La Nouvelle-Zélande récupère la tête d'un guerrier maori à Montréal

Des représentants du peuple maori au Musée des beaux-arts de Montréal Des représentants du peuple maori au Musée des beaux-arts de Montréal  Photo :  PC/Graham Hughes

Une tête momifiée d'un guerrier maori, qui serait la seule encore existante détenue par un musée canadien, retrouvera ses origines.

Les restes du guerrier à la peau tatouée ont été remis à une délégation de Nouvelle-Zélande, mercredi, lors d'une cérémonie traditionnelle au Musée des beaux-arts de Montréal.

La délégation a affirmé que le pays s'efforçait depuis 25 ans de rapatrier les restes de Maoris se trouvant un peu partout dans le monde pour un enterrement approprié. Elle a soutenu que 320 restes humains des 500 répertoriés étaient toujours parsemés dans des établissements de 14 pays.

Les représentants ont affirmé que leur mission au Canada se concluait. La cérémonie de mercredi a permis de rapatrier la cinquième et dernière tête maorie provenant d'un musée au pays.

Le Toi Moko, le nom donné aux restes momifiés de l'origine maorie, remonte au 19e siècle, et a été présenté brièvement au Musée des beaux-arts de Montréal entre 1982 et 1984. Depuis ce temps, la tête maorie était entreposée et, l'an dernier, le conseil de l'institution montréalaise avait voté à l'unanimité pour retourner les restes à la Nouvelle-Zélande.