Moins de viande, moins de gaz à effet de serre

Des hamburgers

Les gens provenant des pays riches devraient limiter leur consommation de viande à l'équivalent d'un hamburger par jour par personne pour diminuer leur impact sur les changements climatiques. C'est ce que suggère une étude de la revue médicale britannique The Lancet.

Réduire sa consommation de viande permettrait de freiner les changements climatiques.

Une diminution de 10 % de la consommation mondiale de viande d'ici 2050 permettrait de limiter les émissions de gaz à effet de serre, mais aussi d'améliorer la santé des gens.

La consommation mondiale moyenne de viande s'élève actuellement à 100 grammes par personne, par jour, avec des disparités considérables selon le niveau de développement des pays. Les auteurs de l'étude affirment que les habitants des pays les plus riches consomment de 200 à 250 grammes de viande quotidiennement. Dans les pays les plus pauvres, la quantité n'est que de 20 à 25 grammes par jour.

Pour la population des pays développés, l'ajustement proposé par l'étude signifie réduire de moitié sa consommation quotidienne.

« Actuellement, 22 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre proviennent de l'agriculture, une proportion similaire à celle du secteur industriel, mais supérieure à celle liée aux transports » affirme Anthony McMichael, du Centre national d'épidémiologie et de la santé des populations de l'Université de Canberra, qui a dirigé l'équipe de chercheurs

« Si l'on considère que la population mondiale va augmenter de 40 % d'ici 2050 et si aucune réduction des émissions de gaz à effet de serre liées au bétail n'est envisagée, la consommation de viande devra baisser à 90 grammes par jour et par personne pour stabiliser les émissions de ce secteur », expliquent les chercheurs.

Des ruminants polluants

Le bétail, notamment son transport et sa nourriture, est à l'origine de près de 80 % des émissions agricoles. Ces émissions sont majoritairement sous forme de méthane, un gaz à fort pouvoir réchauffant.

La viande rouge provenant des ruminants (boeufs, chèvres, moutons) est particulièrement montrée du doigt. Les ruminants ont un système digestif à plusieurs estomacs qui rejette énormément de méthane. Il faudrait donc limiter à 50 grammes par jour la consommation de ce type de viande.

En complément