté l'enthousiasme des habitants de Beijing à participer au contingent des volontaires des Jeux, l'attente pendant des heures et des heures sous un soleil d'aplomb afin d'acheter des billets des Jeux, la mobilisation de toutes ressources du pays...Un rêve millénaire est en train de devenir une réalité. 
 
Malgré la haute surveillance de la ville et le contrôle tous azimuts, on doit avouer que la chine a fait un effort colossal. Elle a tout essayé de tenir la promesse au Comité Olympique. Il faut aussi dire que l'ouverture de la Chine, avec le dénominateur des OJ, sera uncontournable. 
 
Les Canadiens d'origine chinoise à Montréal souhaitent tous bonne chance à Beijing. Vécu en Chine et en Occident, on apprécie énormément les progrès réalisés là-bas. On lit en toutes les langues, ce qui nous permet d'avoir une optique neutre et fiable. On est beaucoup mieux placé pour faire des commentaires sur la Chine, n'est-ce pas. 

Les Jeux sont une occasion unique de se faire des amis chinois. Je propose à toutes et tous de dire NIHAO à nos compatriotes chinois. Laissons de côté nos différends, le moment est venu de célébrer ensemble.

Pierre Zhang, Montreal

31 juillet 2008

Je suis pour un boycott des J.O. égalitaire.  
 
Non à Pékin 2008. 
Non à Vancouver 2010. 
 
Le gouvernement canadien : 
 
- Menace l'environnement. 
 
- Cautionne les meurtres de milliers d'étrangers à l'aide de l'armée canadienne. 
 
- Méprise le peuple québécois et lui refuse sa souveraineté (comme le Tibet, mais avec une violence plus psychologique que physique). 
 
- Vend les services du CRTC comme un vulgaire commerce pour renflouer ses coffres, au lieu de contrôler ses dépenses. 
 
- Jette un voile sur l'accès à l'information et empêche les journalistes de faire correctement leur travail. 
 
- Se mêle de ce qui ne le regarde pas directement, comme la campagne présidentielle américaine. 
 
- Ne se mêle pas de ce qui le regarde, comme rapatrier les citoyens canadiens à l'étranger. 
 
- Appuie l'élévation de murs bureaucratique (histoire des passeports) entre le Canada et les États-Unis, au contraire de l'Europe qui laisse tomber les barrières. 
 
- Laisse les riches s'enrichir et les pauvres s'appauvrir en baissant les impôts et les taxes, tout en diminuant les services. 
 
- Coupe dans la culture en refusant une aide correcte aux événements culturels. 
 
Franchement, avec un gouvernement comme celui-là, c'est non à Vancouver 2010. Élisons un autre gouvernement d'ici là, sans quoi la population canadienne ne méritera pas ces jeux.

Guillaume Houle, Sherbrooke

31 juillet 2008

N'oublions pas un fait précieux, dans ce débat : la Chine est un pays à l'histoire maintes fois millénaire. 
 
En plus de 9500 ans d'histoire, la Chine n'a pas d'excuses : ce pays a eu le temps d'évoluer et de créer des inventions importantes, des philosophies innovatrices. Pourtant, l'empire du Milieu a continué de se complaire dans la guerre et dans les luttes de pouvoir intestines. 
 
Il n'y a aucune raison de s'apitoyer sur un pays qui a longtemps réprimé ses citoyens. Oui, la Chine peut évoluer, mais les Jeux Olympiques ne sont pas la solution. 
 
La Chine a le dos large. C'est normal : elle regroupe plus du 6e de la planète. Le sort de l'humanité est en bonne partie entre ses mains. Son futur est le nôtre. 
 
C'est tout-à-fait normal de la critiquer. Dire le contraire, c'est plier l'échine face au dragon de la dictature. 
 
Pareil pour Harper au Canada. Je fais partie de ceux qui lui indiquent la porte depuis le début.  
 
Il est temps que les dormeurs s'éveillent, chez nous aussi.

Robert Rage, Weedon

30 juillet 2008

S.V.P. les journaliste, la chine a fait beaucoup de progrès depuis 25 ans, c'est un paye en vois de développements, ça prend le temps . Est-ce que le Canada est parfaite? Pourquoi vous être toujours si strique avec la chine? Pourquoi vous être toujours méchant avec la chine?

Lynne Tremblay, Canada

30 juillet 2008

dans l'esprit olympique, on doit laisser la chance au coureur.  
 
alors, laissons une chance à la chine. 
 
on sait pour le tibet, pour les atteintes aux droits de la personne, pour les condamnations à mort... 
 
mais la chine c'est aussi un milliard de personne, une culture fabuleuse, des travailleurs inlassables. 
 
 
 

Marie Rondeau, Montréal

29 juillet 2008

En attribuant les Jeux Olympiques à la Chine, la planète s'attendait à quoi au juste ? Tout ce qui se passe autour des jeux en Chine, était prévisible lors de l'attribution de ceux-ci. Arrêtez donc de crier et dénoncer ce qui se passe. On savait tous que ça se passerait à peu près comme ça se passe maintenant. Quant à moi, je ne regarde ou n'écoute plus les jeux depuis Atlanta. Trop de politique, de dopage et plus aucun plaisir.

Jules Deslauriers, lachute

29 juillet 2008

Personnellement, je trouve désolant de voir les passions qui se déchaînent dans l'analyse que nous faisons des évènements. Nous devons comprendre qu'en tant que concurrent des grandes puissances occidentales, la Chine se trouve constamment exposée aux tentatives de déstabilisation (bien connues) des services de renseignements étrangers. Plusieurs médias dissidents, ou groupes dissidents, se retrouvent bien souvent appuyés ou financer par ces mêmes services, d'où la paranoïa du régime. La même situation prévaut par exemple au Vénézuela, au Liban, en Iran et autres... et prévalait en Afghanistan avec le soutient que l'on a donné aux Talibans contre l'URSS. Les ennemis de mes ennemis sont mes amis.  
Nous pouvons condamner cette répression paranoïaque, la manière dont le régime communiste tente de tout contrôler, mais nous devons également metter les choses en perspectives. Il existe ici également un certain contrôle de l'information, plus subtil, plus discret, mais n'allez aps croire que nous sommes totalement libre de dire ou faire tout ce que nous voulons. Au Vénézuela, la chaîne privée, dont la license ne fut renouvelée par Chavez, appelait ouvertement au renversement de Chavez. Nous nous sommes indigné devant cette "censure" au nom de la liberté d'expression. Je vous met au défi de faire de la publicité afin de renverser Harper... Bonne chance!! 
 
PS: Le régime autoritaire chinois ne diot pas être confondu avce un régime totalitaire... ce n'est pas la même chose...

Patrick Lapierre, Montréal

28 juillet 2008

En passant, ce n'est pas la Chine qui interdit à l'Irak de participer aux JO mais bien le Comité olympique international.  
 
Combien de personnes se sont posées de question sur les raisons qui pousse le CIO a refusé la participation de l'Irak ? 
 
L'Irak est un pays occupé par les forces armées américaines et ce au détriment des lois internationales. L'Irak était un pays reconnu sur la scène internationale avant l'invasion américiane.  
 
C'est drôle les USA ne respectent pas le droit international, occupe illégalement un pays étranger, reconnaissent pratiquer la torture, refuse de reconnaître l'autorité de la Cour pénale internationale et les conventions de Genève, détiennent un enfant canadien depuis plus de six ans à Guantanamo au détriment de la convention sur les enfants-soldats....et pourtant personne appel au boycott des produits américains. 
 
Deux poids, deux mesures.

Dennis Neault, Gatineau

28 juillet 2008

Un de mes amis, qui vient de passer un court séjour à Pékin, m'a fait part hier que toute la ville est sous haute surveuillance policière, à un tel point que la joie olympique perd un son attrait populaire. C'est malheureux de l'entendre, mais force est de constater que les sources d'incidents sont multiples... la Chine fait face un dilemme : profiter de ce grand événement pour montrer au monde entier une Chine en pleine effervescence; mais l'occasion est aussi unique pour tous ceux qui la critiquent ou ont peur de ce futur géant. Tous les moyens sont bons pour y aboutir.  
Ce qui m'inquiéte c'est la polémique extrême des oui et des pour, c'est le contrôle eccessif, c'est l'exagération des approches. Plus l'ouverture s'approche, une chaude tension est palpable en air.  
Selon moi, les JO une fois par 4 ans n'a plus de raison d'être. Cela coûte trop cher, trop médiatisé sans mentionner l'infiltration politique incontournable. 
Enfin, je souhaite bonne chance à Beijing. Oui tout est prévu ( même le temps qu'il fera à 8 H pm )pour éviter le moindre pépin. Mais un proverbe chinois le dit, on a tout prévu sauf la volonté de Dieu.  
Je rêve encore des Jeux inoubliables de Seoul et LA.

Pierre Zhang, Montreal

27 juillet 2008

L'Iraq boycotté au J.O.??  
 
Pour être une nation sous les feux de la guerre? Pour être un peuple ayant vécu sous un régime totalitaire?  
 
Si oui, ils ont oublié un tas d'autres pays a boycotter, en commençant par eux-même. C'est absurde, paradoxal, impensable, injuste, inconsevable... c'est impossible pour moi de choisir un mot pour décrire ça.  
 
J'ai longtemps pensé qu'il ne fallait pas boycotter ces Jeux en Chine pour faire place à la justice et la liberté des peuples, surtout le peuple chinois, mais là, si on laisse passer ça, c'est la Chine qui s'autorise à rire de nous et à nous contrôler hors de leurs frontières et c'est innaceptable. 
 
Les Iraquiens trouvent un semblant de paix dans le sport, c'est bien connu.  
 
Boycottons ces Jeux OIympiques, arrêtons d'acheter leurs produits. Tenons-nous debout devant la dictature. Où qu'elle soit.

Jean-Francois Ranger, Montréal

26 juillet 2008

Mr Cormier. 
Il est terminé le temps ou les jeux olympiques étaient respectés . 
On parle de dopage , de surveillance etc. 
En Chine , on a des craintes sur le contenu de la presse . 
Avons-nous raison?  
On ne le saura jamais , je pense . 
Au fait , après lecture de ce carnet , les jeux olympiques ne sont plus des jeux. 
Des athlètes sont dépendamment des pays très payés , d'autres nullement !  
Entraineurs etc facilitent les uns et discriminent les autres. 
Ce ne sont plus des jeux olympiques mais un pouvoir pour les pays gagnants.

Luc Trudel, Sorel

26 juillet 2008

Il reste néanmoins bon de pousser des tyrans à se démocratiser au plus sacrant et vous savez quoi ? Ils le feront à leur manière de toute façon. La Chine veulent une croissance rapide ben qu'ils fassent avec la publicité qui vienne ! Tout le monde passe par là.

Hugo Manningham, Montréal

26 juillet 2008

Triste réalité de devoir tout règlementer, d'investir tant d'argent dans la sécurité plutôt que dans les jeux eux-même... Faudrait peut-être revoir et ajuster l'objectif des jeux olympiques et les ramener a la réalité du 21 siècles... 
J'ai perdu mes illusions quand à l'élite sportif... trop de bavures et d'irrigularité...Les wow quel athlète sont passé au ouin j'ai des doutes.. 
Pancarte publicitaire, jeux politique en fait les jeux deviennent de plus en plus des jeux d'élite politique...Les vrai athlète tant qu'a moi, perdent leurs temps dans ces jeux .... 
Je félicite tout ceux qui qui participe et qui gagne honnêtement leurs propre défi olympique que ce soit le simple bénévol ou le dernier au fil d'arriver ce sont eux les grands gagnant ...Et laissons la chine aux chinois à chacun son sens........

Raynald Demers, Québec

25 juillet 2008

J'opine dans le même sens que Monsieur Greg. Quand on parle de la Chine en Occident on utilise une approche manichéenne (nous sommes les gentils et avons toujours raison et eux les méchants) sans relativiser les choses et en occultant l'histoire.  
 
La nouvelle concernant l'interdiction des Noirs dans les bars est un exemple : des médias occidentaux (Courrier internationl et Rue89) ont mis en doute la véracité de la nouvelle. Combien de gouvernements ont protestés ? Avez-vous entendus le gouvernement canadien ou US dénoncer la situation ?  
 
Pourquoi la Chine se méfie-t-elle de l'Occident ? Personne ne pose la question.  
 
La perception des Chinois est que l'Occident a toujours traité la Chine en inférieure. Cette perception est en grande partie basée sur l'histoire : les traités inégaux, la guerre de l'opium, le saccage de Pékin, la révolte des Boxers, l'Alliance des huits nations, les concessions et notre indifférence devant les massacres commis pendant l'invasion de la Chine par les Japonais dans les années trente.  
 
Voilà pourquoi les Chinois demeurent dubitatifs quand nous (occidentaux) réclamons l'application des droits de l'homme chez eux. Ils se souviennent comment nous les avons traités au cours des siècles. 
 
Ce sentiment d'infériorité pousse la Chine à tout faire pour nous épater; pour nous démontrer qu'elle est devenue notre égale.  
 
Avec ou sans l'existence du PCC, je suis convaincu que l'approche aurait été la même. 
On recherche la perfection dans tout question de démontrer que la Chine nous a dépassé et meilleure que nous. C'est de l'émulation à l'échelle d'un pays tout entier. 
 
L'Occident ne s'est pas développé par la pensée magique, au contraire ce fut un long processus : il a fallu plus de deux cents ans au libéralisme politique avant de devenir un acquis social. 
 
On exige que la Chine applique d'un coup les prinicipes du libéralisme politique : en Russie ce fut un échec. Cela demande du temps et une période de transition comme nous avons eu besoin.

Dennis Neault, Gatineau

25 juillet 2008

Bonjour,  
Pour ce qui est de ces JO, je crois qu'ils s'inscriront dans la même ligné que ceux de Berlin ou ceux de Moscou. Le véritable problème, avec ces JO, c'est le CIO, lui-même. Ils n'auraient dut octroyer ces jeux à un pays antidémocratique, il fallait s'y attendre. Rien ne laisse présager des informations libres. Le plus bel exemple, c'est l'altercation de ces journalistes Allemand en début de semaine, sur la grand muraille avec les autorités local, même si leurs permis et autorisation étais en règle, ils se sont fait interrompre, par des gardes qui s'opposait à leur présence. J'ose espérer que ce ne sera pas une constante dans ces jeux.

Alex Genest, Montréal, Québec

25 juillet 2008

En Chine la peur de parler est évidente. 
 
Vu à la télé de RC hier, un homme filmé sur la place Tienammen à qui l'on demandait ce qu'il pensait de la situation des droits de l'homme en Chine répond: "moi je ne me mêle pas de ça". Une réponse typique. Le genre de réponse que l'on obtenait dans l'Irak de Saddam Hussein ou dans n'importe quelle autre dictature. 
 
Le fait que le parti communiste permet un certain libéralisme économique (un système économique qui fonctionne, contrairement au socialisme qui menait le régime à sa perte) ne change rien au fait que ce pays demeure sous l'emprise d'un régime totalitaire. On tent à l'oublier en voyant les images de gratte-ciels et les panneaux publicitaire.  
 
En Chine si vous vous exprimez publiquement contre le régime vous vous exposez à des problèmes, au minimum vous serez surveillé et au pire emprisonné voire même exécuté. Les Chinois le savent fort bien et comme ce monsieur sur la place Tienammen ils évitent le sujet, un réflexe bien compréhensible. 
 
Le fait que ce pays soit dominé par une dictature rend son avenir incertain, c'est pourquoi la Chine inquiète contrairement à l'Inde.

Pierre Brasseur, Vaudreuil

25 juillet 2008

Le refus des chinois peuvent un peut se comprendre... car ils savent que les médias ont la facheuse tendance à deformer les faits et tout voir avec une grille de lecture occidentale ou francaise dans mon cas .... 
Ici en france, nous avons sans cesse des reportages négatifs sur les écoles sportives chinoises, on traite les chinois de monstres, alors que la notion de l'effort n'est pas la même d'un pays à l'autre. 
On se moque ici des 4000 enfants appelés "Olympie", en parlant du fanatisme nationaliste chinois (!!!). 
A chaque fois que les chinois ont ouvert les portes , les médias prenaient le pire et diffusaient que cela. Les chinois l'ont bien compris et agissent en conséquence....

Greg Greg, Paris

24 juillet 2008

Les jeux olympiques du XXIe siècle sont une abomination. 
 
On brise des vies, on détruit des villes, on repousse les pauvres, on emprisonne des dissidents, on musele des opposants, on tyrannise les peuples et on glorifie des dictatures et des nations pourries. 
 
Tout ça pour quoi? Pour que des athlètes consacrent l'essentiel de leur temps à s'entrainer pour battre leur prochain? Et quand ça ne suffit plus, l'entrainement, les privations, hop, une petite dose de drogue arrange le tout! C'est ça, le capitalisme sauvage : battre son prochain à tout prix. 
 
Est-ce ça, « la gloire du sport »? 
 
Les jeux olympiques d'aujourd'hui ne sont pas ceux de Pierre de Coubertin à l'aube du XXe siècle. Ça n'a rien à voir. 
 
Personnellement, je suis déçu que Radio-Canada consacre autant de temps et d'énergie à ce gaspillage mondial. 
 
Pour moi, ce sera le silence web et radio pendant les jeux. Pas de Radio-Canada pendant trois semaines. 
 
Je suis fier de boycotter les jeux olympiques.

Robert Rage, Weedon

24 juillet 2008

M. Cormier, il y a 3 raisons que vous n'avez pas la même liberté de journalisme à Beijing par rapport à Montréal: 1. Même si améliorée pas mal, la China n'est pas encore un pays totalement démocratique comme le Canada (vos collègues de Radio-Canada qui ont visité la China 20 ans avant, comme Raymond Saint-Pierre peut vous témoigner que c'est un régime communiste et autoritaire); 2. Les mesures de sécurités pour les JO, un peu exagérées, je suis d'accord; 3. Après l'émeute de Tibet et le relais de la flamme olympique, les journalistes occidentaux ne sont plus bienvenus pour le gouvernement, et pour la majorité des Chinois (votre collègue Céline Galipeau peut vous raconter son histoire à Sichuan lors d'une interview avec les parents des enfants-victimes du séisme). 
 
Le 21 juillet à la ville de Kunming, deux explosions d'autobus ont tué 2 personnes et blessé une dizaine selon Chinanews; Le 23 juillet à Shanghai, une explosion d'un pick-up selon le Journal de l'Est de Shanghai; Le 24 juillet, la police de la province de Hebei a arrêté une auto sur l'autoroute Shanghai-Beijing et a trouvé 22000 détonateurs, chaque détonateur pareil est équivalent de 8 kg de TNT, soit 17,6 tonnes de TNT, selon le Journal de Guangzhou. Le 19 avril, le président de la Grande Union des Jeunes Tibétains, un organisme sous Dalaï-lama, a déclaré devant le journaliste italien de Poste de Soir, que le moment est venu de préparer les attaques Kamikaze. Les différents organismes indépendantistes de Xinjiang, classés comme terroristes par UN, ont également lancé leurs menaces aux JO de Beijing. 
 
“Montrer une image de la Chine comme d'une société harmonieuse”, c'est du rêve passé pour le gouvernement chinois et tout ce qui souhaite, je crois, est simplement terminer les JO sans grands accidents. 
 
Choses passées pour les JO libres, triste, mais la réalité.

Baiqi Liu, Brossard

24 juillet 2008

Le comité organisateur des JO de 2008 -qui au fond est un organisme politique- a commis une grossière erreur de psychologie 101 en octroyant les jeux à la Chine. 
On renforce positivement (récompense) un comportement souhaité (liberté d'expression, droits de la personnes) APRÈS LE COMPORTEMENT...PAS AVANT!!! 
 

Pierre DuBois, Laval

24 juillet 2008

Je pense que la CHINE veut montrer au monde entier une image plus forte pour nous impressionner. 
On parle beaucoup de y paraît !  
Je ne suis pas une fan de la Chine . 
Mais je pense que l'accession aux noirs sera permise.Sinon ce sera vraiment la Catastrope! 
 

Claire Thibaudeau, Sherbrooke

24 juillet 2008

Bonjour M. Cormier, 
 
Ces Jeux Olympiques sont important pour la population chinoise malgré toute la répression exercée par son gouvernement totalitaire. Cela ne peut qu'apporter un certain souffle de liberté dans le coeur des gens réprimés et un vent d'espoir pour le monde libre désirant partager cette liberté avec le plus grand nombre possible. 
 
L'Empire chinois n'a plus sa place en 2008. Les régimes totalitaires et fascistes n'ont plus leur place. Peu importe la vigueur qu'ils y mettent, le désir de liberté grandit plus rapidement que jamais dans l'histoire de l'humanité et les régimes contrôlant leur population via la peur disparraitront bientôt. 
 
C'est ce que je crois et ce que je souhaite surtout. Je souhaite au peuple chinois de trouver le courage de devenir libre. Ils le méritent autant que nous. Si un milliard d'humain parlait d'une seule voix, même le régime le plus répressif du monde tomberait en une journée.  
 
Merci pour votre excellent reportage.

Jean-Francois Ranger, Montréal

24 juillet 2008

Ce sont là tous des comportements attendus de la part d'un régime totalitaire. Rien de tout ceci ne me surprend et aucune manipulation de l'information, qu'elle soit d'ici ou d'ailleurs, ne me fera changer d'avis. Lorsque les dissidents pourront parler librement, je réviserai ma position.

Yves Coulombe, Montréal

2010

2009

2008

2007