L'ex-députée bloquiste Francine Lalonde est décédée

Pasquale Harrison-Julien raconte la vie de Francine Lalonde

L'ex-députée du Bloc québécois Francine Lalonde est décédée la nuit dernière, à l'âge de 73 ans. Elle menait depuis sept ans un combat contre un cancer incurable.

Mme Lalonde avait annoncé en septembre 2010 qu'elle souffrait d'une récidive d'un cancer des os et qu'elle ne serait pas candidate aux prochaines élections fédérales, après avoir représenté les circonscriptions de Mercier puis de La-Pointe-de-l'Île à la Chambre des communes depuis 1993.

Francine Lalonde a été porte-parole en matière d'affaires étrangères de 1999 à 2009. L'ex-chef du Bloc québécois Gilles Duceppe, qui l'a approchée pour qu'elle se présente aux élections de 1993, soutient qu'il s'agit de la souverainiste qui a établi le plus de contacts à travers le monde. « Tout le monde la connaissait au Parlement européen. C'est assez extraordinaire », a réagi M. Duceppe sur les ondes d'ICI RDI, à la suite de l'annonce du décès de Mme Lalonde.

« C'est la pionnière du débat sur le droit de mourir dans la dignité. Le projet de loi qu'elle a déposé et défendu plus d'une fois à Ottawa a été l'instigateur de ce grand débat de société qui fait maintenant consensus à notre Assemblée nationale », a affirmé le député bloquiste Louis Plamondon.

Le conjoint de Mme Lalonde, Guy Lamarche, a souligné la contribution de l'ex-députée à faire avancer ce débat et à susciter des réflexions, notamment au Collège des médecins et au sein des juristes.

En entrevue à l'émission 24/60, M. Lamarche s'est rappelé une femme qui « aimait le monde » et qui lui avait montré l'exemple.

« Elle fut pour moi une force de civilisation très forte à mon endroit. » — Guy Lamarche
Entrevue avec Guy Lamarche, conjoint de l'ex-députée Francine Lalonde

La ministre péquiste Véronique Hivon, qui mène le projet de sur l'aide médicale à mourir à Québec, a elle aussi souligné le rôle qu'a joué Francine Lalonde dans ce dossier. « Qu'elle soit décédée [jeudi] soir alors qu'il y a de telles avancées qui se font dans une cause qui lui tenait tellement à coeur, je trouve ça à la fois beau et très triste. Triste qu'elle ne puisse pas voir la suite des choses, l'adoption éventuelle que l'on souhaite du projet de loi pour lequel elle était tellement convaincue », a déclaré Mme Hivon.

Jeudi, le projet de loi sur l'aide médicale à mourir a franchi l'étape cruciale de l'étude détaillée en commission parlementaire. Il pourra être adopté dès la reprise des travaux à l'Assemblée nationale, le 11 février.

« Grâce à sa persévérance, Mme Lalonde a contribué à rendre possible l'adoption, au Québec, d'une telle loi. » — La première ministre Pauline Marois

Francine Lalonde a également été ministre déléguée à la Condition féminine au sein du gouvernement de René Lévesque en 1985, et la première femme à occuper la fonction de vice-présidente de la CSN.

La première ministre du Québec, Pauline Marois, a salué la mémoire d'une femme qui « a consacré sa vie au service de ses concitoyens », comme syndicaliste, députée ou ministre.

Le chef du Parti libéral du Québec, Philippe Couillard, a également offert un message de condoléances. « Mme Lalonde était une militante qui a su faire sa marque, tant en politique provinciale que fédérale. Elle était une personne de conviction dont l'action politique était reconnue et respectée par tous. »

Politiciens, journalistes et personnalités publiques réagissent à la mort de Francine Lalonde sur Twitter.

Pour consulter les réactions au décès de Francine Lalonde à partir d'un téléphone intelligent, cliquez ici.

info en continu

Facebook