Baird dénonce une « agression à la soviétique »

Radio-Canada avec La Presse Canadienne
Yanik Dumont-Baron et Daniel Thibeault font le point sur les réactions diplomatiques

Le ministre des Affaires étrangères, John Baird, dénonce l'intervention militaire russe en Ukraine, qu'il compare aux anciennes agressions soviétiques.

Sans exclure l'idée de sanctions futures, M. Baird a rejeté l'idée d'une intervention militaire canadienne en Ukraine, où les troupes russes semblent gagner du terrain.

Par voie de communiqué samedi, il a dénoncé « une violation claire de la souveraineté et de l'intégrité territoriale de l'Ukraine » ainsi que du droit international.

« Cela est inacceptable, et nous la condamnons avec la plus grande fermeté », a-t-il dit, faisant écho aux déclarations du premier ministre canadien Stephen Harper

Une rhétorique russe « inacceptable »

Fort d'un vote du Kremlin en faveur d'une intervention militaire en Ukraine, le président russe, Vladimir Poutine, prétend vouloir protéger sa flotte de la mer Noire, basée à Sébastopol, dans la péninsule de Crimée, ainsi que la population russophone de la région.

Pour le ministre Baird, ces affirmations sont « absurdes et ridicules ».

« Il n'a aucun droit d'envahir un autre pays, un pays voisin qui tente d'effectuer la transition vers la liberté et la démocratie », a-t-il déclaré.

« Les excuses et la rhétorique provenant de Moscou sont inacceptables. Personne n'y croit à l'Ouest, et le tout fait paraître M. Poutine ridicule.  » — Le ministre canadien des Affaires étrangères, John Baird, sur les ondes de la chaîne Global

M. Baird a aussi expliqué que son sous-ministre avait convoqué l'ambassadeur russe au Canada afin de lui faire part de son mécontentement.

Le Canada pourrait décider d'expulser le diplomate.

Samedi, le gouvernement canadien a déjà rappelé son propre ambassadeur en Russie, en signe de protestation.

Tout comme les États-Unis, le Canada annulera ses préparatifs en vue du sommet du G8 à Sotchi, en Russie. Il a cependant l'intention de participer aux Jeux paralympiques de Sotchi, prévus du 7 au 16 mars.

Mulcair appuie la position du gouvernement

Le chef du Nouveau Parti démocratique, Thomas Mulcair, a dit soutenir la réaction du gouvernement.

« Je crois que le Canada a misé juste en réagissant aussi fortement face aux agissements de la Russie », a-t-il déclaré en conférence de presse.

Selon lui, il est inacceptable de violer la souveraineté de l'Ukraine. Il s'est toutefois prononcé contre l'expulsion de l'ambassadeur russe.

« Compte tenu du fait que nous devons maintenir jusqu'à un certain point la communication, je pense que ce serait une erreur de songer à l'expulser dans le contexte actuel et considérant ce qui se passe en ce moment », a-t-il soutenu.

Mise en garde d'Ottawa

Le gouvernement canadien recommande à ses ressortissants d'éviter tout voyage en Crimée, « en raison de l'incertitude politique et des opérations des forces armées dans la région, ainsi que des manifestations et affrontements continus ». Ottawa suggère également d'éviter tout voyage non essentiel à Kiev, en raison de la « situation précaire ».

Info en continu