Justin Trudeau critiqué pour une blague sur l’Ukraine

Radio-Canada avec La Presse Canadienne
Le reportage d'Emmanuelle Latraverse

L'ambassadeur ukrainien au Canada demande au chef libéral Justin Trudeau de s'excuser pour une blague sur la situation en Ukraine lancée lors de son passage à l'émission Tout le monde en parle, diffusée dimanche soir à ICI Radio-Canada Télé.

« Le président Ianoukovitch est rendu illégitime. Et c'est très inquiétant, surtout puisque la Russie a perdu au hockey, ils vont être de mauvaise humeur. On craint l'implication russe en Ukraine », a répondu M. Trudeau, lorsqu'un des invités de l'émission, un professeur d'université, lui a demandé de se prononcer sur la crise qui secoue l'Ukraine.

L'animateur Guy A. Lepage l'a alors relancé, en lui demandant si on devait craindre l'implication de la Russie simplement à cause du hockey.

« Non. C'est d'essayer d'amener une optique un peu légère dans une situation qui est extrêmement sérieuse, extrêmement troublante », a-t-il alors précisé.

Cette déclaration a choqué l'ambassadeur ukrainien au Canada, qui demande au chef libéral de s'excuser.

En entrevue sur les ondes de CBC News, Vadym Prystaiko a soutenu qu'une telle blague était inappropriée, surtout après la mort de dizaines de personnes dans les violentes manifestations des derniers jours.

« Manque de jugement »

Les conservateurs et les néo-démocrates ont profité de l'occasion pour remettre en question le jugement du Parti libéral du Canada (PLC).

« Lorsqu'on parle de dossiers sérieux, en étant leader, il faut être sérieux dans tout ce qu'on fait », a déclaré le ministre de l'Immigration, Chris Alexander.

Sur Twitter, le ministre de l'Emploi Jason Kenney a accusé le député de Papineau de trouver que « la crise meurtrière en Ukraine est sujette à des blagues ».

Dans le même message, il rappelle une déclaration passée du chef libéral au sujet de la Chine. En novembre dernier, Justin Trudeau avait indiqué qu'il avait une certaine admiration pour le régime dictatorial de la Chine, lorsque quelqu'un lui avait demandé quel gouvernement d'un autre pays il admirait le plus.

Dans un autre tweet, Jason Kenney va jusqu'à rappeler une déclaration de Pierre Elliot Trudeau, datant de 1981, au sujet de la loi martiale en Pologne.

Le ministre de l'Industrie James Moore a pour sa part qualifié de « surréaliste » la déclaration de Justin Trudeau.

« Ça démontre, encore une fois, son manque de jugement », a pour sa part affirmé le chef du Nouveau Parti démocratique (NPD), Thomas Mulcair.

Marc Garneau défend son chef

Le député libéral de Westmount-Ville-Marie, Marc Garneau, a défendu son chef, en rappelant que la crise en Ukraine était « sérieuse », dans un message également transmis sur Twitter.

« Les libéraux de partout au Canada réunis à Montréal le week-end dernier ont adopté avec une écrasante majorité une résolution spéciale d'urgence soutenant la transition prodémocratique qui semble être en marche dans ce pays », a-t-il ajouté sur son site internet.

Pour sa part, Justin Trudeau n'a pas réagi directement à ces attaques. Dans un message Twitter transmis lundi, il a cependant relayé un article du Globe and Mail qui montre, selon lui, « le besoin qu'a le peuple ukrainien de l'appui des Canadiens ».

Avec les informations de Denis Ferland

Info en continu Afficher le fil complet

Facebook