Imprimer cette page

Jeudi 7 août 2008 12:56 MTL


Pour en discuter avec nous...

Cet espace de dialogue, de réflexion et de débat d'idées est aussi le vôtre. Nos carnetiers sont là, non pour mettre de l'avant leurs opinions, mais pour lancer une discussion et vous permettre de vous exprimer sur les événements marquants qui surviennent ici ou ailleurs dans le monde. Nous lisons tous les commentaires reçus, mais nous modérons chacun des carnets pour ne retenir que les commentaires les plus pertinents selon les sujets abordés. Seules les interventions signées et faites dans le respect d'autrui sont retenues. Pour en savoir plus, lisez
la nétiquette.
Bonne réflexion!

Veuillez noter que les forums de discussion des Carnets sont ouverts pendant deux semaines.

Carnet Anne-Marie Dussault

9 février 2007

1-800-accommodements


Le premier ministre Jean Charest aura finalement décidé d'intervenir pour apaiser les tensions au sujet des accommodements raisonnables. En créant la Commission de consultation sur les pratiques d'accommodements reliés aux différences culturelles, présidée par l'historien et sociologue Gérard Bouchard et le philosophe Charles Taylor, il répond aux attentes des plus inquiets devant les nombreux dérapages. 
 
D'abord, le gouvernement a choisi des personnes aux statures impressionnantes, qui font déjà l'unanimité tant elles inspirent confiance. 
 
Ensuite, la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse a depuis ce vendredi une ligne-conseil pour les décideurs, tant dans le secteur privé que dans le secteur public, qui doivent trancher dans un cas d'accommodements (1-800-361-6477, option 4). Une sorte d'info-santé des accommodements. On me dit qu'il y a eu peu d'appels pour poser des questions en cette première journée, mais que des citoyens appelaient pour exprimer leur opinion! 
 
Le premier ministre aura utilisé les mots exacts pour expliquer ce concept dont on parle tant depuis plusieurs semaines, parfois dans la confusion. « On a parlé d'accommodements raisonnables pour présenter aux Québécois ce qui était tout le contraire ». Après avoir énuméré la longue liste des « arrangements », il a affirmé qu'il y avait « un malentendu d'origine sur ce qu'est un accommodement raisonnable ». Et que ce malentendu avait été nourri par certains médias et par un sondage, où on laissait croire que les accommodements étaient en contradiction avec les lois en vigueur au Québec. 
 
L'intervention du premier ministre se faisait attendre. Mardi dernier, à l'émission Au coeur de l'actualité, la ministre de l'Immigration, Lise Thériault défendait du mieux qu'elle pouvait le gouvernement, valorisait le respect de la Charte québécoise et ne voyait pas la nécessité pour le gouvernement de faire d'autres gestes pour rassurer la population. Mais tous les appels du public allaient dans un sens unique: « le gouvernement ne nous écoute pas, et s'il n'écoute pas il va perdre ses élections .» 
 
Étrange société que celle où la réaffirmation de la primauté du droit ne suffit pas à rassurer, diront certains. Mais la ministre et le gouvernement auront pris acte du malaise et de l'inquiétude. D'où l'annonce de cette Commission. 
 
Sur la scène politique, M. Boisclair a bien reçu la création de la Commission, refusant d'en faire une question partisane. C'est tout à son honneur de ne pas s'opposer rien que pour jouer le jeu de l'opposition. De son côté, l'Action démocratique voit un cheval de bataille quitter les écrans radar, le temps de la campagne électorale. 
 
Cette Commission n'apportera probablement rien de neuf sur le plan légal. Il serait étonnant que le gouvernement du Québec prenne la voie de la laïcité à la française. Cela étant, elle aura le mérite de répondre aux principales préoccupations. 
 

  • L'état de la situation: il y aura un répertoire de tout ce qui a pu être consenti à des groupes ou à des individus au nom de la tolérance, mais qui viole les principes d'égalité. Ceci permettra d'ajuster le tir.
  •  
     
  • La Commission mènera une consultation dans toutes les régions du Québec. Entendre ce que les citoyens ont à dire permettra peut-être de mieux comprendre ce que l'on appelle désormais « le syndrome d'Hérouxville », qui révélait une opposition entre Montréal et les régions au niveau de la la perception. Et l'exercice aura peut-être des vertus pédagogiques à l'intention de ceux qui rejettent les valeurs inscrites dans les Chartes.
  •  
     
  • Un débat démocratique: les recommandations seront débattues à l'Assemblée nationale. Le débat jusqu'ici a parfois pris, dans le plus grand désordre, l'allure d'États généraux. Cette fois-ci, on peut penser que l'enceinte du parlement sera un lieu rassembleur à la hauteur des enjeux.
  • Vous avez des questions, des remarques ou voulez me suggérer des thèmes que je n'ai pas abordés?

    Écrivez-moi à : carnets@radio-canada.ca
    Avocate de formation, Anne-Marie Dussault anime des émissions d'affaires publiques depuis plus de 25 ans. Elle a touché à toutes les formes journalistiques, du documentaire à l'entrevue en passant par les débats qui encouragent la parole des citoyens. 
     
    À la télévision de Radio-Canada, elle a animé le magazine d'enquête Contrechamp avant de se joindre à l'équipe du Point et de prendre la barre d'Aujourd'hui dimanche. À partir de 1993, elle a animé plusieurs émissions à Télé-Québec, dont Droit de parole, La dictée des Amériques, Québec plein écran, Les règles du jeu, Points chauds et l'Effet Dussault. 
     
    Parallèlement, elle a animé à la Première Chaîne de Radio-Canada pendant quatre saisons l'émission Beau temps mauvais temps et Le Coeur à l'été. La saison dernière, elle a pris le micro du magazine À Vous la terre. 
     
    Son travail lui a valu plusieurs récompenses, dont les prix Anik, Judith-Jasmin et Wilderness, l'Ordre de la Pléiade et sept prix Gémeaux. Elle a été présidente de la Fédération professionnelle des journalistes du Québec de 2001 à 2004. 
     
    Elle anime Au coeur de l'Actualité, du lundi au vendredi de 11 h 30 à 12 h et de 12 h 30 à 13 h à la télévision de Radio-Canada.

    23 mars 2007

    ça fait 18 ans que je suis au Canada où j'ai étudié graduée mariée et devenir maman je n'ai jamais sentie une telle tension. Je ne sais pas pourquoi toute cette haine et mépris à l'égard de l'étranger ou de l'immigrant. Vous savez vous dites que si vous viviez dans un pays musulmans on va vous obliger de changer vos convictions ou du moins les cacher moi je viens d'un pays où plusieurs ethnies et religions vivent ensemble en paix et en harmonie au contraire au maroc on prend soin plus du voisin étranger que du compatriote vous savez on a toujours vécu ensemble je trouve qu'il y a des intérêts subtiles. Dans ma communauté les gens commencent pour la première fois à quitter le québec car si on compare avec les provinces anglaise comme l'ontario on trouve le situation des immigrants beaucoup plus relax qu'ici et vous savez les immigrants sont ici pour se concentrer sur le travail et vivre en paix et non pas vivre dans un contexte de conflit perpetuel sinon pourquoi ils ont quitté leurs pays. Je pense que si tous ces gens quittent si je prends juste mon entourage des professionnels dont le taux marginal d'imposition 45% et plus le québec perdra un gros morceau ils ne sont pas tous sur l'aide sociale les immigrants musulmans ou arabes mais plutôt des gens ambitieux qui travaillent très fort qui sont bien integrés parlent français je suis vraiement inquiète de tout ce que j'entends ce n'est pas ça le pays que j'ai choisi pour y vivre

    isa azouz, laval

    18 mars 2007

    Je suis émigrant, certes mais, cependant, je suis canadien aussi. La question des accommodements raisonnables est d'une introduction large, complexe et pointue, lorsqu'on en fait le contexte d'une telle complexité. Maintenant, de quelles accommodements parlons-nous ? Du fait qu'une femme, suivant les instruction de ça religion, porte le voile afin de ne pas séduire les hommes ou le fait de porter une arme (le kirpan) totalement interdit et contraire à la loi ? Il y a certainement ici une large différence. Le voile n'est pas un signe religieux, la femme ne le porte pas pour signaler qu'elle appartient à une certaine religion, mais afin de se protéger tout simplement. Certains peuvent, peut-être, se poser de multiples questions et se faire comme conclusion, finalement, que ce que la femme musulmane pratique, est de signe religieux. Ma réponse est celle-ci : Si cette individu ne croit pas en ce qu'elle croit, comment peut-il croire que ce qu'elle croit est vraiment se qui doit être cru alors qu'il n'en a pas la moindre croyance ? Autrement dit, le voile est une question fondamentale en islam et en aucune façon un homme musulman n'a le droit d'imposer à une femme de le mettre, ni vous, ni moi. Et cela, est certainement vrai, contrairement à ce que l'on dit sur l'imposition du voile pour la femme en islam, il ne faut pas croire tout se que l'on raconte. Se n'est pas une exception à la loi, la loi ne dit rien de tel, qui pourrai interdire le voile exclusivement, c'est considérablement le contraire qui est la réalité, c'est une application de la loi, la liberté de religion. Le gouvernement est de structure pareil à une entreprise, il s'adapte à ces citoyens, leurs offres se qu'ils veulent à la limite des capacités, ce qu'ils désirent dans la mesure ou l'on respecte la loi. Il ne faut pas entretenir la peur, car là, vraiment, c'est une injustice et une contre verse à la loi.

    Mohammed Tijini, Gatineau

    15 mars 2007

    Être raisonnable: tout est la! Que veux dire raisonnable.Ai-je besoin du dictionnaire quand on me dit: sois raisonnable .Le mot raison domine.Donc ,si je raisonne bien la situation des accommodements dits raisonnables , je dois savoir que j'ai certains compromis a faire.Si je demande une permission a mes parents et que ceux-ci me disent : sois raisonnable.J'ai a réfléchir .Si je sors , je dois appliquer la consigne : entrer a une heure raisonnable ou ne pas sortir.Si je suis immigrant , dois-je m,accomoder ? Non , je dois m'intéger aux moeurs .Être permissif devant autant de religions , me plier a leurs demandes alors que nous sommes déja très .ouverts ! C'est un débat qui ne vaut pas l'enjeu.Accueillir avec autant de dignité qu'on le fait avec les i mmigrants devraient nous donner le retour du balancier.Je pense qu'on est ridicules nous-mêmes en posant cette question qui tue !

    Claire Thibaudeau, Sherbrooke

    13 février 2007

    Ceux que l'on aura condamné et considéré comme "campagnard", au début à Hérouxville, pourraient s'inscrire parmis les défenseurs de la culture québécoise et s'introduire dans l'histoire malgré leurs maladresses. En toute humilité je ne fais que considérer l'évolution du dossier. Cependant il était temps que quelque chose arrive, tout ces accomodements plutot déraisonnables tissaient, silencieusement, une trame de fond menant au racisme. Les valeurs religieuses catholique demeurent le levain moral de notre société. Il n'y a rien détonnant de constater que les immigrants qui ont encore une religion collé à la peau tentent d'adapter la société Québécoise qui parait à leurs yeux vide de valeurs religieuses croyant que nous n'avons plus de conviction profonde, il n'en est rien. Hérouxville n'aura que prononcé, bien que maladroitement, le malaise beaucoup plus profond d'une société qui se sent encore menacé dans sa propre identé. Le premier ministre ne peut de toute évidence régler un tel dossier en quelques semaines, qu'il soit à l'abri derrière ce paravent ou qu'il ait eu la meilleur des idées il n'en est pas moins important de mettre tout le sérieux nécessaire à ce dossier social/moral. Je crois que, pour la politique Québécoise voire même Canadienne, ce sera l'événement le plus important depuis la création de la charte des droits et liberté du Québec. Dorénavant il y aura des balises, entre l'acceptable et son contraire, qui reflèterons de façon assez précisent l'affirmation parcellaire de l'identité d'un peuple

    Jean Beaulieu, Joliette

    13 février 2007

    Je partage l'opinion de M. Mario Goyette de Charny. Le Parti libéral du Québec ne rate aucune occasion pour gaspiller les fonds publics en créant des commissions d'étude ou autres consultations dans le seul objectif de donner un contrat à des membres du Parti ou à leurs amis. Les exemples sont légion : P.-M. Johnson de Laval, Claude Bédard sur Télé-Québec, etc. La semaine dernière M. Gérard Bouchard affirmait qu'il n'y avait pas de problème au Québec avec les demandes de certaines minorités religieuses .....c'est assez invraisemblable non !

    marie bouchard, Montréal

    13 février 2007

    Cette commission ne fera pas grand chose, elle va juste réfléchir sur le multiculturalisme et il faudrait absolument comme indiqué déjà par un commentaire ici: Faites-nous des reportages sur ce qui ce passe au Londonistan au Royaume-uni. C'est une plaque tournante d'un certain intégrisme religieux et mondial (c'est de la que part le mode de vie de certains... ils ont la burka, la nikab, l'abbaya ) et ne veulent pas vivre sous les lois occidentales mais sous la charia. Ça ne sert à rien de ce cacher la tête dans le sable (j'espère ne pas subir la censure), nous devons garder ce débat pendant la campagne électorale et ne pas attendre le rapport de la commission sur l'identité. Pourquoi n'y a t-il par une femme dans cette commission? La religion n'est pas une identité, ni une race.

    nabila Jaloul, montréal

    12 février 2007

    La question des accommodements est provoquée dans un contexte électoral. En effet, même si aucune date n'a été évoquée jusqu'à présent, tout indique que bientôt le processus démocratique sera enclenché. 
    Les sondages qui donnaient le Parti Québecois favori, viennent montrer après cette affaire que celui ci a perdu du terrain face au Parti Liberal et à l'Action Démocratique du Québec. L'objectif de la manoeuvre semble donc atteint. 
    L'ADQ à travers son chef, est la première à réagir à la question, comme quoi l'adage qui dit un homme averti en vaut deux, semble bien s'appliquer à son cas. Le Parti Liberal, au pouvoir, a bel et bien instauré une commission, pour garder le statuquo, puisqu'il est gagnant dans l'affaire.  
    La réaction du Parti Québécois, qui risque de perdre le vote des minorités culturelles en faveur du Parti Liberal, et des plus radicaux en faveur de l'ADQ, se fait attendre. 
    la question est très délicate, surtout que le model québécois reste un model précurseur, qui mérite d'être défendu,et même peut être exporté. 

    sabar LOTFI, montreal

    12 février 2007

    Je crois qu'il serait intéressant que Radio-Canada fasse un reportage sur l'état du multiculturalisme en G. B. et que l'on fasse une comparaison avec la situation au Canada. 

    jean-guy blier, quebec

    12 février 2007

    Bonjours Mne. Dussault. Au début de la semaine, mon commentaire a été refusé, je constate que beaucoup de "carnetiers" sont du même avis que moi. j'ai osé comparé cette commission de consultation à une supercherie comme l'enquête sur l'effondrement du Viaduc de Laval par l'honorable Pierre-Marc Jonhson qui ne vise qu'à mettre le couvercle sur la marmite en enrichissant des commissaires entre $100 et $ 200 de l'heure sans compter les dépenses somptuaires. Dans les cas qui nous occuppe, un seul spécialiste pourrait en très peu de temps en arriver à une solution pratique moins coûteuse, en tout cas. Et bien la meuilleure, Pierre-Marc Jonhson vient de demander une prolongation pour en retarder la conclusion(après les élections) quand tout le monde sait bien qu'il aurait fallu seulement ajuster deux ou trois tiges de métal au bon endroit... et surtout nous dire enfin quel est le nom de l'entrepreneur-contributeur qui l'a construit ce fameux Viaduc! Merci de me lire, ça vous fera pas de mal.

    Mario Goyette, Charny.Qc.

    12 février 2007

    Non, il existe bien peu de pays musulmans qui accepteraient que les occidentaux vivant chez eux puissent afficher leurs valeurs et religion. 
     
    Mais depuis quand en occident voulons-nous copier le modèle autoritaire des sociétés islamistes ? 
     
    Depuis quand l'occident doit s'inspirer de l'Iran ou de l'Arabie Saoudite ? 
     
    J'ai toujours cru qu'il fallait fuir ce genre modèle de société, pas les imiter. 
     
    L'Iran ne tolère pas la diversité religieuse, moi je suis fier de dire qu'en occident nous avons assez évoluer pour la tolérer.

    David Gagnon, Montréal

    12 février 2007

    Ce n'est pas possible d'avoir une idée exacte de ce qu'on doit faire si on ne connait pas vraiement la religion et la culture de ceux qui veulent nous forcer à les accepter comme ils sont-qui veulent etre soit disant québecois mais en gardant leurs coutumes anciennes de 1000ans et ou l'ignorance et le fanatisme religieux est de rigueurs.

    robert drouin, quebec

    12 février 2007

    Croyez-vous que les pays musulmans devraient accepter que les occidentaux vivant chez eux puissent afficher leurs valeurs et religion propre?

    lucie Lecomte, montréal

    12 février 2007

    Pour comprendre ce qu'est un accomodment raisonnable il est utile de lire le jugement de la Cour Suprême, en 2004, sur l'installation de succah sur les balcons du Sanctuaire. 
     
    Croyez-le ou non, les propriétaires du Sanctuaire du Mont-Royal voulaient empêcher quelques juifs d'ériger une succah (cabane) sur leurs balcons pendant 9 jours par année! 
     
    Faites "syndicat Northcrest v. Amselem, 2004" sur votre moteur de recherche pour le jugement au complet (113 pages). 
     
    A regret, je dois cependant observer que sur les 5 juges de la Cour Suprême d'alors qui avaient des noms à consonnance française (Bastarache, LeBel, Deschamps, Major, Arbour), seulement 2 (deux) ont fait partie du groupe majoritaire. En somme, 1 seul des dissidents (sur 4 dissidents) avait un nom à consonnace non française.

    Dr Michael Laughrea, PhD, McGill, Montréal

    12 février 2007

    Nous savons tous qu'une commission peut être une façon de noyer le poisson, surtout lorsque le poisson est bien frétillant et qu'il n'a pas l'air de vouloir crever. Il est rare de voir les Québécois refuser de se taire et de ravaler leurs frustrations. M. Charest s'en va en élections et il a choisi de tenter de noyer ce très gros poisson en créant une commission composée de deux hommes qui pensent tous les deux exactement de la même manière. Cette commission concluera qu'il y a eu quelques excès isolés, fera quelques recommandations et pour le reste, elle limitera ses propos à un acte de foi dans le sacro-saint multiculturalisme et dans le recours aux chartes. Très éclairant vraiment ! On nous prend vraiment pour des épais.

    Linda Hart, Trois-Rivières

    12 février 2007

    M.Charest n'a cherché qu'à noyer le poisson. 
    Il se servira de sa commission, pour refuser de répondre aux questions des journalistes durant la campagne électorale. 
    Il se cachera derrière le rapport, qui sortira dans un an, pour ne pas prendre position immédaitement donc ne pas perdre SON vote ethnique. 
    Danger aussi dans les nominations, ses deux choix sont en faveur du multicuralisme canadien.... 
    Selon moi, c'est un grand échec au Canada... l'intégration. 
     

    Laloue April, Montréal

    12 février 2007

    Je suis présentement en voyage en Asie et croyez-moi, je ne discute pas des coutumes et des règlements. Je ne suis pas chez-nous... Et si j'avais á y vivre, je devrais m'adapter, les Vietnamiens, les Cambodgiens et les Laos ne changeraient pas leur culture ni leur religion pour me faciliter la vie ni pour repondre á mes besoins personnels. Et je trouve cela normal. Alors pourquoi au Québec et dans un avenir raproché, nous ne  
    pourrons plus afficher nos symboles religieux, nos lois propres et notre culture afin d'accommoder les immigrants qui ont choisi de vivre ici. Soyons fiers de ce que nous sommes tout en étant ouverts à tous ces nouveaux venus car ils apportent une couleur et une richesse culturelle à notre pays. Je crois que la majorité des immigrants sont des citoyens adaptés et heureux.

    Normand Yvette, Shawinigan

    12 février 2007

    Je suis `a Montreal il y a deja un an, et je suis vraiment content d'etre ici. 
     
    Avant d'immigrer, j'ai vu quelque site web, quelque magasine, enfim, tout les ressources disponibles pour savoir plus sur le Quebec et le Canada. Et j'avais ete `a Toronto pendant 6 mois. Donc, j'avais connu deja un peu ma societe d'accueill avant d'arriver. 
     
    Si on va immigrer, il faut respecter la langue et les habitudes du nouveau pays. C'est ridicule demander une societe entiere de changer ses habitudes `a cause de quelques personnes. Il faut d'etre raisonnable, compreensible et flexible, oui, mas avec de prudence et responsabilite. 
     
    On peut etre flexible par rapport `a quelques demande, par example, de permettre le turbant dans la GR. Mais de permettre de couteaux dans l'ecole, excusez moi, mais c'est foul ca.  
     
    Ce tipe de discussion est important pour tous et demontre la capacite quebecoise de chercher des bonnes solucions pour nos problemes. 

    Bruno Hildebrando, Montreal

    12 février 2007

    Ce n'est pas TOUS LES IMMIGRANTS qui demandent des accommodements religieux. Plusieurs se sont bien intégrés à la société. Ces minorités religieuses politisés voudraient instaurer un mode de vie selon leur RELIGION et non leur CULTURE. Ils existent des mouvements religieux militants à travers la planète, certains veulent que la religion devient leurs traditions. Je ne sais pas si ce numéro 1-800 règlerait la problématique ou sortirait (seulement) le débat du champ de la place publique? C 'est un dossier à suivre pour trouver les valeurs universelles et humaines qui rassembles ex. l'égalité des sexes et le traitement des femmes et des filles JAMAIS LA CHARIA ni instaurée ni fragmentée pour gagner du terrain. Merci!

    nabila Jaloul, Montréal

    12 février 2007

    Enfin une véritable réflexion qui s'annonce pour notre société. Je trouve que ce qui a fait problème jusqu'à maintenant c'est notre manque de clarté au Québec quant à notre positionnement collectif réel sur ces questions que soulèvent l'accueil de nos amis immigrants. Il est temps de définir ensemble ce que la majorité défini être "raisonnable" ou non, et l'assumer! Il faut aussi apprendre à négocier avec l'autre ce qui signifie dire oui et parfois non, sans déraper dans les extrêmes. Comme société, envers l'intégration je nous trouve ambigüe, parfois incohérent. Dans un tel environnement "indéfini" il est normal pour les immigrants de chercher à "définir" ce milieu d'accueil à partir de ce qu'ils connaissent et ce qui est clair et défini pour eux. J'en ferais de même. Nous avons intérêt à nous regarder et tenter de nous définir un peu plus clairement.

    Katia Thériault, Hong Kong

    12 février 2007

    Assez est asez. Faut se respecter avant tout et se faire respecter! Une langue, un drapeau, un territoire, notre cuture, notre facon de vivre! Bienvenue les émigrants! Ici c'est comme cela! Votre religion à la maison et dans votre cinagogue/mosqué etc.L'école est laique et gratuite ici alors fini les subventions à vos écoles: Grec,Juives,Musulmane.Vos couteux vont rester chez vous, vos turbans portez les ailleurs que dans la GRC sur un cheval! Nos lois et facons de vivre et soigner sont pour tout le monde.Tous égales ici! Si vous n'êtes pas content bien retourner dans votre pays ou déménagés aux canada anglais.Les droits collectifs doivent primer sur les lois individuelles. La Chatrte divise, individualise alors a changer tout de suite!

    Denis Richard, Montreal

    11 février 2007

    À 16 ans quand je me suis réfugié au Québec, j'ai observé avec intérêt la vie, la langue, les mentalités, les coutumes, les lois et la religion de cette société. J'ai réussi à m'intégrer parce que j'y ai mi beaucoup d'efforts. Plusieurs de mes compatriotes avaient de la difficulté à s'intégrer et dans les années 50 on disait qu'ils ont le ‘mal du pays' et ils sont retournés dans leurs pays d'origine. Aujourd'hui les immigrants de certains pays au lieu de retourner dans leur pays d'origine quand ils ont le ‘mal du pays' essayent recréer ici leur pays et leurs coutumes en essayant de contourner les lois en vigueurs. Ils savent très bien qu'en retournant chez eux, ça sera 100 fois pire qu'ici. C'est rendu qu'ils ne demandent pas des accommodements, mais ils exigent. La ‘ghettoïsation' n'est pas une solution pour faciliter leur intégration. Soyons vigilant.

    Louis Ronai, St-Eustache

    11 février 2007

    J'apprécie le multiculturalisme, de même que je m'identifie à la notion de respect des différences et d'égalité sociale. Cependant, j'ai de la difficulté à comprendre que lorsqu'on décide d'interdire les couteaux à l'école pour des raisons de sécurité évidente, les couteaux ''religieux" ne logent pas à la même enseigne. Mon enfant voit sa sécurité compromise par un accommodement raisonnable, cela ne va-t-il pas à l'encontre de son droit à lui? En même temps, je trouve tout à fait souhaitable de pouvoir choisir la façon de se vêtir ou de décorer un lieu, si cela ne nuit pas à la sécurité ou au code vestimentaire d'une institution. Les écoles, les milieux de travail et institutions publiques, ne devraient pas avoir à réaménager pour des coutumes religieuses... ce serait mission impossible de satisfaire toutes les religions! L'égalité entre les hommes et les femmes, le droit de vivre sans violence ou crainte pour sa sécurité doit, selon moi, avoir le dessus sur les coutumes religieuses.

    Carolyne Vézina, Montréal

    11 février 2007

    il commence etre temps quil se reveille // on se croirait dans le des croisades cest affreux de faire vivre en 2007 une pareille situation quand la paix sur cette planete

    louise dubuc, qebec

    11 février 2007

    Bonjour, 
    je me demande pour le jugement de la femme a l'égard de Guy A-Lepage, a mon avis ce conseiller mérite d'etre invité a l'émission et dieu créea la flaque car on ne pourrait jamais croire qu'au Québec il existe de tel conseiller, Guy A Lepage est un professionnel et talentueux il était évident qu'il a tout fait pour ménager Monsieur le conseiller mais hélas il était en panne notre conseiller qui ne sait ni parler ni débattre son opinion et je peux meme aller a dire que les Bougons ont raté un excellent acteur, est ce logique de voir une localité ou il n'y-a aucun immigrant instaurer un code concernant ces derniers ou est-ce il est temps de se demander pourquoi cette localité laisse a désirer? moi a mon avis et comme immigrant je prefere revenir au tier monde que de vivre sous le regne d'un conseiller nul, de nos jours le tier mondisme n'est plus restreint géographiquement vraiment

    HABBIB BOUCETTA, Gatineau, Québec

    11 février 2007

    quant a moi, ce sont des sous que nous allons encore jeter dans la poubelle, la plupart des québécois de souche sont en accord avec le fait que la société se doit de demeurer laique dans ses institutions et ces accomodements n auraient jamais du voir le jour. il faut maintenant renverser la vapeur et retirer ce que certaines minorités religieuses considèrent comme des acquis. c'est assez délicat et je ne crois pas que cette commission répondra a la question.

    Eric Martin, Montréal

    11 février 2007

    je remarque avec réflexion le souci que les Québècois(es) dissertent sur la nécéssité de prendre en considération le mouvement ethniques mondiales provoqués par les moyens rapides de se déplacer de part le monde, et qui provoque une prise conscience collective de ces derniers de vouloir ou pas prendre en compte la culture de l'autre dans son propre environnement culturel sans que celui ci en soi affecté sur le fond , c'est en tout état de cause l'acception ou le refus de partager l'avenir dans l'ouverture de la pensée universelle seul élément qui puisse amener à la tolérance de la différence sur son propre territoire, sans en affecter le quotidien, voilà en bref l'accommodable selon un Français, amicalement à tous! 

    hervé jacquemet, france

    11 février 2007

    oui j ai perdu de la fierte moi; avant j etais fier quebecois meme comme ex Saguenayen ; je nous croyais non raciste car nous sommes qui voyagait beacoup et apprecier dans le monde pour notre tolerance je vois c est plutot dans l Ouest du canada ou en Ontario ;maitenant on demande aux immigrants de quitter le quebec moi j embarque si c est ainsi je veux plus rester ici c est plus le pays d acceuil que je connaissais accueil des irlandais des chinois viet portugais italiens marocains algeriens c est serieux je pense quitter moi aussi  
    http://www.elwatan.com/spip.php?page=article&id_article=60642 
     
     
    * Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes.  

    pierre gauthier, charlesbourg

    11 février 2007

    Je ne suis pas sociologue indépendant, dépendant ou autre. Je suis étudiant, citoyen psychologique malgré moi, d'un lieu géographique en crise d'identité qui projette son mal être dans une sphère qu'il comprend difficilement.  
     
    Quand ferons-nous la distinction entre tolérance et acceptation ? Quand cesserons-nous ces tentatives d'assimilations déguisées en tolérance ?  
     
    L'intégration des nouveaux arrivants n'est pas chose facile. Et quand 'le' politique s'en mêle, c'est pire. Et quand la politique s'en mêle, c'est encore pire !  
     
    C'est triste à observer.

    Éric Shannon, Taiwan

    11 février 2007

    Quand on parle de laïcité il faut dire que c'est l'institution qui est laïque. L'institution a le devoir d'être neutre. Par contre, les individus qui fréquentent l'institution ont le droit d'exercer leur liberté religieuse dans le respect des autres. 
     
    La pire chose à faire serait d'adopter le modèle français. Un modèle qui a eu pour conséquence la création de ghetto sur fond de tension sociale. 
     
    Pour terminer je rappelle l'article 18 de la déclaration universelle des droits de l'homme: 
     
    "Toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion ; ce droit implique la liberté de changer de religion ou de conviction ainsi que la liberté de manifester sa religion ou sa conviction seule ou en commun, tant en public qu'en privé, par l'enseignement, les pratiques, le culte et l'accomplissement des rites."

    David Gagnon, Montréal

    11 février 2007

    Pourquoi faire simple quand il est si façile de compliquer. 
    Nous voilà rendu avec une commision de joyeux savants pour analyser, répertorier et quantifier le désir du respect d'un peuple. 
    La solution est tellement évidente que nos dirigeants la voient même pas. 
    Il suffit pour nos dirigeant de faire un décret-loi, ie une déclaration qui a la force juridique d'une loi, sur la laicité de tous les lieux avec exceptions à savoir les lieux voués exclusivement à la prière. Ex: Église, monastère, Mosquée..

    Arthur Boudreau, Val d'Or

    10 février 2007

    Pour les accomodements, je pense qu'il faut être sensé, prudent et respectueux dans nos propos et ne pas se laisser emporter par tout ce qui se dit dans les média. Réfléchir et se faire une opinion bien éclairée me semble beaucoup plus adéquat. 
     
    Je sais bien que c'est " hors contexte " mais je suis très surpris et un peu déçu de constater qu'il y a un nombre incroyable de fautes d'orthographe dans les commentaires qui précèdent le mien !!

    André Martel, Québec

    10 février 2007

    Il me semble assez significatif que l`on ait oublié d'inclure un nombre égal de femmes à celui des hommes dans cette commission; cela est d'une telle évidence. Si l'on veut que cette commission ait un minimun de crédibilité, il faudrait que les deux hommes choisis, exigent qu'on y ajoute deux femmes. Je suggère la sociologue Louise Vandelac, ainsi qu'une député d'origine ethnique dont j'ignore le nom, et qui s'était prononcée à propos de la charia. 
     
    Claude Dionne

    Claude Dionne, Québec

    10 février 2007

    Je suis content que le gouvernement commence a écouter la grogne concernant les passes droits obtenus par certains groupes marginaux. Je félicite M.Drouin pour son franc parler à l'émission "tout le monde en parle" J'ai par contre trouvé condescendant G.A. Lepage et Turcotte, des professionnels de la communication contre un citoyen. 
    Ils ont fait leur travail d'amuseur public mais raté l'occasion de faire une entrevue éclairante et pas mal plus sérieuse que leurs mimiques condescendantes. 
    Bonne semaine.

    Réjean Carrière, Repentigny

    10 février 2007

    En effet, nous sommes un État de droit et les lois doivent refléter les valeurs de la nation. Un État de droit ne signifie pas que les lois sont immuables! Les lois ne sont pas des dogmes! Les lois ne sont pas de vérités parfaites! Elles sont faits par des hommes imparfaits, à une époque précise de l'histoire, pour répondre à un besoin d'un moment, mais elles doivent être modifiées lorsqu'elles ne reflètent plus la réalité contemporaine! Des lois, ça se change ! C'est NOUS qui décidons des principes qui doivent règlementer notre société! C'est ça une NATION ! Les lois sont aux services d'un peuple. Ça, il ne faut plus JAMAIS l'oublier... 

    Jean-Denis Power, Trois-Rivières

    10 février 2007

    Bonjour, 
     
    On ne peut mettre en doute la grande compétence des membres nommés par le PM pour siéger sur cette Commission. Mais, comme les cas soit-disant isolés d'accommodements qualifiés de déraisonnables concernaient l'égalité des hommes et des femmes ou la non-discrimination à l'égard du sexe (art. 10 Charte des droits et libertés), il m'apparaît vivement souhaitable qu'une femme experte soit nommée sur cette Commission. 
     
     
    Mme Marie McAndrew est professeure titulaire de la Chaire en relations ethniques à l'Université de Montréal. Elle m'a déjà rejointe par courriel en vue d'une lettre ouverte aux journaux sur les accommodements raisonnables. 
     
    Il y a sûrement d'autres femmes qualifiées. Les femmes souvent visées par les dérapages récents représentent 50% de la population. Elle siégerait en raison de son expertise et non pas en raison de son ethnie. 
     
    Merci et meilleures salutations. 
     
     
    http://www.ceetum.umontreal.ca/mcandrew.htm 
     
     
    * Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes.

    Anne Bilodeau, Montréal

    10 février 2007

    Dans une sociètè democratique et libre comme la notre, tous les citoyens sont supposés egaux et de ce fait ils ont les mêmes droits et les memes obligations. Comme il est nermal qu' une femme decide de mettre une peruque,de se raser le crâne , de se teinter les cheveux ,je ne comprends pas pourquoi cette même femme peut déranger quelques uns si elle decide d'elle meme de porter un foulard?.

    LOTFI SABAR, MONTREAL-QUEBEC

    10 février 2007

    J'ai confiance en ce comité car il est composé de deux personnes riches de réflexion (je joins plus bas la définition de la tolérance faite par Charles Taylor). Toutefois, Françoise David a raison en disant qu'il faut ajouter une femme issue de l'immigration à ce duo. 

    La tolérance par Charles Taylor:  
     
     
    « C'est une notion ambiguë très difficile à saisir. Car elle peut être entendue dans un sens péjoratif et traduire l'attitude que l'on adopte envers des gens que l'on n'aime pas : nous disons alors qu'''on les tolère''. Mais je crois qu'il existe une autre manière, plus vertueuse de la définir, et qui implique que l'on essaie de comprendre l'autre afin de trouver ce qu'il y a d'intéressant en lui. » 

    Marie Lauzier, Montréal

    10 février 2007

    Je ne crois pas que cette Commission va résoudre le problème de fond. M. Taylor et M. Bouchard ne semblent pas, à les entendre, vouloir faire de grands changements. Ils vont essayer, dans le pur esprit du multiculturalisme, de faire plaisir à tout le monde et on ne sera pas plus avancés. Ce qu'il nous faut, c'est une Charte de la laïcité ou une définition claire de nos valeurs, enchâssée dans une loi. Jean Charest et André Boisclair se cachent derrière les Chartes des droits canadienne et québécoise. Ces Chartes proclament l'égalité entre les hommes et les femmes et du même souffle la liberté religieuse. À quoi doit-on donner préséance dans un litige?Où commence et où finit la liberté des uns et des autres? La laïcité dans l'espace publique oblige chacun à démontrer sa foi dans son intimité. Nous pourrions vivre dans l'harmonie si chacun acceptait de vivre sa religion en évitant de vouloir l'imposer à tous.

    Francine Laurier, St-Bruno

    10 février 2007

    J'ai lu le code de vie à proposer en guise de renseignements aux futurs immigrants et ce avant de faire définitivement leur choix pour venir au Canada et au Québec. A la lumière des explications de M. André Drouin à l'émission Tout le monde en parle, je trouve que c'est une très bonne idée. Il a raison de dire que ce qui pour nous est évident et non acceptable ne l'est pas nécessairement pour des gens tellement imprégnés d'une certaine manière de vivre qu'ils peuvent penser l'emporter avec eux et pouvoir la mettre en vigueur naturellement une fois rendus chez nous. Se croyant au pays de la liberté, ils revendiquent alors ce droit de vivre à leur ancienne manière mettant en danger la paix sociale au pays. Félicitations à M. André Drouin et Hérouxville pour avoir sonné l'alarme et pour avoir proposé une solution tout à fait positive à mes yeux!

    Fernand Nadeau, Laval

    10 février 2007

    M. Bouchard a dit qu'il rencontrerait les organistes, mais qu'il n'était pas question de rencontrer les citoyens.

    Gilles Beaulieu, Montréal

    10 février 2007

    P.E. Trudeau a conçu une charte des droits et liberté qui correspondait à sa vision multiculturelle du Canada. Je ne crois pas qu'il y ait eu un débat sur cette problématique aux conséquences bien réelles sur les relations entre les canadiens de souche et les immigrants. Il y avait peut-être chez Monsieur Trudeau le désir de "noyer" le nationalisme québecois. Peut-être. De toue façon, la commision qui sera créee pourra bien tenter de définir ce qui est raisonnable et ce qui ne l'est pas...mais il faut un débat de société sur le type de pays que l'on veut et la place que l'on réserve aux immigrants. Multiculturalisme ou creuset ?

    Pierre DuBois, Laval

    10 février 2007

    Je crois que le débat sur les accommodements est "souvent" un faux débat...Il revient à la Cour de Justice de juger de la raisonnabilité des différents accommodements en fonction des nos Chartes. Ces chartes prédominent sans conteste à tout autre règlement et je crois que nous devons avoir confiance en notre système. Je ne crois pas, contrairement à M.Pascal Bruckner (Tout le monde en parle) que le multiculturalisme soit en échec partout. Nous ne pouvons pas comparer notre situation à celles de la France ou de l'Angleterre, qui ont accueilli depuis longtemps trop vite, et surtout, trop mal. Cependant, j'estime que nous devons faire preuve de beaucoup de prudence car il s'agit d'un débat glissant. Il ne faudrait surtout pas assimiler immigration et abus, cela reviendrait à exacerber à long terme les relations entre les Québécois et les immigrants. Cela n'a rien de drôle. Pourtant, il y a parfois abus, c'est pourquoi la question mérite une large enquête. Restons calmes et ouverts.

    Joanie Durocher, Sherbrooke

    10 février 2007

    Nonobstant la volonté manifeste d'un incommodé P.M. de casser la vague des accommodements pitoyables dont les déferlements mettent à risque le surf d'une campagne qui se voulait prometteuse, les Québécois lucides ne sauraient s'accommoder d'une Commission gommée, devant rapporter l'étendue des dégâts de la déraison dont les récentes dérapes explosives menacent rien de moins que la paix sociale. Encore du théâtre de frime et d'esbroufe où commissaires et commissionnaires disposeront des «nos millions» dont ils s'enrichiront tout d'abord et dont ils gaspilleront le reste, sans scrupule, à l'exemple de la Commission Gomery. Ce geste d'inspiration électoralement opportuniste sacre l'incurable procrastination gouvernementale. Quelle façon coûteusement orgiaque de réussir aussi béatement à tant échouer si facilement!

    Gerry Pagé, Ville de Québec

    10 février 2007

    Sommes nous une societee Multiculturel ou uniforme? 
    Sommes nous une societee Libre ou restrinte? 
    Sommes nous Une societee Laique ou religieuses? 
    Il me semble que nous nous aprochons dagereusement de l'extremismes tel vecue en Iran ou meme a present au Etats Unies d' Amerique! Bien sur il y a des abbuts par quelque Individue dans tout les camps, Immigrant tout comme Quebecois de souche, mais est ce asser pour vouloir embrasser l'uniformisation et abandoner le Multiculturalisme? Sa me rapele les epoque sombre de l'Humanitee tel le Fachisme ou l'Inquisition ou les Amadinejad, Bush, Hussein et compagny de se Monde! 
    Pas le Canada dans le quel je voudrais vivre! J' Aprecy notre Multiculturalisme et nos acomodement resonable!

    Uwe Paschen, Zurich, Ontario, Canada

    9 février 2007

    Madame Dussault, je N,ai pas beaucoup de temps pour cela, mais en ma qualité de sociologue indépendante, je veux attirer votre attention sur ceci: notre charte, à ce que je sache, ne prône pas la liberté de «régime politique». Et bien qu'advient-t-il des gens qui viennent de sociétés «théocratiques»? Ils désirent importer leur façon de vivre théocratiquement, sauf que cela vient à l'encontre de notre système démocratique. Voilà la nuance. Il n'y a rien de «religieux» dans le fait de porter une arme, cela relève du code civil. De même le port de tel ou tel vêtement, cela relève du «séculier» et non du «religieux». Mais voilà, dans un système théocratique on ne s'étonne pas de voir le civil et le religieux complèment intégrés au dictat. 
    Merci de faire circuler cette réflexion très avancée.

    Catherine Lagueux, Bromont

    9 février 2007

    Le débat va maintenant se faire de façon posée et sérieuse. Avec Messieurs Bouchard et Taylor cette 
    consultation apportera une réflexion intelligente sur le sujet 
    et je crois que les résultats seront surprenants. 
     

    claire belleau, longueuil

    9 février 2007

    À voir le nom de cette commission (Commission de consultation sur les pratiques d'accommodements reliés aux différences culturelles), il va s'en dire que la laïcité républicaine française est déjà mise de côté. Pourtant, comme on l'apprenait dernièrement à Tout le monde en parle, c'est un système qui fonctionne ; tout le contraire du multiculturalisme. On dirait que son succès nous étonne tellement que nous en avons peur...

    Maxime Schinck, Sherbrooke

    9 février 2007

    "D'abord, le gouvernement a choisi des personnes aux statures impressionnantes, qui font déjà l'unanimité tant elles inspirent confiance." (Dussault) 
     
    Vous voulez rire ou quoi? 
    Ces deux-là sont en grosse partie la source du problème. Ce n'est certainement pas un hasard qu'on les a choisis, puisqu'ils sont les artisants de la division Montréal-régions. Ce n'est non-plus un hasard que ceux-là mêmes qui se soulèvent sont les électeurs traditionels du PLQ et PLC, fédéralistes et Canadiens français. Charest prend un bien grand risque en installant à la tête de ce manège à noyer le poisson les deux bâtisseurs des fourneaux à Canadiens français qui disent'ils en finiront à jamais de cette race qui refuse de mourir pour laisser la place au nouveau "improoved" franco-québécois de Montréal.

    Zardoz Gebello, St-André Avellin

    9 février 2007

    Charest a trouvé le moyen de ne pas avoir à se prononcer aux prochaines élections sur les accommodements déraisonnables. Il avait beaucoup trop à perdre: le vote de ses amis allophones. Il a parlé de respect de la majorité envers les minorités, c'est de la pure démagogie. Les québécois ont sorti les symboles religieux de leurs institutions publiques par respect pour les autres religions. Et maintenant on nous demande de la tolérance lorsque ces autres religions veulent entrer leurs symboles religieux dans nos institutions publiques? On est bons les québécois, mais sommes nous niaiseux ? Charest semble bien le croire...

    Jocelyn Ouellet, St-Félicien

    2008

    • janvier

    2007

    2006