Imprimer cette page

Jeudi 7 août 2008 12:56 MTL


Pour en discuter avec nous...

Cet espace de dialogue, de réflexion et de débat d'idées est aussi le vôtre. Nos carnetiers sont là, non pour mettre de l'avant leurs opinions, mais pour lancer une discussion et vous permettre de vous exprimer sur les événements marquants qui surviennent ici ou ailleurs dans le monde. Nous lisons tous les commentaires reçus, mais nous modérons chacun des carnets pour ne retenir que les commentaires les plus pertinents selon les sujets abordés. Seules les interventions signées et faites dans le respect d'autrui sont retenues. Pour en savoir plus, lisez
la nétiquette.
Bonne réflexion!

Veuillez noter que les forums de discussion des Carnets sont ouverts pendant deux semaines.

Carnet Patrice Roy

27 mai 2008

Harper: un dérapage nommé Bernier


Sa voix tremblait. Ses yeux étaient sombres. La dernière fois que j'ai vu Stephen Harper si décontenancé, c'était pendant la dernière semaine de la campagne électorale de 2004, quand le chef conservateur a perdu à la fois son sang froid et... les élections.  
 
Cette fois-ci, Stephen Harper pensait pouvoir éviter le pire. Depuis des semaines, le premier ministre avait décidé de rejeter du revers de la main toutes les questions embarrassantes au sujet de son ministre des Affaires étrangères. Il répétait que la relation entre Maxime Bernier et son ex-copine relevait du domaine privé, même si la petite amie en question avait eu des relations avec le crime organisé.  
 
Pour mieux étoffer la défense de Maxime Bernier, plusieurs sources gouvernementales nous disaient, sous le couvert de l'anonymat, que le ministre n'était pas au courant du passé de Julie Couillard en août 2007, lorsqu'il est arrivé au bras de la dame à la robe flamboyante. 
 
On nous disait aussi que Mme Couillard n'avait de toute façon jamais eu accès à des informations confidentielles; qu'il ne fallait pas s'attendre à ce que toutes les blondes des ministres passent le test du détecteur de mensonges; qu'il y avait des limites, en deux mots, à cette paranoïa ambiante et que les vérifications de sécurité se faisaient quand c'était vraiment nécessaire.  
 
L'entrevue 
 
Or, dans une entrevue accordée à mon collègue de TVA Paul Larocque, Julie Couillard a décidé manifestement de se venger... et de déboulonner elle-même la défense de son ancien chum.  
 
Contrairement à ce que le gouvernement laissait entendre, Maxime Bernier connaissait son passé, dit-elle, et il est même allé jusqu'à laisser traîner des documents confidentiels chez elle, à Laval.  
 
Mis au courant de l'imminence de ces révélations, le ministre, en catastrophe, est allé voir Stephen Harper lundi matin, en lui expliquant qu'il avait oublié, en effet, des documents confidentiels chez Julie Couillard en avril dernier. Oups...C'en était trop. Stephen Harper a dû demander la démission de son ministre.  
 
Mais le premier ministre avait-il besoin d'attendre si longtemps? Après plusieurs gaffes de son ministre, aurait-il pu, et dû, lui retirer ses importantes responsabilités bien avant?  
 
L'orgueil 
 
Stephen Harper est fier. Comme la plupart des hommes politiques, il n'aime pas reconnaître une erreur. Nommer Maxime Bernier à un poste si important a été une erreur. Beaucoup, dans son propre parti, le lui avaient dit d'ailleurs. Mais, joueur d'échecs, le premier ministre pensait à l'époque que son jeune ministre de la Beauce allait pouvoir mieux vendre aux Québécois la mission en Afghanistan. Et le premier ministre se disait peut-être qu'il se garderait, de toute façon, tous les gros dossiers internationaux importants.  
 
Pari risqué, pari perdu  
 
Maxime Bernier n'est plus ministre et Stephen Harper, lui, se trouve avec une équipe affaiblie au Québec. Les chasseurs de têtes conservateurs sont très actifs ces temps-ci...On veut regarnir l'équipe avec de gros noms... et vite.  
 
Quant à Julie Couillard, il y a quelque chose de mystérieux dans ses motivations... à moins que quelque chose ne m'échappe.

Vous avez des questions, des remarques ou voulez me suggérer des thèmes que je n'ai pas abordés?

Écrivez-moi à : carnets@radio-canada.ca
Il couvre et analyse la politique québécoise et canadienne depuis une douzaine d'années. Chef de bureau de la colline du Parlement depuis deux ans, il a été correspondant parlementaire à Québec dès 1997, pendant les années Bouchard, puis à Ottawa à partir de 2000. 
 
Il a couvert sept élections provinciales et fédérales et un référendum. À l'issue de la campagne électorale québécoise de 1998, il a cosigné avec Michel Cormier War Rooms, un documentaire sur les coulisses des centres de décision stratégiques du Parti libéral et du Parti québécois. 
 
Il est entré à Radio-Canada en 1989 comme reporter d'affaires publiques à Enjeux. Son reportage Les jeunes de la rue a obtenu un prix Gémeaux. Il s'est ensuite joint à la salle des nouvelles à Montréal, où il a couvert entre autres le monde municipal. 
 
Après des débuts à CISM, la radio étudiante de l'Université de Montréal, il a été recherchiste pour la maison de production Pixart (aujourd'hui Pixcom), à l'émission d'informations internationales Table-Rase, diffusée à Radio-Québec. Il a également réalisé et écrit un documentaire sur la religion en URSS, qui lui a valu le prix Mireille Lanctôt.

15 août 2008

Mr Roy. 
Des élections avec ça. 
Pourquoi pas ?  
Harper jouera de la harpe et pourra s'endormir et nous voterons . 
Je pense que Harper passera beaucoup de temps à la maison car il serait surprenant qu'on oublie sa façon de gouverner !

Luc Bernier, Montréal

9 août 2008

Mr Roy. 
Je remarque que Harper est entêté dans plusieurs situations. 
Il n'est pas capable d'affronter ce qui est!  
A cela je parle de son absence aux jeux olympiques. 
Me direz-vous que tout ça ne rejoint pas votre carnet ?  
Ca démontre que Harper fait seulement ce qui lui convient et il délègue ses pouvoirs aux autres. 
Il est incapable d'admettre ses torts et son orgueil le suit partout!  

Louis Dion, Montréal

3 août 2008

Mr Roy 
Nous revoilà dans des prochaines révélations ou encore statut quo . 
Que feront les partis d'opposition à la rentrée parlementaire. 
Harper et ses opposants ont bien des sujets à régler . 
Oubliera-t-on cette saga?  
Je pense que oui . 
Mulroney a retenu notre attention et on change de cible. 
A travers la médiatisation , on prend le sujet actuel . 
Bien de l'encre perdu dans ce genre de dossier . 
C'est ça le journalisme. 
Non que je vous blâme mais les lecteurs aiment suivre les événements récents. 
On oublie vite même si notre devise est: je me souviens

Luc Dion, Matane

25 juin 2008

Mr Roy. 
Personnellement ,ce que je pense des paroles de Maxime Bernier est ceci: 
Le silence est d'or et la parole est d'argent . 
Je pense que tous les 2 disent leur vérité et leur mensonge. 
Attiser ce feu donne du pouvoir à Julie !  
Maxime a fait bien des erreurs depuis son arrivée au parlement. 
Julie est la cerise !  
Maxime ne me convainc pas car il serait encore Ministre si Julie ne l'avait pas chanté . 
Et comme Ministre et bien Harper lui a trop donné de corde , d'appui. 
Ça revient à l'orgueil car Harper ne veut jamais admettre ses erreurs et tout ça le mettra lui aussi aux votes des électeurs. 

Luc Breton, St-Georges

25 juin 2008

Mr Roy 
Aujourdhui sera le jour D comme déclaration. 
Maxime Bernier dira peu de chosses . 
Je pense qu'il parlera de son comté , de ses participations auprès des citoyens beaucerons. 
Il devra être prudent sur ses fréquentations car tout sera filtré. 
Je lui souhaite bonne chance malgré tout. 
Cette histoire me fait réfléchir car on peut être piègé facilement lorsqu,on tombe sur des manipulateurs ....

Jean Dubé, St-Georges

21 juin 2008

Mr Roy 
Que Julie Couillard écrive un livre me semble très mercantile de sa part. 
Sa vie , on la connaît déjà !  
C,est une façon pour elle d'aller chercher de l'argent. 
Or son histoire sera oubliée très vite. 
Maxime Bernier est plus réaliste. 
Il subit l'intrusion de cette femme et n'a rien fait pour la détruire. 
Leçon de vie pour Maxime et Julie et bien je lui souhaite les lecteurs qu'elle mérite ( genre bonne semaine)  

Luc Roy, St-Ludger

13 juin 2008

Mr Roy. 
Imaginons un simple instant une femme sans éclat et avec chemise boutonnée au restaurant avec près d'elle un Ministre . 
Pensez-vous vraiment que Maxime Bernier aurait causé avec elle?  
Dans cette histoire , cette femme dite Julie a sorti ses charmes . 
C'est le piège bien calculé . 
Les hommes sont tellement fiers de se monter aux bras d'un pétard. 
Ce qu'ils oublient c'est que le pétard quand il s'allume met le feu. 
Est-ce normal ?  
Bien oui pour la gent masculine . 
Et les voilà sur la place publique . 
Que dira cette belle Julie. 
Ça s,avère des couteaux qui vont être très aiguisés .

Lise Breton, Joliette

11 juin 2008

Mr Roy 
Rien à entendre de la GRC à l'audience d'hier sinon que Julie Couillard avait un dossier. 
Évidemment que les Conservateurs posaient des questions mieilleuses mais les autres partis bombardaient la GRC . 
A mon avis une enquête est en cours et Julie Couillard devra patiner car elle est attendue férocemet !

Luc Jodoin, Mont-Joli

10 juin 2008

Comme je disais auparavant monsieur Roy, de la cuisine pour coeurs sensibles. 
 
Rien de plus sérieux comme sujet à traiter ? 
 
Bonne journée.

Hugo Manningham, Montréal

9 juin 2008

Mr Roy. 
Notre Premier Ministre ne digère pas la médiatisation faite dans l'affaire Bernier-Couillard. 
Loin de baisser les bras, il se promet une campagne de salissage envers les libéraux. 
Me semble que je me la fermerais !  
Il doit y avoir d'autres sujets plus importants que de jouer à la mémère !

Luc Blouin, Montréal

9 juin 2008

Harper qui nomme un incompétent au ministère des affaires étrangères, ce ministre à son tour qui commet bourdes par-dessus bourdes du moment où il accède à son nouveau poste hautement stratégique et délicat. 
 
Comment le gouvernement d'un pays comme le nôtre peut être aussi incompétent particulièrement quand il s'agit de sécurité nationale. Cette bavure de Bernier prouve que le gouvernement Harper n'est pas à la hauteur, et que la manie de notre premier-ministre de prendre le contrôle de tout est ce qui le mènera à sa perte inévitablement. 
 
Le gouvernement Harper a perdu toute crédibilité, il est désormais très clair qu'il n'est pas à la hauteur de ce qu'on devrait attendre de politiciens responsables et intelligents. 
 
Notre pauvre pays commence à faire pitié. Après les libéraux et leurs commandites de magouilleurs, voilà Harper et son club d'apprentis qui ne pourrait à son tour qu'être remplacé que par Dion, dont l'image et l'attitude laisse sérieusement à désirer, et son équipe de libéraux dont on devrait avoir confiance à présent ??! 
 
Nous voici donc devant une brochette de politiciens fédéraux, tous aussi grotesques les uns que les autres. Décourageant...

Sylvain Dubé, Montréal

7 juin 2008

En effet aucune pitié ni pour M. Harper ni pour M. Maxime Bernier et encore moins pour Julie Couillard. Elle est tout simplement une intrigante dont s'est servi M.Bernier pour bien paraïtre et cela l'aura perdu. 
 
Tant qu'a M. Harper inutile d'ajouter que (dans la peau mourra le crapaud). 
 
Sincèrement vötre 
 
P.S. En espérant vous revoir a la barre d'un bulletin de nouvelles car votre image est très plaisante et votre lecture sans reproche. 
 
gbt

Gisele Benoit, St-Laurent

6 juin 2008

Mr Roy. 
Et si Julie avait menti?  
Je ne crois pas en son témoignage ni à son innocence !  
Elle a voulu traîner Maxime Bernier dans la boue mais son passé la rejoint ....

Luc Fortier, Montréal

3 juin 2008

La véritable source de scandale dans cette histoire c'est que le parti conservateur a toujours eu la prétention de laver plus blanc que blanc. Je l'ai déjà mentionné sur cette tribune et je le réitère, les québecois qui ont voté conservateurs ne savent pas pour qui ils ont voté. Un autre point ... je déplore l'acharnement médiatique autour de madame Couillard, ce n'était pas elle qui était membre du gouvernement, c'est plutot à Maxime Bernier que revient la responsabilité de s'expliquer sur la nature de ces nombreuses relations qui sont pour le moment très nébuleuses

Benoit Quintal, Varennes

2 juin 2008

Bon, c'est bien beau parler de stratégie politique, d'image du premier ministre, de score du gouvernement et de confiance de la population, mais encore faudrait-il savoir le fond de l'histoire. Or, ce n'est pas encore fait. 
 
Il est clair que si on assemble toutes les informations sur Julie Couillard, il y a sérieusement de quoi s'interroger sur qui elle est au juste. 
 
Tous les ex-agents du SCRS qui ont parlé doutent de sa version des faits. Kevlar immobilier a déclaré par voie de communiqué de presse que mme Couillard, contrairement à ses déclarations, n'a jamais travaillé pour eux. Pire encore, son nom est introuvable dans le répertoires des agents immobiliers du Québec. Ajoutez à ça une compagnie de sécurité qui n'a fait qu'une soumission et qui n'a jamais eu d'autres activités par la suite, des révélations dans le Globe & Mail sur la perception qu'avait l'entourage de Mom Boucher de cette femme qu'ils soupçonnaient d'être une informatrice de la SQ, et on se retrouve avec un fait indéniable: il s'agit ici d'une histoire très louche et mystérieuse qui a encore bien des zones floues. 
 
Nous ne parlons pas d'une histoire de couchette, ni de rumeurs ou de potins. Nous parlons de sécurité nationale, d'infiltration possible de l'État et de négligence grave. 
 
Je ris souvent quand je lis les commentaires des gens qui parlent d'histoire à "l'américaine"! Comme si au Canada, l'espionnage, le crime organisé et la corruption n'existait pas!! Les gens sont bien naïfs.  
 
Et de dire que les journalistes sont des "vautours" est le signe d'une déconnexion de la réalité! Cette histoire n'est pas à propos d'un décolleté et d'histoire de baise!!  
 
Une femme qui a côtoyé le milieu des motards et qui a visiblement menti sur ses activités s'est fait offrir d'être candidate par le PCC??? Sans la moindre expérience en politique, aucun bagage pertinent?  
 
Amis journalistes: FOUILLEZ et ne laissez pas cette histoire qui pourrait n'être que la pointe d'un iceberg s'envoler.

Vincent Myette, Montréal

1 juin 2008

Quand les gros joueurs de ton équipe se nomment Cannon, Bernier, Verner, Fortier et Blackburn, tu ne peux pas aspirer aux grands honneurs. En fait, qui sont les autres patineurs québécois de cette équipe de bafouilleurs? Ne pensez surtout pas qu'avec un tel bilan, les recruteurs de l'équipe conservatrice vont faire signer des contrats à des agents libres de talent. Il y a loin de la Coupe Stanley aux lèvres de Stephen Harper, et pas juste au Québec. 
 
 

Tom Voeckler, Magog

1 juin 2008

Mr Roy. 
J'écoutais radio -canada hier.On parlait que cette histoire avait été très et trop médiatisée 
.Quoiqu'il en soit j'ai retenu de leurs commentaires ceci:  
Si le Gouvernement tombait , ce ne serait pas dû à Maxime Bernier mais bien à Julie Couillard qui a fait beaucoup de bruit. 
Pas fou ça !

Guy Roy, Mont-Joli

31 mai 2008

Comme le disait monsieur Daniel Lessard au « Téléjournal » du midi hier, ce qui a donné des points au Parti Conservateur et à son chef monsieur Harper au dernières élections, c'est qu'il se voulait être le Premier Ministre d'un gouvernement imputable et responsable. En d'autres termes, un gouvernement qui rend des comptes à la nation et bien sûr à ses électeurs. Et comme le disait fort joliment en français monsieur Harper, tout cela était : « Pour vrai ! ». Certainement, parce que je suis né sous l'étoile de la naïveté. Il m'a plu de croire que notre PM et ses ministres une fois assermentés, qu'ils tiendraient leur promesse et que nous saurions comme jamais, tout ce qui se trame à Ottawa et à quelle sauce le citoyen que je suis serait ragoûté.  
 
Aussi, je l'avoue, j'ai voté Conservateur aux dernières élections. Et je dois dire... qu'advenant une prochaine élection... qui pourrait arriver... qui sait ? Prochainement... Je suis d'ores et déjà en réflexion quant à mon prochain choix. Et que ce soit dit : « Pour vrai », ce n'est pas seulement l'affaire Bernier qui me porte désormais à douter ! 
 
P.S. : monsieur Harper l'a dit lors de sa visite à Paris, lorsqu'il était à l'Ambassade du Canada avenue Montaigne, les fameux documents secrets sont en fait des notes de service... principalement. Alors pourquoi faire tout un fromage pour des notes de services ? En réalité, il semblerait qu'il fallait trouver un prétexte ? Et les fameux papiers égarés sont « le » prétexte. Pratiquement, rien n'indique... puisque nous ne les avons pas lu que les documents aient été si confidentiels que ça ! C'est ce qui explique, comme l'a si bien dit monsieur Harper que nous n'ayons eu aucune plainte de la part de nos partenaires de l'OTAN. Objectivement, je ne croix pas que monsieur Bernier soit aussi insouciant que cela pour laisser traîner des documents classifiés.  

Serge Drouginsky, Montréal

30 mai 2008

Terrible... alors qu'on en sait si peu sur les ministres, il faut que ce soit un scandale qui les porte à l'attention du public. Il y a de quoi rugir. surtout que les ministères concernés par ces documents seront peut-être éclaboussés! ah là, là, la Culture du secret...Ottawa, des fois...

Roussel Oscar, Montréal

30 mai 2008

Les lobbyistes du pétrole qui sont au pouvoir à Ottawa constituent le pire gouvernement de l'histoire du pays en matières de démocratie, d'environnement, de développement durable, de société, de présence internationale, etc... 
L'incident Bernier n'est qu'une goutte de pétrole dans la marée noire.

Luc Brassard, Sept-Îles

30 mai 2008

Bonjour, 
 
Je cois que cette histoire est un exemple typique de la culture du secret que le gouvernement fédéral actuel a mis en place depuis qui est au pouvoir.Que cela soit sur l'Afghanistan, l'affaire Bernier ou ses tentatives de contôler les journalistes, le gouvernement de Stephan Harper péfere passé les choses sous silence plutôt que de prendre l'initiative et s'affronter les problèmes. Ce qui m'amène a perdre toute confiance dans gouvernement actuel et me pousse à demandé ce qu'il nous cache encore...

Etienne Sauvé, Montréal

30 mai 2008

Je suis d'accord avec vous Patrice. Il y a quelque chose de mystérieux dans les motivations de Julie Couillard. Je faisais la réflexion suivante à mes proches: ''Elle lui en voulait donc ben...!'' Je peux comprendre qu'elle se soit sentie lessivée sur la place publique. De là à ''varlopper'' son ex de la sorte. À moins que, moi aussi, quelque chose ne m'échappe...

Michel Gagnon, Québec

29 mai 2008

En suivan l'affaire Bernier Couillard, j'ai l'impreesion de voir un film hollywodien. Un proverbe chinois dit que derrière un homme réussi se trouve une une femme intelligente, mais cette dernière pourra aussi gâcher le carrièrre d'un homme si elle est trop intelligente. Le mahleur de Bernier est qu'il est aux d'une femme attrayante, intelligente et complexe. 
Il est vrai que note défunt ministre manque d'expérience. Mais je pense qu'il place malheureusement son amour personnel avant l'intérêt national à un tel point que la démission n'est qu'une question de temps.En politique en tant qu'un homme poublic, parfois, on n'a pas toute la liberté dont se réjouit un citoyen. Un faux pas peut coûter cher.

Pierre Zhang, Montréal

29 mai 2008

Mr Roy. 
Les conversations abondent sur Maxime. 
Les beaucerons sont contents de retrouver leur député qui doit être en mille miettes . 
Bien sûr qu'il a commis des erreurs . 
Mais malgré tout c'est un être humain qui fut pris par une séduisante femme. 
Il admet ses torts et nous l,accueillons à bras ouverts. 
En Beauce ce n'est pas la grande ville de Montréal.On n'est pas de colons non plus mais on est solidaires . 
On n'approuve pas les délinquants. 
Maxime a une bonne famille .Il est juste trop bon.

Line Coté, St -Marie de Beauce

29 mai 2008

Le monde est au bord de la faillite dans tous les domaines: économique, écologique, politique,religieux, et autres. Les pauvres meurent par millions partout sur la terre, les guerres s'éternisent, et l'immense préoccupation du Canada tourne autour d'un décolleté!!!!!!!! Le problème d'un pays riche est justement de ne pas en avoir. Alors nous devons nous en créer. Nos journaalistes et éditorialistes en manque de matériel se sont littéralement jetés corps et âme ' sur Madame Julie Couillard pour l'investiguer à la loupe et trouver, Oh scandale impardonnable!, que cette dame avait fréquenté des gens non fréquentables. J'ai mémoire que des Présidents et ministres, qu'ils soient premiers ou deuxièmes, ainsi que des députés et directeurs de compagnies de la couronne, ont fait des choses pire que cela et s'en sont tirés sans problème. L'erreur de Monsieur Bernier, qui était selon ses collègues, une touche de fraîcheur au parlement, est de s'être fait duper par une personne plus vite que lui.Et voilà que nos agents 007 de la presse et la T.V. tombent sur une proie vulnérable comme des vautours et c'est à qui arrachera le morceau le plus juteux. Nos députés ne sont pas en reste et déchirent leur chemise (blanches comme M.Net ! ) sur la place pubique au nom de la Sécurité Nationale 'SIC ! Comme si pour ces messieurs, c'était tout à coup important. Ces bouffons nous font rire à l'occasion, mais j'avoue que je ne trouve plus cela très drôle. 
Monsieur Bernier a appris à la dure , ce qu'est le monde de la politique. Il a commis l'erreur d'être naïf dans ce monde cruel. Il en a payé le prix. Que les vautours rassasiés retournent à leurs perchoirs et que les bouffons se cherchent un emploi au cirque du soleil. Il ne reste plus que les os ! 
Quant au jugement de M.Harper, il en a autant que ceux qui l'ont précédé. Il suffit de refaire le chemin à l'envers jusqu'en 1984 et se remémorer les scandales et les gaffes de nos premiers et deuxieme etc....ministres. . 
 
 
Pierre Phaneuf

Pierre Phaneuf, Prévost

29 mai 2008

Bonsoir Patrice, 
Maxime a fait une erreur en se montrant au bras d'une dame comme Julie Couillard. Ça demeure excusable. 
 
Je me souviens un jour d'une autobus de journalistes qui, après une soirée de suivi du chef d'un parti lors d'une campagne électorale, avait festoyé dans les bars de la Beauce et avaient été dormir chez des dames autres que leurs conjointes...... mais ça on en parle jamais! 
Au fait, qui sommes-nous pour critiquer la conduite de quelqu'un? Surement un Denis Coderre qui n'a jamais au grand jamais trempé dans le scandale des commandites......

Sandra Bourque, Beauce

29 mai 2008

On se demande maintenant qui pourra remplir les fonctions du numéro un de la diplomatie canadienne. On se demande également comment le gouvernement Harper doit-il s'y prendre pour ne pas affaiblir le Québec. Je n'ai qu'une seule réponse: Lawrence Cannon. 
Quel homme, quel prestance, intelligent et expérimenté. Il est l'homme de la situation. Point à la ligne.

Nicolas Leblanc, Québec

29 mai 2008

Bonjour, 
 
Depuis des mois, sinon des années, la couverture de la tribune parlementaire ne nous apporte que le récit triste et ennuyant des coups d'épée dans l'eau de nos preux chevaliers députés et ministres. J'imagine ce que doit être le quotidien d'un journaliste chevronné,tel que vous, qui devez écouter ânonner nos représentants du peuple à longueur de journée. 
 
Heureusement que vous savez écrire de façon que nous puissions lire entre les lignes votre humour et davantage votre patience. 
 
J'imagine aussi le regard que les pauvres, les vrais portent sur la pitoyable performance des élus. Une récession, une vraie est à nos portes. À votre instar, votre confrère Fillion montre la même patience à décrire par le menu ce qui nous pend tous au bout du nez, du prix en spirale de l'essence qui menace les plus modestes vacances à celui du pain et du riz qui affame cruellement tant de ménages sur cette terre. 
 
Je vous adresse mes plus sincères félicitations pour le travail bien fait qui nous permet de chasser, sinon la grisaille de la colline, celle de tous nos horizons. 
 
Une excellente journée et merci encore,

Pierre Baril, Gatineau

29 mai 2008

Enfin les médias,les partis d'opposition et les chers électeurs auront de quoi parler autres que de la météo, la loto et de leurs bobos... 
 
Il serait peut-être temps de réfléchir à notre système d'élection de nos représentants officiels afin de réduire cette partisannerie qui oblige les gens de pouvoir à poser des gestes regrettables pour s'assurer d'un contrôle majoritaire de la gestion de l'état. 
 
Peu importe le parti , chacun dispose d'une équipe afin de dénicher les perles rares qui leur permettront de " prendre le pouvoir".  
 
Le vedétariat politique bat son plein et tout le monde se pose des questions quant à la qualité de ceux qui nous représentent. 
 
Changeons la formule en abolissant les partis politiques et donnons au électeurs le droit d'élire des gens compétents qui ne sont pas obligés de suivre la fameuse ligne du parti. 
 
Ne blâmons pas monsieur Bernier pour son ou ses erreurs mais allons plus loin dans notre réflexion et tâchons de comprendre qu'il n'a été qu'un instrument devant servir aux conservateurs de bien paraître au Québec....

Jean-Pierre Pineault, Ste-Flavie

28 mai 2008

J'ai trouvé cette histoire de scandale parfaitement américaine. Commotion devant la robe de madame que je trouve un peu décolletée... Mais on ne voit que des décolletés plongeants depuis quelques années. Alors, pourquoi pas à une rencontre officielle ? C'est quand même moins déprimant que l'effroyable tailleur rouge avec la grosse broche en or de tant de ministres... Et ce document oublié. Qui peut croire qu'aucun ministre n'a jamais oublié un document confidentiel chez lui ? Cette histoire est une mise à mort cheap, américaine. Et l'entretien à coeur ouvert de madame Couillard ne m'a pas du tout inspiré confiance. Ça sentait la vengeance et la manipulation.  
 

Marie Laberge, Montreal

28 mai 2008

Etre avocat et se reveler incompetent ? 
 
Que quelqu un plus clairvoyant que moi ou Stephen Harper m explique : Maxime Bernier a fait des etudes de droit , a occupe le poste de vice-president de relations publiques pour une compagnie d assurances . 
 
Alors, commment expliquer son INcompetence ? A quoi ont donc servi ces etudes et cette experience de travail ? 
 
Je suis plus porte a penser que comme la tres grande majorite des hommes les emotions l ont emporte sur la raison.

Victor Nazaire, Ottawa

28 mai 2008

Mr Roy. 
Maxime Bernier , dans un communiqué a avoué sa culpabilté et reviendra comme député de la Beauce. 
Ce fait est louable de sa part. 
Il a fait preuve de courage et ne pas faire de parution à la télévision est aussi à son avantage. 
Il a sa leçon , très difficile d'apprendre parfois lorsqu'on est piègé!  
Julie Couillard a aussi ses torts.Je ne pense pas qu'elle cheminera dans le repentir( c'est mon humble opinion) . 
Faire les manchettes des journaux * il s'agit de Julie, ressemble à une personne qui veut se blanchir !  
Personnellement , je n,approuve pas les dossiers errants dans une maison à Laval. 
Je pense que c'est logique. 
Se venger pour mieux vouloir paraître victime!  
Hum ça sent pas bon.

Louis Dion, St-Georges

28 mai 2008

Mr Roy. 
Vous savez captez notre intérêt et nous impliquer à écrire . 
Cette histoire peu banale retient l'attention de bien des gens et au delà de notre pays. 
Pas de quoi à être fier car tout peut être véhiculé de façon alarmante!  
Bien qu'on ne sache quels documents Julie avait en sa possession , cela n'est pas gratifiant . 
Je m'explique mal la maladresse de Harper et vous le soulignez par son orgueil. 
A cela, vous avez totalement raison. 
Votre confrère Daniel Lessard a dit : dans peu de temps cette histoire sera oubliée . 
Il a raison. 
Mulroney : est-ce classée ?  
Maxime Bernier a commis plusieurs erreurs .On le sait . 
Fréquentations douteuses aussi et les partis d'opposition ont une balle qui pourrait bien les positionner dans de meilleures sondages . 
Hélas pour eux , les scéances parlementaires tirent à la fin et tout sera oublié. 
C'est politiquement ça : politique - scandales. 
A qui pouvons -nous faire confiance?  
Nous , citoyens ordinaires serions vite condamnés par notre employeur!  
Ce serait un congédiement avec prime de départ . 
Maxime Bernier gardera son poste de député a moins que Julie le fasse chanter. 
Ça ressemble à de la vengeance . 
Se faire remercier par Maxime , pauvre Julie , atteinte dans sa dignité!  
Maxime !  
Elle a beaucoup de munitions cette femme et quand une femme décide de détruire , c'est pire qu'une bombe !

Lise Blais, St-Jean sur Richelieu

28 mai 2008

Voilà, je l'avais prédis, vous l'aviez prédit, tout le monde l'avait prédis... Maxime Bernier n'est plus ministre des affaires étrangères... Par contre vous aviez mentionné sur ce carnet que Madame Couillard n'avait pas de passé criminel ou du moins que rien n'était prouvé... voilà que maintenant nous n'en sommes plus si sur... comme vous le dites si bien, je pense que quelque chose nous échappe...étant donné les révélations du Devoir de cette semaine sur une entreprise de sécurité... enfin... nous en apprendrons surement plus dans les prochains jours... A souligner ici l'excellence du travail journalistique qui a été fait, sans quoi nous n'aurions probablement rien su de cette histoire...

Maude Lafleur, Québec

28 mai 2008

Bonjour m. Roy, 
 
C'est une vraie farce... à se croire invincible, on en devient très fragile. 
 
Oui c'est vrai que l'on a vu très peu souvent Stephen Harper perdre ses moyens, se retrouver avec une baffe en pleine face. Jouer le coq est très dangereux, surtout en politique, domaine dans lequel on ne sait jamais quand une étincelle peut devenir une bombe. 
 
Monsieur Bernier n'avait pas les compétences pour faire ce dont il avait été mandaté. Les gaffes succèdant aux gaffes, et pas des moindres (jusqu'à se mettre les dirigeants d'autres pays à dos, ou perdre un document hautement confidentiel, hummmm). Victime d'un système ou l'image est plus importante que la compétence, victime d'une ex-petite amie tannée de se faire varloper par la presse avec son passé douteux, victime d'un chef de parti soucieux de sa popularité au Québec... 
 
Ce qui est douteux, c'est la façon de faire la politique en ce début de XXIe siècle (mais au fait, ça dure depuis longtemps, cette façon de faire). Le point faible de la démocratie comme on la connait, c'est qu'elle permet à à peu près n'importe qui de se retrouver "bibelot" à faire le beau dans des postes importants comme les affaires étrangères, et ce, pour une simple question stratégique de parti. 
 
Quand est-ce que nous aurons droit à de la compétence en politique? Quand est-ce que l'image passera bien loin derrière la bonne gestion? Quand est-ce que le citoyens aura droit à plus de considération que la popularité d'un parti politique? 
 
Réponse: Quand nous le mériterons! Et ça, c'est un autre débat.

Castonguay André, St-Agapit

28 mai 2008

pour votre analyse dans le dossier Bernier et merci pour le beau moment de radio hier avec Monsieur Landry et la semaine précédente. Pour ce qui est du "Mercredi 27 Mai" en ouverture ce matin,je suis certain qu'on vous l'a fait remarqué à l'oreillette;)

Nicolas Koronkiewicz, Outremont

28 mai 2008

Bonjour Patrice, 
 
Pour ma part, une question très importante est toujours sans réponse, comment le Ministère des affaires étrangères a-t-il pu perdre la trace d'un document contenant de l'information secrète pendant une si longue période de temps (5-6 semaines)? Comment le bureau du premier ministre a-t-il pu ne pas être au courant de la perte de ce document? Il doit bien exister des mesures de contrôle pour ce type de document? Je ne peux pas croire que l'on perde la trace d'un document contenant de l'info stratégique sur la position du Canada au sein de l'OTAN sans que personne ne s'en rende compte pendant 6 semaines voyons!

Dominic Faultz, Outaouais

28 mai 2008

Il y a des ministres compétents, d'autres nommés pour la façade: Ambrose à l'Environnement et Harvey... au fait, il est ministre de quoi Harvey? Bernier était de ceux-là. 
La saison de la chasse aux sorcières des médias et de l'opposition est commencée. Dépêchez-vous de tordre tout le jus dans le torchon, les vacances d'été s'en viennent...

Jean-Pierre Cantin, Boischatel

28 mai 2008

Mr Roy. 
Vous faites une analyse tellement vraie!  
Et oui , la petite séduction québécoise en Beauce!  
Je suis nouveau comptable agréé pour une firme réputée. 
Je dois faire des stages , prouver ma capacité d'assimiler. 
Il devrait en être ainsi pour un député.Non pas atteindre le plus haut poste mais servir ses citoyens . 
Je ne peux pas blâmer Maxime Bernier qui fut berné malgré lui. 
Peut-être que je me serais fait prendre moi aussi. 
Une femme s'infiltre , elle est belle , elle m'ensorcelle : on se croirait au temps des cathédrales !  
Ce n'est pas ri golo le milieu de Julie , moi non plus ce n'est pas mon monde . 
Harper n'a pas protégé son ministre , il l,a plongé dans le vide et Maxime devra vivre comment ?  
Pas besoin de passer à tout le monde en parle!  
Harper a beau sourire mais il est jaune et faux ce sourire. 
Harper a détruit Maxime Bernier et sa famille !  
Harper devrait démissionner.

Luc Dion, Sherbrooke

28 mai 2008

Mr Roy. 
C'était un homme visiblement déçu et sûrement déchu que l,on voyait dans son annonce à la dé mission de Maxime Bernier. 
Nous n'avons pas d'image de Maxime . 
Comment est-t-il ?On peut imaginer sans le voir. 
Vouloir séduire le Québec fut l'erreur de Harper. 
Prendre un nouvel élu inexpérimenté à un poste de cette envergure : impossible . 
Que Maxime Bernier ait fait des erreurs reflète le manque de jugement de Harper. 
Maxime était un cible facile, naif et vulnérable. 
Julie a vu juste, au fait elle dit elle même que ce n'est pas son monde. 
Maxime doit subir l'orgueil de Harper et que sera sera ! 
Triste cette histoire pour Maxime.

Claire Thibaudeau, Sherbrooke

28 mai 2008

Voila une chose qui était inéluctable. 
Le Canada conservateur dans sa politique d'alignement tout azimut avec la "démocratie" États-unienne, joue la carte de la sécurité à tout crin, de l'exportation forcée de la démocratie et de la rectitude à coup de milliard de dollar, de soldat et de bombe. Faire la leçon à tout le monde sur ce que devrait être le monde, en amplifiant de façon logarithmique le risque terroriste et en légiférant conséquemment. 
Mais bien sur tout cela c'est pour les autres. 
Que les ministres fréquentent les malfrats et leurs séides de notre société leur importait peu. On s'habitue à tout 
Voila qu'une balle leur revient en pleine figure. 
Franchement, je leur en mettrai davantage. 
On regarde le jupon dépassé, mais personne ne voit l'éléphant tout ravagé.

Jean Santerre, Blainville

28 mai 2008

Que cela tienne de la vengeance personnel ou non de la part de l'ex conjointe de M. Bernier, il est bon de voir où sont les responsabilités et cela, peut importe la nature des documents confidentiels. Que se soit des documents relatifs à la position du Canada ou des plans secrets de la défense internationale, ce qui est condamnable est le geste posé. 
 
Premièrement, il y a les employés du gouvernement qui sont responsable de vérifier si un ministre rapporte les documents confidentiel dans le délais prescrit. Ensuite, le ministre est responsable d'assurer une vigilance des documents qui lui sont prêté. Et dans cette histoire, le premier ministre est aussi responsable. Les documents ont été égaré pendant cinq semaine. Depuis trois semaine, les partis d'opposition ont demandé une enquête concernant le ministre. Le premier ministre a refusé. Donc, pendant trois semaine, le premier ministre a refusé de faire la moindre enquête alors que des documents confidentiels étaient en circulation. Peut-être qu'après deux semaines il était déjà trop tard et ceux qui ont voulu voir les documents les ont lu. Peut-être que personne n'a lu les fameux documents confidentiels, mais il reste que pendant trois semaines, le premier ministre et l'ancien ministre des affaires étrangères ont mis en péril la sécurité du Canada et de l'OTAN. Peu importe le document, ce sont les gestes posés et ceux non-posés qui sont répréhensible.

Philippe Valois, Montréal

28 mai 2008

Vers le 9 mai, quand la nouvelle concernant les fréquentions douteuses du ministre Bernier a été rendue publique, les conservateurs ont nié l'existence d'un problèm. Vie privée, aucun risque à la sécurité nationale. Le cabinet du PM a même affirmé que le ministre avait rompu depuis quelques mois et qu'il s'agissait de la vie privée du ministre. Par la suite, on apprend de la bouche de madame Couillard qu'elle a revu le ministre vers le 12 avril, qu'il est arrivé avec des documents confidentiels et lorsque le ministre a quitté, les documents "sont restés". Ces documents ont été remis autour du 27 mars à son propriétaire. 
 
QUESTION 1: Comment qualifier cette visite à la résidence de madame Couillard avec laquelle le ministre avait rompu selon le bureau du PM depuid plus de 2 mois en y apportant des documents classés confidentiels et en les y oubliant? 
 
QUESTION 2: Comment se fait-il que des documents confidentielles touchant la politique du Canada à l'OTAN aient pu avoir été oubliés pendant plus de 5 semaines sans que le ministre ne s'en rende compte? Il faut se rappeler qu'il informe son PM les avoir oublié plusieurs semaines après son problème de mémoire. 
 
QUESTION 3: Comment prétendre encore que la vie privée du ministre a préséance sur la sécurité nationale? 
 
QUESTION 4: Comment faire confiance à ce premier ministre qui se drapait dans le manteau de la vertu et reprochait à Jean Chrétien de protéger ses ministres qui n'ont pourtant pas encore été accusés de quoi que ce soit?  
 
Y at-il un pilote dans l'avion?

Robert Dury, Montréal

27 mai 2008

Faisons un peu de politique-journalistique-fiction;Julie Couillard travaille pour les libéraux fédéraux et est payé par les Hells et ils ont décidé punir Harper par le biais de son ministre des affaires étrangères à cause des renforcements des lois criminelles par les conservateurs.Mauvaise fiction,laissons donc les vrais journalistes décider du reste:y sont bons pour ça...HA..HA..HA.

Bernard Fillion, Chicoutimi

27 mai 2008

D'abord Mme Couillard, je crois qu'elle est en train de monnayer cet épisode de sa vie une bio chez Québecor ou avec La Semaine. Le temps est court dans quelques semaines ça 
ne vaudra plus grand chose. C'est quand même particulier qu'elle soit démolie, lorsqu'elle 
fréquentait des amoureux au c.v. plus problèmatique, elle ne s'inquiètait pas de sa réputation. 
 
Pour ce qui est des conservateurs et M. Harper, cette histoire aura-t-elle une durée de 
vie assez longue pour ce rendre à l'automne et aux élections. Tout dépend de comment les 
parties d'opposition vont gèrer l'affaire. Si onva trop dans le privé, la population ne suivra pas.Si messieurs Duceppe et Dion font une chasse aux sorcière, ça pourrait se retourner 
contre eux. Il faut qu'ils soient très prudents. 
 
M.Dion n'aura pas une autre chance de sauver la mise et M.Duceppe devra faire la dé- 
monstration de la pertinence de voter pour le Bloc en 2008.  
 
Un bel automne en perspective! Jean Charestpourrait perdre sa fenêtre pour des élections 
en 2008.

Lyne Robert, Montréal

27 mai 2008

ced que julie couillard a fait, entre autres de garder un document inscrit (confidentiel) qui appartenait au gouvernement est criminel. Le pocureur doit instituer un proces au criminel. Si elle avait garde le document 2 ou 3 jours ca passe, 5 semaines c est criminel. elle savait tres bien ce qu elle faisait. elle n est pas nee de la derniere pluie.

Serge De Rose, Vaudreuil

27 mai 2008

On dit M. Harper fin stratège. Il a cru faire preuve de tactique habile en nommant M. Bernier aux affaires étrangères, pour mieux vendre la guerre en Afghanistan aux Québécois, mais surtout sans doute pour vendre par le fait même le Parti Conservateur aux Québécois. Ses conseillers l'avisaient que Maxime n'était pas de taille pour un tel portefeuille; mais Stephen a jugé que le jeu en valait la chandelle. De toute façon, le premier-ministre se disait que son ministre ne serait qu'un intendant et que lui, le PM, dirigerait les destinées internationales du pays - ce qui a d'ailleurs souvent été le cas au Canada.  
 
M. Harper s'est fait prendre à son propre petit jeu et se dévoile comme manquant singulièrement de jugement. M. Harper n'est pas un stratège; il est un tacticien qui ne voit que les combats individuels, sans comprendre la vue d'ensemble.  
 
En anglais, il est une expression qui résume bien le comportement de Stephen Harper : "He was too clever by half". En Québécois, "il s'est fait prendre à vouloir jouer aux fins finaux". 
 
Sa crédibilité pourrait s'en trouver entachée de façon irrémédiable.

Tom Voeckler, Magog

27 mai 2008

Je crois plutôt que la démotion de M.Bernier  
tient beaucoup plus d'un congédiement en  
bonne et due forme,dans le but de se défaire 
d'un boulet de plus en plus nuisible au P.C. 
Après toutes les gaffes commises par ce ministre,au comportement douteux,je crois que 
Stephen Harper n'attendait que la confirmation  
de son manque de jugement,pour s'en débarrasser,ce que n'a pas manqué de lui fournir Mme.Couillard. 
Merci.

Gaétan Robillard, St-Charles borromée

27 mai 2008

Bonjours. 
Pour que Stephen Harper ait recours à un transfuge libéral unilingue de Vancouver pour remplacer le cabotin Maxime Bernier comme ministre des Affaires Extérieures à la veille de la fête fédérale du 400 e de la Ville de Québec, ça va mal en &="! (censuré).

Mario Goyette, Charny Qc.

27 mai 2008

Bonjour, 
Premièrement, j'aimerais dire que Maxime Bernier reste très disponible auprès de la population en Beauce malgré le ministère qu'il représentait dis-je bien. De un, Maxime Bernier est économiste et avocat de formation. Harper n'aurait dû jamais le nommer aux affaires étrangères. Il était très bien à l'industrie et aurait pu continuer à prendre de l'expérience. De deux, croyez-vous vraiment son ex quand elle dit qu'il était PARFAITEMENT au courant de son passé. J'en doute. D'ailleurs, pourquoi n'a-t-elle pas appelé son ex pour lui dire qu'il avait oublier des documents la journée même ou le surlendemain. Pourquoi aucun fonctionnaire ne s'est rendu compte que le document manquait. Ça sent la vengence à plein nez et les médias (surtout TVA et Paul Laroque) ont embarqué là-dedans.  
Merci de me publier

Jean-Sébastien Roy, Beauceville

27 mai 2008

Rien de vraiment mystérieux dans le comportement de Mme Couillard. Elle s'est récemment fait larguée par son chum, petit ami qui s'est servi d'elle pour bien paraître dans les fêtes mondaines d'Ottawa, elle a été la bête de cirque momentannée des médias, son décolleté et son histoire personnelle ont été le sujet de discussion de la population canadienne et surtout québécoise pendant des semaines...elle a, disons-le, voulu raconter sa version des faits et montrer une autre image d'elle-même que celle abondamment diffusée. 
 
Bref... 
 
En ce qui concerne notre cher premier ministre, "collateral damage has been done" comme diraient les anglais, le mal est fait et la crédibilité de M. Harper en prend un dur coup. Comment pourra-t-il maintenant nous faire avaler sa soupe d'intégrité? Personne n'est infaillible, pas même un conservateur de l'ouest.

Geneviève Prasow, Hull

27 mai 2008

Même si à la base, il s'agit d'un fait divers, l'histoire a pris une ampleur que personne n'avait prévu. Je ne veux pas faire un méchant jeux de mots mais je me demande vraiment qui a baisé qui dans cette histoire...

Pierre Pelletier, Québec

2008

2007

2006