Radio-Canada.ca/Nouvelles

Grands titres Le monde Politique Économie Science et Santé


L'arsenic aurait bel et bien tué Napoléon

Mise à jour le mercredi 1 juin 2005 à 16 h 52
.


.
La controverse sur la mort de Napoléon n'en finit plus.

Les thèses voulant que l'empereur français soit mort d'une erreur médicale ou d'un cancer de l'estomac ne seraient pas exactes, selon le Dr Pascal Kintz.

Le toxicologue français soutient que le conquérant déchu serait bel et bien mort d'un empoisonnement à l'arsenic comme l'a prouvé l'analyse de ses cheveux en 2001.

Pour appuyer son hypothèse, il a mené des analyses de l'intérieur des cheveux de Napoléon, et non plus seulement de leur enveloppe capillaire.

M. Kintz vient à la conclusion que le poison a atteint la moelle épinière à partir du cheveu, ce qui implique qu'il a été poussé par le flux sanguin, et qu'il provient d'aliments ingérés.


.
La mort de l'homme d'État français alimente les conversations depuis plus de 40 ans.
.
Les cheveux de Napoléon présenteraient des concentrations en substance toxique de 7 à 38 fois supérieures à la dose « admise ».

Les détracteurs de cette hypothèse la rejettent habituellement en soutenant que l'arsenic détecté était d'origine exogène et n'avait pas été absorbé par l'empereur. Ils soutiennent que le composé toxique était communément utilisé au 19e siècle pour conserver les cheveux.

D'autres chercheurs expliquent la présence du produit par la coutume des vignerons de l'époque de nettoyer leurs cuves avec cette substance et le goût de l'empereur déchu pour le vin.

Ce que réfutent les tenants de l'empoisonnement qui affirment que le type d'arsenic qu'utilisaient les vignerons n'était certainement pas dangereux pour la santé humaine.

En octobre 2002, le magazine Science rapportait que les travaux de trois scientifiques français prouvaient que Napoléon était mort d'un cancer de l'estomac lors de son exil à l'île Sainte-Hélène.

En juin 2001, l'équipe du Dr Pascal Kintz présentait les premières preuves qui appuyaient la thèse de l'empoisonnement de Bonaparte à l'arsenic. Ce sont des analyses de mèches de cheveux de Napoléon 1er qui révèlent la présence de doses anormales d'arsenic.

En août 1998, des chercheurs des universités d'Ottawa et de Yale affirmaient que Napoléon serait mort d'une erreur d'un médecin britannique, qui lui aurait administré un médicament riche en mercure.


Également sur radio-canada.ca

Nouvelles :

Le débat sur la mort de Napoléon est relancé
Article du premier juin 2001

Napoléon ne serait pas mort empoisonné
Article du 29 octobre 2002


hyperliens externes

Empoisonnement de Napoléon: la dernière preuve

Société napoléonienne internationale

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes

Retour au nouvelles Retour aux nouvelles Haut de page  Haut de page
Imprimer   Partager avec un ami

 C'est arrivé le...


7 juin 1973

Début de la visite historique du chancelier ouest-allemand Willie Brandt en Israël.

 Saviez-vous que...

Mariner 2 survole Vénus en décembre 1962. La sonde devient ainsi le premier objet de fabrication humaine à visiter une autre planète.

     DANS L'ACTUALITÉ >>

La conquête martienne

Venus Express, première mission européenne vers Venus

La grippe aviaire

     DOSSIERS >>

Hubble, 15 ans

Saturne et ses anneaux

     ARCHIVES >>

Un bras canadien au service de la science - Les Archives de Radio-Canada



     NOS ÉMISSIONS

Découverte

Les années lumière

La semaine verte

Le carnet techno

L'épicerie