Des groupes militants progressistes s'invitent dans la course libérale

Joyce Murray Joyce Murray  Photo :  PC/Adrian Wyld

La campagne de Joyce Murray à la chefferie du Parti libéral du Canada pourrait obtenir un appui de la part de groupes militants qui ont joué un rôle important pendant la course à la direction du Nouveau Parti démocratique, l'an dernier.

Leadnow.ca et d'autres organisations pressent leurs membres de s'inscrire comme partisans du Parti libéral afin de promouvoir l'idée d'une coopération électorale entre les partis progressistes pour assurer la défaite des conservateurs du premier ministre Stephen Harper.

Leadnow.ca peut compter sur 225 000 membres, soit un immense bassin de partisans potentiels pour les candidats à la chefferie. Puisque Mme Murray est la seule, parmi les neuf candidats, à favoriser la coopération, elle court la chance d'être la principale bénéficiaire des efforts de ces groupes.

En effet, au moins deux des groupes en question -- Catch 22 Harper Conservatives et Représentation équitable au Canada (Fair Vote Canada) -- sont ouverts à l'idée d'encourager leurs partisans à soutenir la candidate.

Groupes numériques influents

Leadnow.ca et Avaaz, un autre groupe de militants en ligne avec un total de membres encore plus important, ont mené des campagnes similaires lors de la dernière course à la direction néo-démocrate. Le candidat Nathan Cullen, le seul participant de la course à favoriser la coopération électorale, est venu de l'arrière pour finir avec une solide troisième place.

Les campagnes combinées des deux groupes ont mené à l'inscription de près de 10 000 personnes au Nouveau Parti démocratique (NPD) pour appuyer M. Cullen, estime Jamie Biggar, de Leadnow.ca.

L'influence des groupes numériques pourrait théoriquement être encore plus grande dans le cadre de la course libérale, puisque personne n'a besoin de devenir officiellement membre du parti pour voter en faveur du prochain chef. Quiconque s'inscrit comme partisan libéral a droit d'enregistrer un vote.

Il est cependant peu probable que les efforts des groupes feront dérailler la campagne apparemment irrésistible de Justin Trudeau. Ce dernier a distinctement écarté toute collaboration avec le NPD ou les verts.

Malgré tout, M. Biggar affirme que le but est de démontrer à tous les candidats qu'il existe un désir d'une approche plus coopérative en matière de politique et, à long terme, de persuader les chefs de l'opposition qu'ils doivent unir leurs forces pour mettre fin à la répartition des votes entre les forces progressistes.

Mme Murray propose que les libéraux, les néo-démocrates et les verts organisent des nominations pour choisir un seul candidat pour se présenter dans les circonscriptions gagnées lors des dernières élections par les conservateurs avec moins de 50 pour cent des voix.