La ministre Maltais souhaite que le DGE scrute des dépenses de l'ère Thériault

La ministre du Travail du Québec, Agnès Maltais

Deux appartements auraient pu être loués par le ministère du Travail pour aider le Parti libéral du Québec lors de la dernière campagne électorale, a laissé entendre la ministre Agnès Maltais, lundi, à Québec.

L'actuel ministre péquiste a fait cette déclaration lors de l'étude des crédits du ministère du Travail à l'Assemblée nationale. Elle affirme que deux chambres ont été louées par le ministère entre le 30 juillet et le 29 août dernier, en pleine campagne.

Une des chambres a été louée pour une employée du cabinet de l'ancienne ministre du Travail Lise Thériault, maintenant porte-parole de l'opposition officielle en matière d'éthique et de déontologie. Mais on ne sait pas pour qui la deuxième a été louée. Agnès Maltais souhaite que le Directeur général des élections fasse la lumière sur ces informations.

« À quoi ont servi ces appartements? S'ils servaient en campagne électorale, comme c'est à mon avis tout à fait contraire à la directive concernant le recrutement, la nomination, la rémunération et les autres conditions de travail du personnel de cabinet du ministre en campagne électorale, que ce soit un remboursement. Je pense que le Directeur général des élections devrait se pencher là-dessus », a dit la ministre Maltais.

Le Parti libéral se défend

L'attaché de presse de l'aile parlementaire libérale, Charles Robert, a indiqué à Radio-Canada que ce type de dépense était permis et encadré par une directive sur les frais de déplacement en période électorale du personnel des cabinets de ministre, découlant de la Loi sur la fonction publique.

« Les frais de déplacement encourus par l'ensemble des membres du personnel d'un cabinet de ministre, au cours d'une période électorale ou référendaire, sont remboursables jusqu'à concurrence du montant fixé par le Contrôleur des finances. » — Extrait du Recueil des politiques de gestion fourni par le Conseil du Trésor

Selon M. Robert, il est normal que du personnel de cabinet suive la ministre en campagne électorale, puisque celle-ci reste ministre. L'attaché de presse a affirmé que toutes les dépenses avaient été faites en conformité avec les règles existantes, et qu'elles avaient été approuvées par le Contrôleur des finances.

Des documents officiels indiquent que les deux appartements faisaient partie du complexe La Cité, à Montréal. Selon Charles Robert, il était normal que le personnel de Lise Thériault soit logé à Montréal, puisqu'elle représente la circonscription d'Anjou-Louis-Riel.

Selon les documents obtenus par Radio-Canada, les appartements ont coûté respectivement 1830 $ et 1640 $ pour la période du 30 juillet au 29 août 2012.