Retour à MontréalPlus.caRetour à QuébecPlus.ca





























Mise à jour le mercredi 24 janvier 2001, 20 h 48 HNE.
 Le chiffon rouge provoque de vives réactions

 
Le vice-premier ministre du Québec, Bernard Landry, a présenté des excuses au sujet des propos qu'il a tenus la veille et qui ont soulevé la controverse.
 

Bernard Landry en point de presse, mercredi.
Extrait vidéo

retourner au bulletin

hyperliens pertinents
  Mardi, au cours d'un point de presse, M. Landry avait déclaré que «le Québec ne ferait pas le trottoir pour un bout de chiffon rouge». Il faisait alors allusion aux conditions posées par Ottawa pour accorder 18 millions de dollars en subventions au Zoo et à l'Aquarium de Québec, soit le bilinguisme dans ces établissements et la présence du drapeau canadien au Zoo et à l'Aquarium pendant 40 ans.
 

  Devant le tollé provoqué par ces propos, dans la presse anglophone notamment, M. Landry a précisé mercredi matin qu'il voulait dire «agiter le chiffon rouge» pour parler de la provocation d'Ottawa, et non s'attaquer au drapeau canadien. «Je regrette que des gens soient choqués, a dit le ministre des Finances. Certaines gens sont choquées, surtout au Canada anglais, j'ai vu les manchettes. Si par cette imprécision j'ai pu choquer des gens, je m'en excuse. Mais j'étais dans une bonne foi absolue et je pensais plutôt (...aux chiffons rouges que les matadors agitent devant les taureaux pour les provoquer). Le mot français, si j'avais voulu être insultant, vous savez, ce n'est pas chiffon, c'est torchon. Et jamais je n'ai pensé ça, j'ai le plus grand respect pour le drapeau du Canada, comme celui de toutes les nations respectables, d'ailleurs», a poursuivi M. Landry.
 

  Dès mardi soir, peu après sa sortie sur le bout de chiffon rouge, Bernard Landry avait dû s'expliquer, dictionnaire à l'appui. Il avait alors déclaré qu'il ne faisait pas allusion au drapeau canadien, avec cette expression tirée du vocabulaire de la tauromachie.
 

 

Pierre Pettigrew
 
Les propos de Bernard Landry sur le chiffon rouge ont été très mal reçus à Ottawa. Le gouvernement fédéral les considère comme «une insulte». «Les contribuables québécois vont avoir à payer 18 millions de plus pour l'Aquarium parce que M. Landry commence son ère en traitant le drapeau canadien de chiffon rouge, a commenté le ministre du Commerce international, Pierre Pettigrew. Ce genre de respect-là n'est pas de très bon augure», a conclu le ministre Pettigrew.
 

  Pour sa part, Stéphane Dion, le ministre des Affaires intergouvernementales du Canada, a accueilli les excuses de Bernard Landry avec scepticisme. «Bien sûr qu'il visait le drapeau canadien avec une expression péjorative, a déclaré le ministre Dion. Et il doit s'en excuser, sans inventer toutes sortes de faux-fuyants». Prudente, la ministre du Patrimoine, Sheila Copps, a déclaré pour sa part que c'étaient là les commentaires d'un seul homme et que cela ne réflétait sûrement pas la pensée de la majorité des Québécois.
 

 
 
Hyperliens pertinents

Page de Radio-Canada sur la course à la direction


Radio-Canada ne se tient aucunement responsable du contenu des sites externes

Partagez
cette information
avec un ami!

Haut de page