Les syndiqués de Postes Canada veulent en faire un vecteur de changement

Les facteurs de Postes Canada refusent de livrer des dépliants anti-avortement afin de protéger la liberté des citoyens. Les facteurs de Postes Canada (archives)  Photo :  PC/Andrew Vaughan

Le Syndicat des travailleurs et travailleuses des postes (STTP) se joint à la campagne « Un grand bond vers l'avant », lancée entre autres par l'auteure et militante Naomi Klein, pour demander au gouvernement Trudeau d'adopter une nouvelle vision du service postal canadien.

Dans une conférence de presse tenue lundi à Ottawa, le président national du STTP, Mike Palecek, et Mme Klein ont livré un plaidoyer pour transformer la société de la Couronne en un « carrefour de convergence pour notre avenir économique. »

Ils proposent notamment :

  • d'installer des bornes de recharge pour véhicules électriques à chaque bureau de poste;
  • de remplacer le parc roulant du service postal par des véhicules électriques construits ici-même;
  • d'étendre le rôle des facteurs pour qu'ils effectuent des « visites de vigilance » aux personnes âgées et aux personnes à mobilité réduite, et qu'ils livrent également des aliments cultivés localement;
  • de créer une banque postale qui rejoint tous les segments de la population et favorisant les investissements verts.

Une telle transformation permettrait à Postes Canada de devenir un vecteur de changement écologique, économique et même communautaire, estiment M. Palecek et Mme Klein. Selon eux, une telle approche s'inscrit dans les engagements du gouvernement Trudeau en faveur d'infrastructures vertes. 

Le président national du STTP, Mike Palecek, et Naomi Klein, en conférence de presse, lundi. Le président national du STTP, Mike Palecek, et Naomi Klein, en conférence de presse, lundi.  Photo :  ICI Radio-Canada

Le regroupement Associations d'organisations communautaires pour la réforme maintenant (ACORN), le mouvement autochtones Idle No More et le Congrès du travail du Canada appuient également ces propositions.

La proposition du syndicat des facteurs survient alors que l'avenir de Postes Canada doit faire l'objet d'un nouvel examen, comme l'avait promis le premier ministre Justin Trudeau en campagne électorale.

Dans sa plateforme électorale, le Parti libéral indiquait vouloir s'assurer « que des services de qualité à un prix raisonnable sont offerts aux Canadiens partout au pays. »