Régimes de retraite : des syndiqués manifestent 

Le reportage de François Cormier

Les syndiqués municipaux ont manifesté mardi après-midi, notamment à Montréal et Québec, pour dénoncer le projet de loi sur les régimes de retraite des employés municipaux déposé la semaine dernière par le ministre Pierre Moreau.

À Montréal, ils étaient nombreux et bruyants pour dénoncer « un simulacre de négociations ».

Les manifestants ont brûlé leurs casquettes devant l'hôtel de ville. Après avoir éteint le feu, les pompiers ont arrosé l'édifice de la Ville à leur tour en signe de protestation.

« Les actions de mobilisation commencent. Ce n'est pas vrai qu'on va se faire voler nos régimes de retraite et qu'on ne fera rien. » — Marc Ranger, porte-parole du Front commun syndical des employés municipaux

Le porte-parole du Front commun syndical estime qu'« on veut faire porter le chapeau » de la « collusion et de la corruption » dans les municipalités aux syndiqués. « On ne laissera pas faire ça », a-t-il lancé.

« S'il y a des gens qui pensent qu'on fait du théâtre, ils verront dans les prochaines semaines », a avertit Marc Ranger.

« On va se faire entendre, on va se faire voir » dans plusieurs endroits de la province, avait prévenu plus tôt en journée Marc Ranger, qui parle au nom d'une coalition syndicale, représentant 65 000 employés municipaux.

Un peu partout au Québec, des policiers, pompiers, cols blancs et cols bleus ont fait du bruit pendant la pause de 14 h à 14 h 15.

« Ça fait des années que les syndicats disent qu'au niveau du déneigement et de la cueillette des déchets, il y a des problèmes, les contrats coûtent trop cher. Depuis quelque temps, on s'attaque aux conditions de nos employés municipaux, donc on est encore plus furieux », a affirmé M. Ranger lors d'un entretien avec Radio-Canada.

Mardi, le monde municipal a d'une même voix louangé le projet de loi qui établit les balises pour les discussions entre les Villes et les syndicats sur le partage des coûts et des déficits des régimes de retraite des employés municipaux.

Les maires des différentes villes insistent sur l'importance de respecter la capacité de payer des contribuables.

Qualifiant le projet de loi de « véritable hold-up », la coalition syndicale a pour sa part affirmé n'écarter aucun moyen pour le combattre dans les mois à venir, notamment par le biais de grèves illégales.

Une réaction « inacceptable », dit Coderre

Le maire de Montréal, Denis Coderre, a vivement condamné le geste des syndiqués municipaux de faire un feu. « Je trouve totalement inacceptable et irresponsable de faire un feu de cette façon, en face de l'hôtel de Ville », a-t-il dit aux médias.

« Je demande aux syndicats d'arrêter ce genre de choses. Vous pouvez crier des noms, manifester, mais je pense qu'il faut agir de façon responsable. » — Denis Coderre

Le chef de projet Montréal, Richard Bergeron, estime quant à lui que la réaction des syndiqués a été « intempestive, déplacée, excessive ». Il attribue cependant cet éclatement de colère à la satisfaction visible des maires Denis Coderre et Régis Labaume lors de la présentation de la nouvelle loi de Québec sur les régimes de retraite. « Ils ont eu le triomphe un petit peu trop rapide, un petit peu trop éclatant ».

« De part et d'autre, on a fait son spectacle. Je pense que maintenant c'est le temps, posément, de s'asseoir. Il y a beaucoup de possibilités de négociation », affirme le chef de l'opposition.

Quel avenir pour nos retraites? Consultez notre dossier.

Info en continu