Opérations chirurgicales : les listes d'attente publiées chaque mois

Un chirurgien au travail Un chirurgien au travail  Photo :  iStockphoto

Il est maintenant possible de savoir quels sont les temps d'attente pour toutes les opérations chirurgicales dans les différentes régions du Québec. Le gouvernement rend désormais publique la liste des délais, sur Internet.

Le ministre Réjean Hébert, qui avait promis de publier tous les mois l'attente globale des établissements, a précisé que « cela permettra de mieux orienter les patients vers les médecins spécialistes en fonction de leurs besoins et de leur situation »..

Ces informations s'ajoutent à celles déjà publiques qui se rapportaient aux interventions les plus courantes comme les chirurgies de la hanche, du genou ou de la cataracte. Les temps d'attente seront mis à jour chaque mois à l'adresse suivante : www.msss.gouv.qc.ca/accesparspecialite.

La liste rendue publique mardi indique qu'au 15 décembre 2012, le temps d'attente moyen pour une opération de la cataracte était de huit semaines, pour une opération du genou, de 16 semaines, pour une opération de la hanche, 18 semaines, et pour les autres chirurgies d'un jour, 9 semaines.

Les temps d'attente pour ces trois chirurgies sont comparables à ceux que le ministère avait publiés pour l'année 2011. Si les temps sont très bons pour la chirurgie de la cataracte, il n'en est pas de même pour les chirurgies de la hanche ou du genou. L'objectif visé par le ministère était de traiter tous les patients en moins de six mois. Pour la hanche, 79 % des patients sont traités dans ces délais et seulement 76 % le sont pour la chirurgie du genou.

Plus en détail, une personne sur cinq (22 %) en Abitibi doit attendre plus de six mois pour être opérée de la cataracte. À Montréal, 268 patients sur 3794 (7 %) attendent plus de six mois pour se faire opérer.

Concernant l'opération de la hanche, ce sont les résidents des Laurentides qui doivent être les plus patients puisque près de 40 % d'entre eux devront attendre plus de 6 mois avant d'être hospitalisés.

Toujours en 2012, mieux valait être résident du Saguenay-Lac-Saint-Jean pour être opéré du genou puisque 99 % des patients l'ont été à l'intérieur de six mois.

Pour les chirurgies d'un jour, près de 40 % des patients sont opérés après six mois d'attente à Montréal contre 28 % dans la région de la capitale nationale, qui compte cependant près de quatre fois moins de cas.

Au chapitre de la radio-oncologie, à Montréal, 99 % des patients ont entamé leur traitement avant quatre semaines au CHUM, 97 % au Centre universitaire de santé McGill et 100 % à l'Hôpital général juif qui a deux fois moins de patients à traiter en radio-oncologie que le CHUM.

Par contre, il est pour l'instant impossible de savoir si les chirurgies oncologiques respectent les délais prescrits d'un maximum de 4 semaines pour tous les types de cancer. Au ministère de la Santé et des Services sociaux, on affirme que les statistiques disponibles incluent à la fois les chirurgies générales et les chirurgies oncologiques. Pourtant, le dossier des temps d'attente en chirurgies oncologiques a fait l'objet de nombreuses critiques au fil des ans. Ces données seront disponibles plus tard nous assure-t-on.

Un texte de Manon Richard avec la collaboration de Michel Rochon

Facebook