Imprimer cette page

Jeudi 7 août 2008 12:56 MTL


Pour en discuter avec nous...

Cet espace de dialogue, de réflexion et de débat d'idées est aussi le vôtre. Nos carnetiers sont là, non pour mettre de l'avant leurs opinions, mais pour lancer une discussion et vous permettre de vous exprimer sur les événements marquants qui surviennent ici ou ailleurs dans le monde. Nous lisons tous les commentaires reçus, mais nous modérons chacun des carnets pour ne retenir que les commentaires les plus pertinents selon les sujets abordés. Seules les interventions signées et faites dans le respect d'autrui sont retenues. Pour en savoir plus, lisez
la nétiquette.
Bonne réflexion!

Veuillez noter que les forums de discussion des Carnets sont ouverts pendant deux semaines.

Carnet René Mailhot

23 janvier 2007

Vive le Québec libre, version Ségolène


« Vive le Québec libre! », avait clamé haut et fort le général de Gaulle en 1967. Un ton un peu paternaliste, peut-être, mais personne n'avait mis en doute la sincérité du vieux général français. 
 
Par la suite, c'est plutôt la notion de « non-ingérence, non-indifférence » qui a été mise de l'avant par les dirigeants français avec certaines nuances, selon les époques. Le président Chirac avait l'habitude de dire que la France accompagnera le Québec où il décidera d'aller. 
 
Il a fallu la déclaration d'amour au Québec de l'aspirante à la présidence française Ségolène Royal, après sa rencontre avec le chef du Parti québécois, André Boisclair, pour retrouver une position française aussi explicite et branchée que celle du général de Gaulle: « les valeurs qui nous sont communes, c'est-à-dire la souveraineté et la liberté du Québec », a-t-elle affirmé.  
 
Pas une minute on ne s'est demandé si ces propos de la candidate Royal, pourtant reconnue pour des bourdes diplomatiques dues à son manque d'expérience de la politique internationale, n'avaient pas un peu débordé sa pensée. 
 
L'os était trop beau et trop gros, et la presse n'a pu s'empêcher de le lancer dans les minutes qui ont suivi dans l'arène politique canadienne. 
 
Les supporteurs d'André Boisclair ont vu dans cette déclaration surprenante de Ségolène Royal une preuve éclatante de confiance du leadership de leur nouveau chef. 
 
Bien entendu, les dirigeants fédéralistes Charest, Dion et Harper ont condamné sans équivoque cette ingérence dans les affaires intérieures du Canada. 
 
Pendant ce temps, à Paris, mardi matin, Ségolène Royal, comme on pouvait s'y attendre, mettait un peu d'eau dans son vin. Sans renier ses propos de la veille, elle a dit qu'ils avaient été mal interprétés. Sa déclaration, précise-t-elle, s'inscrivait comme celles de tous ces prédécesseurs dans le cadre de la notion de « non-ingérence, non-indifférence ». C'est aux Québécois de choisir leur avenir. 
 
Cette mise au point, bien entendu, n'a pas beaucoup retenu l'attention. 
 
Et le gros os continuera d'être rongé sur toutes les tribunes publiques canadiennes pendant quelques jours encore. 
 
C'est ce que l'on appelle une tempête dans un verre d'eau.

Vous avez des questions, des remarques ou voulez me suggérer des thèmes que je n'ai pas abordés?

Écrivez-moi à : carnets@radio-canada.ca
Fort de plus de 40 ans de métier, spécialisé dans l'actualité internationale, René Mailhot a séjourné, au fil des ans, dans plus d'une centaine de pays, plus particulièrement en Afrique, au Moyen-Orient et en Asie. Il a couvert, entre autres, le démantèlement de l'URSS et la chute du mur de Berlin, la fin de l'apartheid en Afrique du Sud, la guerre civile au Mozambique, les boat people vietnamiens en mer de Chine, la révolution islamique en Iran et le conflit israélo-palestinien. 
 
René Mailhot a effectué plusieurs stages d'études spécialisées aux États-Unis et en Europe. Il a été président de la Fédération professionnelle des journalistes du Québec, membre fondateur du Conseil de presse et directeur du magazine Le 30. Il a longtemps oeuvré à la télévision, notamment au Téléjournal, et aux émissions d'affaires publiques Le 60 et Télémag
 
Après avoir travaillé à l'émission Sans frontières, de même qu'à Indicatif présent, il est maintenant à l'émission Désautels. Il collabore également au Téléjournal, où il présente la chronique géopolitique Arrêt sur images, diffusée le dimanche soir. Il analysait les grands enjeux de la politique internationale dans son carnet sur Radio-Canada.ca depuis octobre 2006. Le samedi 28 avril 2007, René Mailhot nous a quittés.

25 janvier 2007

On n'en a rien à cirer des déclarations des Etats-Unis mais l'appui ou le rejet de la France à la souveraineté nous importe au plus haut point en tant que nation francophone alors que certains sont prêts à faire du Canada une nouvel état de l'Union et recherche non pas un appui mais une allégeance envers les États-Unis. Pathétique ! Allégeance envers un pays qui n'a plus aucune crédibilité, dont le président est un illuminé qui croit parler à Dieu, qui au nom de la sécurité met la planète à feu et à sang et envoie ses concitoyens à la mort. Rien de bien glorieux... Mais comme ces gens-là fonctionnent à la haine envers tout ce qui ne leur ressemble pas, ils ne se rendent pas compte du fait qu'ils comptent absolument pour rien dans la vision du monde de la droite-religieuse américaine... et leur aplatventrisme devant les États-Unsi de Bush n'y pourra rien... absolument rien!

Paul-Éric Lamarche, Sherbrooke

24 janvier 2007

Beaucoup de bruits pour pas grand chose, surtout venant d'un pays, mon pays, la France, et plus précisément des paroles d'une candidate à la plus haute fonction de l'Etat qui ne cherche qu'à se faire bien voir, auprès de ses concitoyens et sur la scène internationnale. 
 
Alors cela en fache certains et en réjouit d'autres mais au fond qu'est ce que cela change tout ça au vrai débat ? Absolument rien. 
 
Nuls autres que les Québécoises et les Québécois décideront de leur destin et de cela ni Dion, ni Harper, ni Ségolène n'y changeront rien. 
 
Quand à la position de la France, je crois qu'avec toute la ferveur dont a su faire preuve le général De Gaulle, il est inutile de la rapeller. 
 
Mais il ne s'agit pas ici de faire plaisir, même à une très ancienne mère patrie ou bien faire du tord au "Canada Uni" ou aux États Unis. Il s'agit de ce que vous, Québécoises et Québécois, souhaitez pour vous même. Et le Monde entier et pas seulement la France restera au coté du Québec quelque soit les choix qui seront faits.

Pierre Emmanuel Finck, Sherbrooke

24 janvier 2007

Les propos de madame Royal sont maladroits, tout comme sa campagne pour l'investiture à la présidence. Je pense que cette dame, qui est pourtant en politique depuis un moment, est une amatrice sur la scène politique et qu'elle devrait se consacrer d'avantage à des éléctions plus centralisées. Tout le monde sait au Parti socialiste, que le courant gauchiste est en manque de candidats et faire élir madame Royal, c'est élire le non charismatique Mr Hollande, son mari. Bref... Pour ses propos, je pense que c'est tout de meme une position courageuse de sa part, mais qu'une fois de plus, elle vient de commettre une erreur en le proclamant de la sorte. On ne peut pas etre aimé de tout le monde non ? Alors soyez juste honnete madame Royal et surtout faite attention, il y a des remous à ne pas provoquer avant des élections....

Philippe Cottaz, Montréal

24 janvier 2007

Bof! Ségolène, Bill, Charles et tous les autres dirigeants de ce monde peuvent bien dire ou professer ce qu'ils veulent sur le droit du Québec à l'autodéterminatiion, moi je m'en contrefous éperdument. C'est à nous, Québécois, de décider de notre destinée, un point ce n'est pas tout, puisque je continue : si nous décidions que le Québec était indépendant, j'en suis. Sinon, je continuerai à m'opposer jovialement et passivement à l'arrogance des anglophones où je vis, c'est-à-dire dans l'Outaouais québécois, arrogance qui s'affiche beaucoup moins qu'il ya 20 ans, il est vrai, mais qui persiste tout de même malgré son évanescence.

Cyr Lavoie, Gatienau

24 janvier 2007

Certes, Ségo n'est pas la diplomatie incarnée. Elle s'est enfargée dans les fleurs du tapis, so what!! Vous savez bien que ce problème est épidermique, surtout que la tension monte (déjà) pour 2008. Ségo est très bonne en politique intérieure et fait peur à Sarko donc tous les coups sont permis pour la discréditer, la campagne qui vient en France sera sanglante !! Deux « jeune» loups pour le même steak (plus une meute de roquets) avec tous les dominants au placard …N'ayez crainte, les français n'ont que faire d'autres colonies, leur attirance pour le Qc est réelle car c'est l'Amérique que nous comprenons (un peu). Car, outre le problème de la langue (dramatique en France), la partie anglo de l’Amérique du N est profondément différente (5 ans passées à Montréal me l’ont prouvé). 
PS : Les Corses/basques ne comportent qu'une minorité d'indépendantistes, les autres ont leurs racines et traditions mais se sentent français. A l'inverse, 49.5% (ou plus) de québécois ne se sentent pas Canadien, c'est incomparable.

François Michel, France

24 janvier 2007

Arrêtez, arrêtez! C'est terminé maintenant. Lorsque nos opposants(qui voyagent en France...) disent que le Québec a les moyens de faire l'indépendance (mais qu'il n'a pas intérêt?), on ne peut pas demander mieux. Mme Royal s'est exprimée, elle a le droit, comme tout bon citoyen.  
 
Ca fait notre affaire, bien sûr, d'avoir de bons appuis Outre-mer! Nous sommes souverainistes et nous ne voulons pas la "séparation", mais bien l'Indépendance. Ce qui veut dire gérer ses acquis! Le Canada restera à la même place, les États-Unis aussi...les échanges resteront les même coline de binne. Comme si l'épanouissement d'un peuple pouvait enlever des intérêts capitalistes....faites-moi rire! 
 
Le jour viendra où les Québecois de toutes les nationalités (SVP) comprendront...malheureusement, les anglophones d'Amérique du Nord tarderont... 
 
Ségolène, je sais que tu n'es pas mieux qu'une autre à la tête de la FRance, mais bon, en attendant, nous apprécions ta sincérité envers notre peuple! Bonne chance pour le reste...

Vincent Couture, Rimouski, QUÉBEC

24 janvier 2007

On a le choix entre une personnalité politique qui nous confirme dans notre droit de choisir souverainement la liberté (Ségolène); et la position canadienne officielle (M Dion et Harper) qui nous dit qu en cas de victoire du OUI le Québec sera partitionné sur des bases ethniques.Pour faire face à ce qui est rien d autre qu une position ethno fasciste du Canada, il est réconfortant d avoir des amis qui campent du coté de notre droit démcratique. Curieux comment la médiacratie fédéraliste relève systématiquement les pseudo gaffes des souverainistes et qu elle ne relève jamais l abobinnable position ethno fasciste du Canada. Au nom de la probité intellectuelle saans doute. Provincialisme quand tu nous tiens.

jclaude pomerleau, montréal

24 janvier 2007

Après avoir fait l'accolade à la Chine, elle fait ami-ami avec le Hezbollah au Liban. Malheureusement Fidel étant malade, elle ne peut aller lui faire la bise, Staline est décédé, Saddam vient d'être pendu et Kim Jong-il est trop occupé avec sa bombe alors pourquoi ne pas faire un petit plaisir aux péquistes tant qu'à y être. On est en bonne compagnie.

Gilles Laplante, Québec

24 janvier 2007

Ségolène devrait s'occuper de son image en france et André Boisclair lui de la sienne au Québec car il est pas tres fort fort , il n'en manque pas une pour trébucher

Yvan Dupuis, St-Hyacinthe

24 janvier 2007

Ségolène Royale défend l'indépendance du Québec, réaction du président du parti indépendantiste breton Adsav ! 
 
 
Lettre ouverte de M. Padrig Montauzier à Mme Segolene Royal 
 
Madame, 
 
En assurant le dirigeant du Parti Québécois, Monsieur André Boisclair, de votre soutien sur le sujet de la "Souveraineté du Québec" vous avez fait preuve d'une certaine audace. Allant encore plus loin que Charles de Gaulle, vous affirmez donc par ces propos le droit à l'indépendance d'une nation charnelle, quand bien même celle-ci n'aurait pas de passé étatique. ADSAV! , le parti du peuple Breton, qui lutte pour une Europe des patries charnelles prend acte de cette position et s'en félicite. 
 
Vos déclarations nous conduisent logiquement à vous demander: et l'indépendance de la Bretagne? Qu'en pensez-vous? 

Strollad Pobl Vreizh Adsav, Breizh

24 janvier 2007

Je rectifie les propos qu'on attribue à Bill Clinton. 
 
Bill à dit: "c'est une question intérieure au Canada et il appartient aux Canadiens de décider, mais les États-Unis ont toujours eu d'excellentes relations avec un Canada uni et souhaitent que cela continue." 
 
Bref, c'était le slogan habituelle: ni ingérence, ni indifférence.

David Gagnon, Montréal

24 janvier 2007

La déclaration de Ségolène Royal ou Cruella comme la surnomme la droite française, est typique de la gauche française qui pense que la France est encore ce grand empire républicain qui est le modèle de la planète entière. En clair elle est trés chauvin et arrogante, n'ayez crainte elle ne gagnera pas car les p'tits gars de la droite française vont lui donner une leçon de politique dans les mois qui viennent (d'ailleurs y parait que nous ls français on est fort pour donner des leçons...lol). Je ne vais pas vous demandez pardon car cette dame ne représente pas la France je vais juste vous dire que nous à droite on vous laissera à vos affaire, c'est promis ;-) Bonne Année et salut à toi Nouvelle-F...euh...Québec allez soyez relax ;-)  
PS la France n'est pas plongé complétement dans la m...de comme peuvent vous le faire croire les médias

Max S, Alsace, France

24 janvier 2007

Je pense que les journalistes, surtout canadiens ne disent pas toujours la vérité. Il y a quelques années, le Président CLINTON (USA) a déclaré qu'il était contre l,indépendance du Québec et POUR le Canada UNI. Personne n'a critiqué son droit d'oipinion parce que ceci arrangeait les fédéralistes. Et pourtant, le poids des USA est beaucoup plus grand et plus nuisible que les Francos qui habitent à des milliers de kilomètres. Stéphane DION n'a jamais dit que cette question concernait les Canadiens et les Québecois. En revanche, il avait applaudi MAINS et PIEDS. 
CHAREST se précipite pour tourner en dérision la future Présidente. Sa seule raison parce qu'elle a refusé son invitation. 
NOUS ATTENDONS LE RAPPORT DU DGE SUR LE REFERENDUM DE 1995. Je sais CHAREST fera le PONCE PILATE comme PAUL MARTIN, et pourtant il était à l'avant scène et a été récompensé par la chaise musicale qui l'a amené à Québec sans opposition. 
 
Djeni Gikhau, Montréal

Djeni Gikhau, Montréal (CANADA)

24 janvier 2007

Les déclarations de Ségolène Royal n`ont rien avec le droit de s`ingérer ou de pas s`ingérer car elles ne reflètent nullement la position française sur les ambitions d`André Boisclair. Par conséquent, ces propos devraient tout simplement être ignorés et mis à la poubelle. Madame Royal a donné son opinion personnelle en tant que leader politique inexpérimentée et non comme chef d`État. L'ingérence n'est pas un concept juridique défini. Au sens commun, il signifie intervenir, sans y être invité, dans des affaires qui relèvent essentiellement de la compétence nationale d'un État. Mais, ce droit est reconnu à un État et pas à un individu, encore moins à un parti politique. Il en est de même du devoir de s`ingérer qui est une obligation morale faite à un État de fournir son assistance en cas d'urgence humanitaire. Je pense que le droit d`ingérence et le devoir d'ingérence n'ont pas de place dans cette affaire. 
 

Jean-Pierre Muleba, Victoria, Colombie Britannique

24 janvier 2007

Cet évènement me fait réaliser à quel point j'ai plus en commun avec la France qu'avec mes "compatriotes" canadians! Il suffit de constater le nombre d'étudiants étrangers français dans les universités du Québec pour s'en apercevoir! Si les Américains peuvent donner leur opinion sur l'indépendance du Québec, je ne vois pas pourquoi la France, qui a de fortes connections culturelles et historiques avec le Québec, ne le pourrait pas! Merci Madame Royal!

David Jacques, Sherbrooke

24 janvier 2007

Je ne sais pas si un relent de Doctrine Monroe subsiste encore de nos jours. Que toute intervention européenne en sol nord-américain est mal vu de nos voisins du sud. Je crois que oui. La politique américaine à l'égard de ses 'amis' frontaliers est de maintenir la stabilité de ces pays. Les 'States' ne veulent pas de problèmes près de leur frontière. Une ingérence de la France dans les affaires internes d'un pays d'Amérique du Nord ne peut qu'offusquer notre géant voisin. Peut-être est-ce la raison pourquoi la France avait une position neutre jusqu'à ce jour et démontre que Ségolène n'est pas au courant des réelles forces politiques qui se jouent ici. Avec un Canada anglais qui fait des jeux de guerre impliquant l'indépendance du Québec et les États-Unis désirant la stabilité pour le Canada afin de maintenir une Amérique du Nord paisible, je vois mal comment on pourra réaliser cette supposée indépendance pacifique sans gouttes de sang.

Luc Marchand, Montréal

24 janvier 2007

Dans l'optique où un Québec souverain doit nécessairement trouver des appuis internationaux pour reconnaître sa légitimité le lendemain d'une victoire, et que des voix puissantes s'expriment régulièrement pour appuyer le maintien du Québec dans la fédération, cette déclaration est un important contrepoids.

Me Dr Prof PhD Martin Angers, Québec

24 janvier 2007

La France qui a eu son empire colonial, dont on peut constater les résultats... Cherchera toujours des nouvelles conquêtes (économico-politiques et territoriales) au lieu de s'occuper de l'indigénisation de ses banlieux ou règne l'intifada. Son territoire est tellement petit pour le nombre d'habitants, qu'elle rêve de grand espace à protéger surtout quand cet espace parle français, cette déclaration reflète l'esprit français sur lequel la Royal a trébuché, ne parlons pas de la déclaration de Chirac que la France à des racines islamiques et qu'elle est une puissance musulmane! Ne nous leurrons pas. Occupons-nous plutôt de ce qui ce passe chez nous (interdiction de la musique à l'école pour respecter le coran, comme l'on fait les Talibans : musique et cerfs volants...) et proclamons notre indépendance de la France moribonde, en premier.

nabila jaloul, montréal

24 janvier 2007

Bonjours M.Mailhot. Le Québec est une nation non-officielle dans un Canada-uni. Soit belle et tais-toi province sur ta chaise en osier à l'Unesco et dit merci. Ségolène royal, ferme-la toi aussi si tu veux que mon oncle Harper t'invite en 2008 au 400ième anniversaire de la fondation du Canada à Québec.

Mario Goyette, Charny.Qc.

24 janvier 2007

de décider pour quel cheval elle veut miser entre le Québec et le Canada. Ce n'est pas une nouvelle en soi de connaître la position favorable de la part du vieux pays. La France a fait son choix et les États-Unis aussi. Ils ont tous les deux des favoris mais la démarche de ses deux puissances ne va pas plus loin. 
 
Heureuseument, car seul le Québec décidera de son avenir. Ni Harper, ni Royal, ni Bush, ni Dion, ne peut le nier. Ce débat est québécois, fait par les québécois et pour les québécois, peu importe les origines. 
 
Le vent médiatique a fait véritablement renverser le verre d'eau.

steve McDonald, Chambly

24 janvier 2007

Les francais et tous autres non nationaux nord americains n'ont rien a dire ni meme le droit de penser a ce qui se passe ici.Le seul pays qui a son mot a dire c'est les Etats Unis car economiquement ce sont les maitres du continent.Et la doctrine Monroe est toujours d'actualite

philippe santini, montrel

24 janvier 2007

Une tempête dans un verre d'eau , comme vous dites. 
 
Visiblement amusé au départ par cette question piège (qu'elle devait attendre d'ailleur) , mme royal à voulu faire plaisir au monsieur mais s'est un peu emporté en pensant peut-être avoir été un peu cheap dans sa réponse. 
 
ensuite la tempête ben, c'est bon pour les médias et autres politiciens ... 
 
on parle pour rien , on vend du papier,du temps d'antenne et on perd notre temps. 
 

Yves Desrosiers, Montreal

24 janvier 2007

Les zinzins (Harper et Dion) d'Ottawa ont tout de suite pensé que Ségolène Royal avait donné son appui à la souveraineté du Québec et ils sont montés dans les rideaux. Mais c'est qu'ils n'ont même pas pris la peine de prendre connaissance de ce qu'elle avait dit. C'est de la souveraineté des peuples qu'elle a parlé pas de la souveraineté des Etats. Je sais très bien que la France est face à bien d'autres problèmes mais j'apprécie quand même que Mme Royal ait donné son appui à notre cause à nous souverainistes québécois. Merci madame.

Jean Lapointe, Montréal

24 janvier 2007

Passion, passion, passion... quand tu nous tiens! 
 
Comme souvent, la loupe médiatique est devenue hors de contrôle. 
Le débat s'enflamme.  
Je trouve bien triste, que les intentions débordent, à ce point, de ces vulgaires propos. 
Mme Royal n'a fait que répondre à une toute petite question piège. 
Comme un croc-en-jambe dans un corridor. 
Et V'lan, la voilà par terre. 
 
Maintenant, c'est à qui lui donnera le meilleur coup de pied dans les côtes. 
Non, mais, c'est de la démesure. S.V.P., remettez la déclaration de Mme Royal en place. 
On accuse les politiciens d'avoir une langue de bois et lorsqu'ils osent dirent un semblant d'opinion, on en fait tout un plat. 
Il y a pourtant des gestes, des actes, bien plus graves que ces quelques mots dits à la volée. 
Je n'ai pas de félicitations à faire à Luc Chartrand. 
C'est du niaisage médiatique et le monde embarque à pieds joints! 
Non, mais! 

Serge Charbonneau, Québec

24 janvier 2007

Je commence à trouver que étant moi-même séparatiste (a signaler) que la France devient agaçante, ne vous i trompes pas amis de mon camp, ce n'est pas innocent ces tout simplement que la France reste avec un caractère colonialiste, chez nous vous le savez ils ce pense chez eux, et il critique tout. Donc soyers vigilant sur les interprétations que vous en faite, ils voudraient que le Québec soit Français, nous ne serions toujours pas libre. Et si un de nos politicien allait en France et disait vive l Corse ou la Bretagne libre! 
 
L'ingérence de qui que ce soit n'a rien à faire chez nous! 
 
 
Alain 

Alain DENARIER, Alma

24 janvier 2007

Amis Quebecois ou Canadiens, suivant vos gouts, ne paniquez pas, segolene est tout simplement notre georges Bush à nous !! elle ne fait que des gaffes; Au Liban, elle salue le hezbollah, en israel, elle défend le mur construit entre la paslestine et israel, en palestine, elle condanne le mur .. un vrai caméléon. elle aurait été à Ottawa elle aurait proclamé l'unité du Canada. Mais soyez sympa, ce n'est pas de sa faute, elle est comme cela, le seul probleme est que sa démagogie attire une parite des francais.. ne soyez pas offense, d'ailleurs si vous voulez, segolene, on vous la donne, apres tout, vous avez déjà accueilli A Jupé... et en cadeau, on vous offre son compagnon...mais faut dire que le journaliste quebécois lui a bien tendu la perche et elle est tombée dans le piège !! c'est son coté simplettte.. 
 
sans rancune,et promis pendanti 30 ans, on vous laisse tranquille avec votre politique intérieure. on va s'occuper de nos problémes et on a pas mal à faire... 
 
Sophie 
 

sophie perache, france

24 janvier 2007

Mme Royale devrait d'abord reconnaitre le droit des Corses, des Bretons et des Alsaciens de devenir souverains...sinon c'est une hypocrite de première classe! Ces gens n'ont aucun droit de faire des référendum pour déterminer leur avenir, alors qu'au Canada on le peu en autant que l'on a une majorité significative...

andré michaud, québec

24 janvier 2007

Je trouve risibles les réactions de MM. Harper, Charest et cie... 
Imaginez que Mme Royal aurait dit: vive un Canada uni! Ils auraient alors tous louangé son bon jugement et ne l'auraient surtout pas accusée de se mêler de ce qui ne la regarde pas... 
Curieux n'est-ce-pas....

Bertrand Leger, St-Gabriel de Brandon

24 janvier 2007

Quelqu'un qui aurait des sympathies souverainistes passe pour un extra-terrestre. Comme si c'était anormal ou illégitime. Par contre, lorsque Bill Clinton vient nous dire qu'il préfèrerait que le Canada reste tel quel à la veille d'un référendum sur la souveraineté, on ne s'énerve pas, ça passe comme du beurre dans la poêle! Bravo! Deux poids, deux mesures!

Simon ROBERT, Laval, Qc

24 janvier 2007

Les Français passent leur temps à dire que les Américains ne se mêlent pas de leur affaire; ils ne valent pas mieux. Le Québec ne se mêle pas des affaires internes de la France concernant la Corse et bien, je les invite à fermer leur grande gueule et à Boisclair à essayer de convaincre les Québécois et non pas les Français pour l'indépendance. Boisclair est sûrement à court de ressource.

Gabriel Marsolais, Joliette

24 janvier 2007

ce ton francais me donne la nausée, 
les quelques arpents de neige ne meritent donc pas le respect du à tous les autres, 
à deux reprises la question a été posée, 
à deux reprises le peuple souverrain s'est prononcé, 
que je sache si la question de l'indepoendance algerienne avait été repoussée à deux reprises, le debat serait clos depuis bien longtemps, 
don cassez des lecons de france, 
assez !!

patrick tremblay, chicoutimi

24 janvier 2007

Le general de Gaulles fit le même commentaire. Ce qui est surprenant, c'est que l'UMP parti descendant du Général a fustigé Ségolène. De plus arrêtons de comparer le Québec à la Corse. La Corse est une "pièce rapportée" alors que le Québec est une nation fondatrice. Ah ces français. Continuez à cultiver votre culte de la contradiction légendaire.

daniel gelabert, france

24 janvier 2007

Jean Chrétien était connu pour ses déclarations impromptues parfois irréfléchies, ses faux-pas verbaux. Faut-il voir en Ségolène Royal son futur pendant en France ? Si jamais elle est élue... 
 
Ainsi, peut-être devrait-elle aussi promettre la l'indépendance à la Corse ? Corse qui fût pourtant tout aussi prompte que le Québec à exprimer son souhait de rester unie à son pays, malgré les hauts cris d'une minorité séparatiste. 
 
Le parallèle est intéressant et Madame Royal aurait pu le considérer avant de faire de telles déclarations au pied-levé, et se dédire ensuite... 

Robert Morrin, Allemagne

24 janvier 2007

Madame Ségolène Royal me fait penser à Monsieur Gerald Ford: Elle rate les marches!

marlyse besson, geneve-suisse

24 janvier 2007

Je comprends tout à fait la polémique engendrée par cette déclaration, tout comme, malgré tout l'importance limitée qu'on doit lui accorder. A mon sens, Mme Royal a encore essayer, dans son élan opportuniste, de se faire entendre sur des sujets autres que franco-français.  
 
Alors, pour un Français amoureux du Québec comme moi, qui y a vécu et qui y retournera avec plaisir, je dis à mes amis Canadiens de tous bords de ne pas preter trop d'attention, surtout de la part d'une politicienne d'un pays qui ferait mieux de prendre plus de conseils que d'en donner. Vous Québécois êtes bien assez sages pour prendre vos distances par rapport à tous celà et vos choix et débats démocratiques sont sans doutes plus sains et sereins que notre campagne présidentielle. 
 
Si encore elle était venue chez vous et que ça déclaration avait eu le panache de celle de De Gaulle... Mais ce n'est qu'une coquille vide!  
 
J'aurai autant préféré une intervention de Mr Boisclair dans nos débats, pour une fois, ça nous aurais changé!

Rodolphe THIEBAUT, Cairo, Egypt

24 janvier 2007

On n'en a rien à cirer des déclarations de Ségo. Les séparatistes sont tout excités de penser qu'ils auront un appui massif de la France advenant une séparation du Québec. 
Appui d'un pays en chute vertigineuse vers son déclin, rien de bien glorieux ici. Le seul appui que le Québec aurait besoin, serait celui des États-Unis... son voisin et premier partenaire commercial. Mais comme les séparatistes haïssent passionément les USA, ils ne risquent pas de l'avoir... et la pauvre Ségo n'y pourra rien... absolument rien!

Monique Desautels, Montréal

23 janvier 2007

Monsieur Paschen, 
 
Confédération renouvelée, ça fait 40 ans que l'on ne demande que ça avec les multiples "commissions" et c'est toujours rejeté du ROC (rest of canada). Étudiez l'histoire du Québec, vous m'en donnerez des nouvelles. Vive Ségolène !!!!!

Jean-Francois **Lacoste, St-Hubert

23 janvier 2007

La tête bien enfoncée dans le sable bitumineux, j'ai cru apercevoir Ségolène Royal. 
À ses côtés, un professeur, monté sur sa grande chaire. 
 
Pas facile de respirer dans ces sables. Il y a plus de saletés payantes que d'oxygène. 
Ma vue était tout obstruée, mais le prof de m'éclairer: 
"Ségolène a 6 questions. Si elle répond, elle nous dira pourquoi le Québec est le seul à se préoccuper de l'air pur. Elle nous dira aussi pourquoi les Québécois sont des maudits chialeux. Pourquoi le Canada a la bosse du profit et probablement aussi pourquoi ces Rocheuses, si hautes, si belles ont-elles perdu de leurs attraits depuis que les Albertains s'intéressent à leurs sables mouvants!" 
 
C'est dire, han! 
Une toute petite réflexion de Ségolène et on se retrouve tout enlisé. 
 
On se croyait en pleine tempête au milieu de l'eau d'un verre, on était, en fait, les deux pieds bien pris et étions tout aspirés dans les sables bitumineux! 

Serge Charbonneau, Québec

23 janvier 2007

Vous avez raison : Ségolène a été prise de court. Que l'on s'enlève donc cette idée de la tête : elle n'est pas pour la souveraineté du Québec. En fait, elle n'en sait absolument rien. Cet épisode a surtout révélé qu'elle était une coquille vide. 
 
Sa popularité tient sur son image, non sur ses idées. Elle a gagné l'investiture au PS pour ce qu'elle représente. Les militants du PS en avaient ras-le-bol de Fabius, Jospin et DSK, ils ont décidé de voter pour un certain renouveau. Qui de mieux placé qu'une femme pour incarner un renouveau? 
 
André Boisclair peut remercier Luc Chartrand. Sans lui, personne aurait parlé de sa visite à Paris (dont l'objectif est de lui donner la stature d'un homme d'État...). Il a encore fort à faire, le petit André... 
 
Le vide de Ségolène Royal m'inquiète. Avec la popularité à droite de Sarko et un FN qui stabilise ses appuis à 15%, la France pourrait revivre un deuxième 21 avril 2002. 
 
Cette perspective serait encore plus grave pour la France que pour la gauche.

Vincent Rochette, Québec

23 janvier 2007

Monsieur Harpeur et les fédéralistes font des poussées d'urticaires parce que Madame Royal à des opignions sur la souveraineté du Québec. Mais Monsieur Harper lui Ont voit bien Qu'il n'en as aucunes, Il ne fait que s'incliner devent ces maitre. Ce qui fait de nous Canadien une colonie Américano-Britanico-Israélienne.

Pierre-A Marquis, Longueuil

23 janvier 2007

Qu'est-ce que je retiens de toute cette histoire, c'est que la France, notre soeur, sera toujours aux côtés du Québec, peu importe le chemin qu'il empruntera. 
 
Cela donne par ailleurs des appuis aux péquistes, qui souhaitent une déclaration unilatérale d'indépendance au lendemain d'un référendum victorieux, afin de contourner la Loi sur la clarté référendaire. Cette déclaration unilatérale n'aurait pas de sens s'il n'y avait personne pour l'entendre... 
 
Espérons seulement que, si indépendance il y a, ce sera pour l'État-nation, protecteur de la langue et de la culture québécoises, et non pas pour l'argent, le développement durable, comme le souhaitent les Trois Mousquetaires, ou toute autre raison, quoique noble, qui ne justifient aucunement de donner un peuple d'un État libre.

Maxime Schinck, Sherbrooke

23 janvier 2007

le quebec,est une nation,decreter,par, m,harper,le premier canadien, c est normal,la declaration,de mme royal ,que si le quebec devient independant par vote positif,que le pays ,la france appuira la decision du quebec et sera le premier pays a reconnaitre ce faits historique.

jean poirier, st jerome

23 janvier 2007

Permettez-moi d'être en désaccord avec votre analyse. Une déclaration improvisée de la sorte serait effectivement une tempête dans un verre d'eau si et seulement si les souverainistes ne l'utiliserait pas pour donner de la crédibilité à leur option. Toutefois, à la lumière des commentaires sur ce site et des réactions à la Louise Beaudoin, les souverainistes se sont empressés d'y voir une sympathie à leur cause de l'État Français. 
 
De plus, Ségolène Royal est candidate à l'élection présidentielle donc, elle a une chance de représenter les opinions de la France après l'élection. À cet égard, je trouve judicieux la réaction des fédéralistes qui ne sont pas moins nationalistes que les souverainistes veulent le faire croire !!!

François Renaud, Anjou

23 janvier 2007

M.Mailhot, bonsoir. Malmené de toute part par la presse médiatique, il faut admettre que qu'André Boisclair a fait mouche en France avec le soutien a sa cause de Ségolène Royal. Steven Harper en colère s'est commis avec cette perle "Nous allons célébrer le 400ème anniversaire de la fondation du Canada à Québec". Nicolas Sarcozy, bien sûr se campera derrière l'unité canadienne, coast to coast, au grand bonheur de Stéphane Dion, mais ce long creux dépressionnaire de droite est-il gage de succès autant qu'on voudrait le laissez croire! Seul Jean Charest semble avoir pris ses distances sur l'échiquier obscure où l'avenir semble incertain, comme la consommation du pain en baguette pour les fêtes du 400ième .

Mario Goyette, Charny.Qc.

23 janvier 2007

Le capitaine du PQ devait jubiler en voyant la reprise du but qu'a compter Ségo pour son équipe au moyen d'un tir franc. Cette victoire à l'étranger vient à point pour l'équipe qui tente de rebâtir sa confiance à la veille des séries éliminatoires. De plus, ce gain pourrait relancer le nouveau capitaine qui a commis plusieurs bévues en zone défensive depuis le début de la campagne. 
 
 
 

Martin St-Pierre, Sherbrooke

23 janvier 2007

Déclaration de Madame Ségolène Royal, 
 
Alerte au meurtre des droites Françaises et Canadiennes. 
Alerte des politiciens fédéralistes. 
Alerte de la part des Canadiens hors Quebec. 
Il faut en rire et se souvenir que le Général De Gaulle etait un homme de droite et lui aussi etait pour un Quebec Souverain....alors calmez vous,et admettez qu'elle aura eu l'intelligence et la rapidité cette fois ci d'être la première à en parler,voilà la vérité..... 
 

Rejean Desdouets, Montreal

23 janvier 2007

Bonjour! 
Bien que n'étant pas expert en politique, je crois que madame Royale n'avait que peu de bonnes retombées à attendre de tels propos. Car à moins de s'y voir contraint, on ne devrait pas se mêler de politique étrangère, a fortiori si on a encore tout à prouver et tout à perdre. De plus, je me pose de sérieuses questions quant à l'entourage de l'aspirante présidente.

roberge eric, gatineau

23 janvier 2007

c'est effectivement une tempête dans un verre d'eau. Votre analyse est une des plus justes aujourd'hui. Et on remarque aussi que dans les reportages et chroniques, à Radio-Canada ou ailleurs, les journalistes ont inversé les mots liberté et souveraineté dans les propos de Mme Royal. Avec cette déformation (volontaire?) elle aurait parlé "des principes de liberté et de souveraineté du Québec" alors qu'elle a bien dit "principes de souveraineté et de liberté du Québec". C'est un détail mais quand le mot souveraineté et Québec sont si bien collés c'est plus fort ! ça marque les esprits ! 
Tendance à couper, monter, sortir du contexte pour faire la nouvelle, pour la fabriquer... Ce n'est pas du journalisme ! On provoque les Québécois sur leur identité avec ces fausses nouvelles. Les Québécois sont-ils racistes, déconnectés, paresseux... ? Voilà à quoi ressemblent les unes des journaux depuis quelques temps ! 
Un peu plus de responsabilisation messieurs les journalistes ! c'est bon pour la démocratie ! 

Charles Fradin, Ottawa

23 janvier 2007

Ça me fait rire de voir notre Premier Ministre dire a une politicienne française de se mêler de ses affaires alors qu'il envoi des milliers de soldats se mêler des affaires des Afghans. 
Depuis quand est-il interdit d'avoir une opinion sur ce qui se passe dans d'autres pays ? Nous le faisons tous les jours pour les États-Unis, Israel, le Liban, Cuba etc.... 
Les propos de M.Harper reflète bien ça façon de penser. En fait il est le seul a penser ou a en avoir le droit.

Chevalier Martin, Laval

23 janvier 2007

Ce "scandale" n'intéresse personne sauf les journalistes qui cherchent une histoire facile à exploiter.

Pierre Brasseur, Vaudreuil

23 janvier 2007

Il me semble tout à fait normal que les fédéralistes montent aux barricades quand leur fédération est menacée. Surtout ceux d'Ottawa qui ont beaucoup plus à gagner parce qu'au Canada la proportion de fédés est beaucoup plus grande qu'au Québec seulement. Mais que nous souvenons-nous les plus du Général? Sa phrase célèbre ou ses excuses du lendemain? Merci à toutes les Ségolène de ce monde qui osent prononcer ces mots qui restent gravés dans nos mémoires, qui traversent le temps et qui ne perdent rien de leur sens même s'il sont nuancés dès le lendemain. Vive le Québec libre!

Joyal J-F, Sainte-Therese

23 janvier 2007

Quel controverse y'at'il? 
D'apres tout, à chaque fois qu'un chef d'état ou politicien québécois va en France, une certaine presse n'en finit plus de chercher à soutirer des confidences ou actes de foi pro Canada de la part de la France.  
Cette fois c'est l'arroseur arrosé et comme dirait la chanson de Gilles Vigneault, le recomptage ve durer longtemps, longtemps! 

latour jean-pierre, ottawa

23 janvier 2007

Elle n'a fait aucune bourde dans ses déplacements à l'étranger (sauf celle de la justice chinoise), 
 
son voyage au Moyen-Orient a été d'une réussite implacable, elle n'a pas démérité en Chine, et encore mons au Sénégal, 
 
partout, elle a été accueillie par les honneurs 
 
ces soi-disantes bourdes ne sont que des polémiques politiciennes franco-françaises, malheuresuement reprise par la presse et les médias, qui y trouvent l'occasion de faire monter la sauce, pour faire des gros titre, vendre ou faire de l'audimat 
 
ses propos sur le Québec ont été recueuillis entre deux couloirs, sans sollenité, et ont été très largement exploités et caricaturés, je viens de les réentendre et de les voir à l'instance, elle n'a nullement fait ingérence ! 
 
je n'ai toujours pas compris la ,tournure médiatique qu'ont pris ces propos !

Nicolas H., Paris

23 janvier 2007

Et j'ajouterais, surtout lorsqu'une personnalité française manifeste publiquement de la sympathie pour le Québec et/ou la cause souverainiste, il n'en faut pas beaucoup pour (ré)activer les éléments les plus francophobes du Canada anglais... Depuis De Gaulle, la France y a toujours paru suspecte. Ce qui m'encourage à me dire que j'ai beaucoup plus en commun avec des Français au fait de la question québécoise qu'avec de soi-disant concitoyens canadiens anglais qui n'ont toujours rien compris aux aspirations du Québec et qui se croient si convaincus de ce qui est bon pour nous. Il y a des positions qui resteront dogmatiques à jamais.  
 
 

Philippe Doyon, Outaouais

23 janvier 2007

Tempête dans un verre d'eau. 
C'est bien vrai. On ne peut trouver meilleur exemple. 
 
Et, de voir les médias sauter sur ce bel os! 
Quel spectacle. Médias et politiciens s'en donnent à coeur joie. 
 
Vite, Ségolène au bûché! 
 
Elle s'ingère dans notre linge sale. 
Le ridicule ne tue pas. Malheureusement! car il y aurait plus de retenue. 
 
Dire que lorsqu'un bombardier lâche des bombes par millier sur un pays, il y a moins de hauts cris! 
C'est tout de même incroyable! 
Dire que lorsqu'un autre pays dicte qui doivent être les employés fabriquant leurs produits, il n'y a pas grand soubresauts! 
Dire que l'on accepte facilement qu'un autre pays décide qui peut avoir un compte de banque en dollars US!  
Et tant d'autres choses que la presse et les politiciens laissent passer sans nous alarmer! 
 
La Royal fait de l'ingérence politique. Oh! le bel os! 
Et la liberté d'expression et d'opinions, qu'en fait-on? 

Serge Charbonneau, Québec

23 janvier 2007

Je fut un peut surpris par Segolene Royal, est ce un faut pas Politique mal reflechi ou une provocation avec un but en tete? La France a toujour a faire avec ses minauritee Basques, Bretones, Alsasienes, Corses et Normandes qui ont tous des mouvement et des anbitions indepandatrice qui semble se manifeste a des intervals regulier et pourtant la France ne veut pas en entendre parler! Un Quebec indepandant n'est pas vraiment dans l'intere de la France a moin que Mme Royal veuille en faire un nouveau departement de la France Autre Mer comme la Reunion qui a elle aussi des aspirant en faveur de l'indepandance vis a vis de la France! De Plus est ce que l'indepandance serrais vraiment dans l'intere du Quebec? Un Federalisme reformer ne seraice pas une meilleur alternative pour tout les Canadien? Meme le Quebec!! Vive la Politique! Et le manque de vission a long terme!

Uwe Paschen, Zurich, Ontario, Canada

2008

  • janvier

2007

2006