La famille royale poursuit le magazine Closer

Radio-Canada avec Agence France-Presse, Associated Press et BBC
Le magazine Closer Le magazine Closer  Photo :  AFP/KENZO TRIBOUILLARD

La famille royale a déposé une procédure judiciaire d'urgence contre le magazine français Closer pour « atteinte à la vie privée ». Kate Middleton et son époux William souhaitent faire retirer des étalages le magazine français qui a publié vendredi des photos la montrant les seins nus.

La procédure a été déposée devant le tribunal de Nanterre, près de Paris.

Actuellement en déplacement en Asie et dans le Pacifique Sud, le couple princier s'est dit « en colère et atterré » d'apprendre que leur vie privée a été envahie « de façon grotesque et totalement injustifiable », a déclaré un porte-parole du prince.

Les clichés auraient été pris par téléobjectif lors de vacances du couple en Provence, sur la terrasse d'une maison d'hôte dans le Lubéron. Le couple « n'aurait pas pu choisir un endroit plus isolé », avance une source officielle, qui confirme que les photos sont authentiques.

Le palais de Buckingham estime de son côté qu'une « ligne rouge a été franchie ».

La directrice de la rédaction de Closer, Laurence Pieau, estime de son côté que « ces photos n'ont rien de choquant, elles montrent une jeune femme bronzant seins nus, comme on en voit des millions sur les plages ».

Une loi peu musclée

« La loi française protège la vie privée de façon quasi absolue », explique le spécialiste du droit de la presse, l'avocat Richard Malka. « Elle est l'une des plus protectrices en matière de vie privée et de droit à l'image. Toute photo d'une personne dans un cadre privé ne peut être publiée qu'avec son accord et la condamnation est quasi automatique », précise-t-il.

En dépit de la sévérité de la loi sur la vie privée, les conséquences demeurent plutôt minces. Techniquement, le code pénal prévoit un an de prison et une amende de 45 000 euros (57 000 $). Mais, « le montant des dommages et intérêts octroyé est généralement assez faible et les publications prévoient ces montants dans leurs coûts de structures », explique l'avocate Isabelle Wekstein.

Cette affaire relance le débat sur la vie privée de la famille royale et la liberté de la presse moins d'un mois après que le site TMZ et le tabloïd The Sun aient diffusé des photos du prince Harry nu lors d'une fête à Las Vegas, au Nevada.

La princesse Diana, mère de William, avait été traquée par les paparazzis jusqu'à sa mort tragique dans un accident de voiture en 1997.