La réforme de la Loi sur la citoyenneté présentée jeudi

Un certificat de citoyenneté canadienne Un certificat de citoyenneté canadienne  Photo :  Eve Payette

Le gouvernement conservateur devrait présenter jeudi son projet de réforme de la Loi sur la citoyenneté, qui pourrait notamment permettre aux autorités canadiennes de retirer leur citoyenneté à des individus impliqués dans des actes terroristes.

Au moyen de son compte Twitter, le premier ministre Stephen Harper a indiqué lundi que le ministre de la Citoyenneté et de l'Immigration, Chris Alexander, présenterait la réforme de la Loi sur la citoyenneté cette semaine. Il y a également publié un lien vers une vidéo du ministre Alexander, où celui-ci affirme qu'il présentera une révision de la loi qui permettra aux Canadiens de « rester fiers de leur citoyenneté ».

« Les Canadiens sont fiers de leur citoyenneté, ils y attachent plus de valeur que jamais », dit-il. « Nous allons proposer des réglementations pour nous assurer qu'elle garde cette valeur. »

Le gouvernement envisage depuis un moment de serrer la vis aux détenteurs de double nationalité qui voyagent à l'étranger pour lutter aux côtés d'organisations terroristes. Les autorités pourraient retirer la citoyenneté canadienne « en cas de force majeure », par exemple lorsqu'un individu se rend coupable de « trahison » ou « d'actes terroristes »

«  Nous devons être en mesure de retirer la citoyenneté canadienne dans les cas extrêmes, lorsqu'un détenteur de la double nationalité a commis un acte qui le dicte et je crois que tous les Canadiens seront d'accord  », avait dit le ministre Alexander sur les ondes du réseau anglais de Radio-Canada, le 23 janvier dernier.

Deuxième chance

En vertu des changements qui seront proposés, une personne qui s'est vu refuser la citoyenneté par le passé pourrait en faire à nouveau la demande, et l'obtenir.

Les changements proposés permettraient aussi de réparer certaines erreurs en accordant la citoyenneté à certaines personnes à qui elle a été refusée par le passé.

« Certains d'entre eux sont les enfants d'épouses de guerre, d'autres ont fait face à des circonstances qui n'auraient jamais dû les empêcher d'obtenir la citoyenneté », avait-il expliqué en entrevue. « Nous devons rectifier le tir. »

Les conditions d'admissibilité à la citoyenneté et le processus de traitement des demandes sont aussi révisés, afin d'éliminer les importants délais.

Le ministre avait donné cette entrevue peu après l'annonce de la mort de deux Canadiens recrutés par des djihadistes en Syrie.