Financement illégal : Normandeau demande des rectifications au DGE

Le compte-rendu de Sébastien Bovet

L'ex-ministre libérale Nathalie Normandeau, mise en cause par le Directeur général des élections du Québec (DGE) dans une histoire de financement illégal, somme ce dernier de rétablir les faits.

Le DGE a annoncé mardi avoir déposé huit constats d'infraction contre cinq personnes relativement à l'utilisation illégale de prête-noms. Les faits reprochés ont eu lieu lors d'une activité de financement du Parti libéral tenue en octobre 2008, à Québec, qui aurait profité « plus spécifiquement à Mme Nathalie Normandeau », écrit le DGE.

L'ancienne vice-première ministre déplore que son nom soit ainsi cité alors qu'elle ne fait pas partie des contrevenants allégués. Elle affirme qu'elle n'agissait que comme simple conférencière à cet évènement, et que l'activité n'était pas à son profit, mais à celui du Parti libéral du Québec.  

« Je suis surprise et extrêmement déçue que le directeur général des élections fasse une telle affirmation, qui est grave! Il s'agit de ma réputation, de mon intégrité.  » — Nathalie Normandeau

Le DGE n'a pas réagi aux propos de Mme Normandeau. Il devait communiquer avec ses avocats en soirée­. 

Couillard défend Normandeau et le PLQ

Philippe Couillard en entrevue à l'émission 24/60 Philippe Couillard en entrevue à l'émission 24/60

Le chef du Parti libéral du Québec, Philippe Couillard, défend l'intégrité de l'ex-ministre et du Parti libéral. Selon lui, les élus qui participent à des activités de financement n'en connaissent pas les dessous. 

« Ce sont des activités auxquelles les ministres sont invités comme conférenciers, comme je l'ai été en tant que ministre de la Santé. Nous ne sommes pas du tout impliqués dans l'organisation de la levée de fonds et dans la façon dont on procède. On va beaucoup trop loin!  » — Philippe Couillard

Plus tôt, le député de Québec solidaire Amir Khadir a dit ne pas croire qu'une ministre de la trempe de Nathalie Normadeau, qui était l'invitée principale d'une activité de financement, ait pu ignorer qui y participait et comme on procédait. « Ce serait une insulte à son intelligence », a-t-il affirmé. 

Les accusations 

Le DGE poursuit trois personnes qui, selon lui, ont servi de prête-noms, c'est-à-dire que leurs contributions leur ont été remboursées, ce qui est illégal. Les deux autres sont accusés d'avoir remboursé ces contributions faites au nom de Mme Normandeau.

Les personnes poursuivies par le DGE sont :

  • Normand Lefebvre, de Notre-Dame-du-Mont-Carmel. Dirigeant de la firme Pluritec Ltée au moment des événements, il est poursuivi pour avoir aidé trois employés de cette firme à verser trois contributions de 1000 $ au PLQ autrement qu'à même leurs propres biens;
  • Michel Perreault, de Mascouche. Il fait l'objet de deux constats pour avoir aidé Yanick Dion ainsi que Lucien Laroche à verser une contribution de 2500 $ au PLQ autrement qu'à même leurs propres biens;
  • Yanick Dion, de Montréal. Le DGE lui reproche d'avoir versé la contribution de 2500 $ au PLQ autrement qu'à même ses propres biens;
  • Réjean Bergevin, de Laval. Il aurait aidé Martin Lord à verser une contribution de 1500 $ au PLQ autrement qu'à même ses propres biens;
  • Carole Archambault, de Laval. Elle est poursuivie pour avoir versé une contribution de 1500 $ au PLQ autrement qu'à même ses propres biens.

Outre des amendes de 500 $, le DGE réclame, pour chacun des contrevenants, une amende supplémentaire équivalente à la contribution illégale.

De plus, si elles plaident coupables ou sont condamnées, ces personnes verront leur nom inscrit au registre des personnes non admissibles aux contrats publics tenu par le DGE. Cette dernière mesure sera en vigueur pour une période de trois ans.