Justin Trudeau maintient le cap sur l'investissement

Justin Trudeau en point de presse à Saint Andrews, au Nouveau-Brunswick Justin Trudeau en point de presse à Saint Andrews, au Nouveau-Brunswick  Photo :  ICI Radio-Canada

Malgré les inquiétudes de la population et des partis de l'opposition au sujet de l'économie canadienne, le premier ministre du Canada, qui réunit son Conseil des ministres jusqu'à mardi au Nouveau-Brunswick, continue de vouloir mettre en oeuvre ses promesses électorales par des investissements massifs.

Le premier ministre a rappelé que les dix dernières années du gouvernement conservateur avaient été concentrées sur les coupes et l'équilibre budgétaire. « C'est plutôt de croissance dont les Canadiens ont besoin », a dit Justin Trudeau en point de presse à Saint Andrews.

« Nous avons été élus avec le mandat fort d'investir dans la communauté et d'aider la classe moyenne en créant le type de croissance qui sera bon pour tous. » — Justin Trudeau, premier ministre du Canada

Le ministre des Finances, Bill Morneau, mène actuellement une tournée de consultation au pays pour préparer son premier budget, dont la date du dévoilement n'a toujours pas été divulguée.

La chef intérimaire du Parti conservateur du Canada, Rona Ambrose, a indiqué dans une lettre ouverte publiée dans le magazine Maclean's, lundi, vouloir rencontrer Justin Trudeau pour parler d'économie. Mme Ambrose s'inquiète du fait que le prochain budget fédéral puisse se solder par un déficit de plus de 10 milliards de dollars.

Justin Trudeau affirme avoir hâte de rencontrer Mme Ambrose pour discuter de ses préoccupations, mais n'a pas voulu confirmer à quoi ressemblerait le déficit du premier budget du gouvernement libéral.

« Nous avons toujours parlé du fait que le Canada avait un faible ratio de dette/PIB, ce qui nous donne une opportunité pour investir, mais notre priorité est aussi de s'assurer que ce ratio continue de diminuer », a répondu le premier ministre, questionné à ce sujet.

« J'ai donné des instructions à Bill Morneau pour mettre [de l']avant un budget fort qui reflète les besoins des Canadiens et de l'économie canadienne [...] et j'ai toute la confiance du monde que c'est exactement ce que nous allons livrer dans notre premier budget. » — Justin Trudeau, premier ministre du Canada

Le chef du Nouveau Parti démocratique, Thomas Mulcair, soutient pour sa part que le nouveau gouvernement devrait utiliser son prochain budget pour corriger les injustices dans le pays.

M. Mulcair affirme qu'il aurait taxé les banques plutôt que de créer un déficit, mais il soutient qu'il faudra attendre le dépôt du budget pour vraiment savoir si les décisions libérales sont problématiques. « On verra quelle sera l'importance de ce déficit et quelle sera la proportion de ce déficit qui sera des dépenses d'infrastructures », explique-t-il.