Le témoignage de Julie Boulet crée un malaise au PLQ

Le reportage de Martine Biron

Un malaise planait ce matin à l'entrée du caucus du gouvernement libéral de Philippe Couillard au lendemain du témoignage de l'ex-ministre Julie Boulet devant la commission Charbonneau, où elle a déclaré qu'elle ignorait que les ministres du gouvernement Charest devaient recueillir 100 000 $ par année. Une déclaration largement contredite par ses collègues.

Plusieurs d'entre eux affirment sans détour qu'ils étaient tous bien au fait des objectifs de financement que leur imposait le parti lorsqu'ils étaient ministres sous le gouvernement de Jean Charest. Une position qui jette des doutes sur le témoignage de Julie Boulet, qui se retrouve soudainement isolée au sein du caucus libéral.

Questionnés par les journalistes à leur arrivée au caucus jeudi matin, plusieurs ministres, dont Christine St-Pierre, Yves Bolduc et Laurent Lessard, ont confirmé qu'ils savaient que chaque ministre du gouvernement Charest devait recueillir au moins 100 000 $ de financement par an.

Sam Hamad Sam Hamad

Mercredi, le ministre Sam Hamad, qui est formel sur ce point, a déclaré que tous les ministres étaient au courant de leurs objectifs de financement au PLQ sous le gouvernement Charest. Il ne pouvait pas en être autrement, selon lui.

D'après Sam Hamad, ces objectifs étaient fixés par Marc Bibeau et Violette Trépanier, qui seraient même allés les communiquer directement aux membres du caucus à l'époque.

Tout comme son collègue, le ministre de l'Éducation, du Loisir et du Sport, Yves Bolduc, a déclaré jeudi matin aux journalistes qu'il était bien au fait de son objectif de financement de 100 000 $ lorsqu'il était ministre de la Santé au gouvernement Charest.

« Chacun avait un objectif de financement. À l'époque, moi j'étais ministre et donc mon objectif était de 100 000 $. » — Yves Bolduc, ministre de l'Éducation, du Loisir et du Sport

Sa collègue Christine Saint-Pierre avait aussi été mise au courant de ses objectifs de financement, qui lui avaient été communiqués lors de son accession à ses fonctions de ministre, a confirmé Mme Saint-Pierre jeudi matin.

« Ça se peut qu'elle [Julie Boulet] ne le sache pas, mais moi je le savais et d'autres le savaient. » — Christine Saint-Pierre, ministre des Relations internationales et de la Francophonie

Moreau se range du côté de Julie Boulet

Pierre Moreau, ministre des Affaires municipales et de l'Occupation du territoire Pierre Moreau, ministre des Affaires municipales et de l'Occupation du territoire

Tout comme Julie Boulet, le ministre des Affaires municipales et de l'Occupation du territoire, Pierre Moreau, a déclaré jeudi aux journalistes qu'il n'a jamais lui non plus été informé qu'il devait amasser 100 000 $ de financement lorsqu'il était ministre.

« Je pense qu'hier il y a des gens qui ont parlé pour bien du monde. En tout cas, ils n'ont pas parlé pour moi », a précisé Pierre Moreau aux journalistes à son arrivée au caucus libéral.

« Je l'ai déjà dit et je l'ai répété que moi j'ai assisté au Conseil des ministres depuis 2008 comme whip d'abord et après comme ministre, et que jamais, jamais on ne m'a demandé une contribution ou d'atteindre un objectif à 100 000 $. » — Pierre Moreau, ministre des Affaires municipales et de l'Occupation du territoire

L'ex-ministre libérale des Transports Julie Boulet a créé une surprise mercredi devant la commission Charbonneau en déclarant qu'elle ne s'est jamais occupée de financement politique depuis son élection, en 2001, et qu'elle n'avait jamais été informée toutes ces années que les ministres de son gouvernement devaient amasser 100 000 $.

Mme Boulet a déclaré sous serment ne l'avoir appris que lorsque son ministre délégué, Norman MacMillan, l'a déclaré publiquement en 2009.

Ces déclarations ont fait sursauter la commissaire France Charbonneau.

Bien que la fixation d'objectifs de collecte de fonds aux ministres ne soit en rien illégale, l'ignorance totale de leur existence par Julie Boulet a soulevé des doutes sur l'exactitude de son témoignage de mercredi, fait sous serment.

Boulet a encore la confiance de Couillard

Questionné sur ce qu'il pensait du témoignage de Julie Boulet à son arrivée au caucus, le premier ministre Philippe Couillard s'est montré prudent, refusant de commenter le témoignage de Julie Boulet tout en s'abstenant de la défendre.

« On va attendre avant de juger les gens que la commission ait fait son travail et que la commissaire ait produit son rapport », a déclaré Philippe Couillard en rappelant que le fait d'être appelé à témoigner en commission n'est pas un gage de culpabilité en soi.

Philippe Couillard a déclaré en après-midi que Mme Boulet avait encore sa confiance pour demeurer au sein du caucus. 

Questionné par un journaliste sur ses propres objectifs de financement lorsqu'il était ministre de la Santé, Philippe Couillard a répondu qu'il était au courant qu'il y avait des objectifs et qu'il l'avait déjà mentionné pendant la campagne à la direction du parti.

M. Couillard estime que le problème réside dans la hauteur des objectifs qui étaient demandés aux ministres libéraux à l'époque. Cela dit, cette époque est révolue, selon lui, en raison des nouvelles règles de financement en vigueur.

Facebook