Découverte d'un monde perdu

Catherine François nous présente les nouvelles espèces découvertes en Nouvelle-Guinée.

Une équipe internationale de scientifiques affirme avoir découvert ce qu'elle qualifie de « monde perdu » dans la jungle de Papouasie/Nouvelle-Guinée, en Océanie.

Une expédition scientifique dans l'une des jungles les plus isolées d'Océanie permet de découvrir des douzaines de nouvelles espèces animales et végétales.

Elle y a recensé, en décembre 2005, des douzaines de nouvelles espèces animales et végétales. Parmi eux, des papillons, des grenouilles, des plantes dont un rhododendron géant.

L'une des plus importantes découvertes du groupe est sans contredit celle d'un oiseau-mouche à la tête recouverte d'une bande orangée. Ce dernier est le premier nouvel oiseau recensé en Nouvelle-Guinée depuis 60 ans.

Les chercheurs ont également observé des animaux déjà connus, mais très rares, comme une espèce d'oiseau du paradis (Parotia berlepschi) dont la science avait perdu la trace depuis sa première description au 19e siècle. Plusieurs expéditions n'avaient pas réussi à retrouver la trace de l'oiseau.

Un kangourou arboricole (Dendrolagus pulcherrimus) a également été observé.

Plusieurs de ces animaux n'ont montré aucune crainte des humains, plusieurs se laissant prendre sans aucune peur.

Les découvertes ont été réalisées dans les montagnes de Foja, au nord du vaste bassin de Mamberamo sur l'île de Papua, en Nouvelle-Guinée.

Les chercheurs ont noté pendant plus d'un mois les détails de leurs observations.

Ces découvertes devront être validées par d'autres scientifiques pour que les nouvelles espèces soient officiellement reconnues, un processus qui pourrait prendre entre six mois et plusieurs années.

Cette région isolée n'avait pas été explorée par les groupes autochtones. Elle ne présentait aucun signe d'une présence humaine passée.

Ailleurs sur le web Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes.

Info en continu Afficher le fil complet

Facebook