L'institut sur la souveraineté prend forme

L'Institut de recherche sur la souveraineté prend vie

Après des mois de préparation, les premiers jalons de l'institut sur la souveraineté seront posés dans les jours à venir. Selon les informations obtenues par Radio-Canada, il sera baptisé Institut de recherche sur l'autodétermination des peuples et les indépendances nationales. L'acronyme utilisé sera IRAI.

Un texte de Davide GentileTwitterCourriel

Le dépôt de la demande pour obtenir les lettres patentes auprès du Registraire des entreprises se fera dans les prochains jours.

Le président du conseil d'administration et directeur de la recherche sera Daniel Turp. L'ancien député péquiste et bloquiste est aussi juriste et professeur d'université. Selon nos informations, il souhaite doter l'institut de deux grands mandats : d'abord la réalisation d'études sur les avantages de la souveraineté du Québec, mais aussi des études comparatives sur d'autres démarches d'indépendance à l'échelle internationale.

D'après nos sources, l'Institut de recherche sur l'autodétermination des peuples et les indépendances nationales devrait obtenir ses lettres patentes d'ici 10 à 30 jours. L'identité de certains membres du conseil d'administration serait dévoilée d'ici peu. Mais sa composition finale prendra plus de temps. C'est à ce moment que l'on procédera à la nomination d'un ou d'une directrice générale pour l'IRAI.

Une liste de chercheurs associés sera aussi rendue publique bientôt et évoluera jusqu'au lancement de l'IRAI. Des sources indiquent que l'institut devrait lancer ses activités de recherche en mai.

Le mode de financement reste à être précisé. Le C. A. devra aussi déterminer si l'institut tentera d'obtenir le statut d'organisme de charité, ce qui permettrait aux donateurs d'obtenir des reçus aux fins d'impôt.

La mise sur pied de cette entité était une promesse de Pierre Karl Péladeau lors de la course à la direction du Parti québécois. Mais l'institut se veut indépendant et n'aura pas de lien avec le PQ ou avec quelque autre formation politique.

Plusieurs organisations souverainistes de la société civile souhaitent que l'IRAI entame ses activités le plus rapidement possible.