Premier budget de l’ère Couillard

Finances publiques : les Québécois prêts à faire des sacrifices, selon Leitao

Entrevue avec Carlos Leitao

Le nouveau ministre des Finances du Québec, Carlos Leitao, soutient que les Québécois sont prêts à accepter les choix difficiles que le gouvernement devra faire pour réduire son déficit budgétaire.

Un texte de Mylène CrêteTwitterCourriel

Dans une entrevue accordée à l'émission les Coulisses du pouvoir, Carlos Leitao affirme que le gouvernement saura convaincre la population d'accepter les coupes à venir.

« C'est un gros défi, mais en même temps je pense que les Québécois sont rendus là, dit-il. L'impasse des finances publiques ne date pas d'aujourd'hui et je pense que les Québécois comprennent très bien qu'on ne peut pas maintenir la croissance des dépenses à un rythme qui excède la croissance des revenus. »

« On est face à une situation délicate. Tout le monde comprend qu'il faut agir. Si on n'agit pas maintenant, ce n'est pas dans cinq ans que l'on va faire cet exercice-là. » — Carlos Leitao, ministre des Finances du Québec

Un rapport dévoilé vendredi par deux experts des finances publiques démontre que le déficit pour l'année financière en cours s'élève à 3,7 milliards de dollars. Luc Godbout et Claude Montmarquette proposent certaines mesures pour stabiliser cet exercice financier, dont le gel de la masse salariale de la fonction publique et le maintien de l'augmentation des frais de garde annoncée par l'ex-ministre des Finances, Nicolas Marceau, le 20 février.

Le premier ministre Philippe Couillard a déjà annoncé qu'il procédera à un gel des embauches dans la fonction publique et qu'il entamera bientôt une révision des programmes. Il mise également sur une relance de la croissance économique pour générer davantage de revenus.

Le gouvernement Couillard continue de viser l'atteinte de l'équilibre budgétaire en 2015-2016 malgré cette augmentation du déficit. « C'est un objectif ferme, répète Carlos Leitao. Ce n'est pas une obsession comme certains disent, c'est une obligation. Nous nous devons de rééquilibrer les finances publiques. Évidemment, le point de départ est différent que celui que nous avions il y a deux ou trois semaines, mais nous allons nous ajuster. »

Le ministre des Finances déposera son budget en juin.