Ce n'est pas Jeanne d'Arc

Jeanne d'Arc Cette analyse est l'occasion de tester des méthodes médico-légales et scientifiques sur des restes humains millénaires.

Des résultats préliminaires d'analyses d'ossements et de fragments de peau retrouvés sous un bûcher de Rouen ne permettent pas d'établir qu'il s'agit des restes de Jeanne d'Arc, brûlée vive en 1431 à l'âge de 19 ans.

Des examens préliminaires réalisés sur des ossements et des fragments de peau retrouvés sous un bûcher de Rouen montrent qu'il y a « relativement peu de chances » qu'il s'agisse des restes de la pucelle d'Orléans brûlée vive en 1431.

Le médecin légiste français Philippe Charlier et son équipe de l'Hôpital Raymond-Poincaré étudient les restes humains depuis plus de six mois.

Conservés dans un bocal, du lin, de la peau, une côte humaine, des os félins et d'autres ossements appartiennent aujourd'hui à l'archevêché de Tours.

Charlier-Philippe Le paléopathologiste Philippe Charlier, le 29 septembre 2004.  Photo :  AFP

En 1909, d'autres analyses concluaient à l'authenticité « hautement probable » des restes de la pucelle d'Orléans.

Ce que met en doute l'équipe française. Selon elle, les restes n'ont pas été brûlés. La substance noirâtre qui se trouvait sur certains ossements n'était pas des restes organiques carbonisés comme un corps qui serait passé dans un bûcher. Ces restes noirâtres correspondraient plutôt à des débris végétaux et minéraux, qui ressemblent davantage à une substance d'embaumement.

« Pour l'instant, ce sont des résultats préliminaires que nous annonçons. Nous ferons prochainement un bilan de l'ensemble des recherches. » — Philippe Charlier

De plus, le fragment de lin n'a pas été brûlé, mais teint. Il pourrait quand même dater du 15e siècle.

La vingtaine d'experts estime qu'il pourrait s'agir d'une fausse relique ou d'un reste qui aurait été transformé. Ces restes auraient pu subir une sorte d'embaumement ou de protection, comme cela se faisait lorsque les reliques étaient manipulées.

D'autres examens sont en cours, comme la datation au carbone 14 et des analyses génétiques complémentaires pour déterminer le sexe et l'âge de l'individu. Les résultats seront connus d'ici quelques mois.

Jeanne d'Arc

L'héroïne française, née en 1412, rassemble des troupes pour combattre les occupants anglais et libérer Orléans avant d'être capturée, puis condamnée au bûcher pour hérésie et sorcellerie. En 1920, le pape Benoit XV la canonise, puis elle est déclarée patronne des Français.

Info en continu Afficher le fil complet

Facebook