Les véhicules blindés de Stephen Harper en Inde ont coûté environ 1 M$

La limousine du premier ministre canadien La GRC a apporté deux véhicules officiels canadiens pour assurer la sécurité du premier ministre Stephen Harper en Inde

L'envoi par avion des véhicules blindés de Stephen Harper en Inde lors de son plus récent voyage dans ce pays a coûté environ 1 million de dollars aux contribuables. Mais le gouvernement a défendu la dépense mardi à la Chambre des communes.

Le ministre des Affaires étrangères, John Baird, a fait valoir que cette décision avait été prise par la Gendarmerie royale du Canada (GRC) - et non par le gouvernement - afin de s'assurer qu'il n'arrive rien au premier ministre.

« Quand on veut s'assurer de la sécurité du premier ministre, on consulte les experts, ceux qui sont des experts en sécurité. Lorsqu'il s'agit de la sécurité nationale et de la sécurité du premier ministre, nous allons prendre les conseils de la GRC avant celle du NPD. À chaque fois », a lancé le ministre.

Le transport des deux véhicules avait déjà suscité l'indignation de l'opposition en novembre, alors que les journalistes qui accompagnaient le premier ministre l'avaient rapporté.

Cela avait alors incité le Nouveau Parti démocratique (NPD) à exiger du gouvernement qu'il dévoile le coût de ce qu'il a qualifié de « taxi Taj Mahal personnel ».

L'information sur le coût est arrivée avec la rentrée parlementaire : quelque 31 000 $ pour le déplacement du personnel et un peu plus de 1 million de dollars pour l'usage d'un avion des forces armées canadiennes qui a transporté les deux véhicules jusqu'en Inde.

L'opposition revient à la charge

Armé de ces chiffres, le NPD en a remis mardi. « L'aristocratie conservatrice a gaspillé ce million de dollars même si le gouvernement indien allait fournir des véhicules blindés. Pour les conservateurs, pas question d'épargner l'argent des contribuables. Se serrer la ceinture, c'est bon pour tout le monde sauf pour eux », s'est indigné le député néo-démocrate Alexandre Boulerice aux Communes

Le NPD a de plus souligné que les véhicules blindés offerts par l'Inde avaient été jugés adéquats par le première ministre australienne, Julia Gillard, qui les a utilisés. Un responsable du gouvernement indien avait confirmé durant la visite officielle avoir offert une Mercedes Benz blindée pour son usage.

John Baird a rappelé à l'opposition officielle que deux premiers ministres indiens ont été assassinés au cours des 25 dernières années et que la sécurité du premier ministre du Canada est primordiale.

Le chef intérimaire du Parti libéral, Bob Rae, croit qu'il faut juger avec discernement.

« S'il y a une recommandation de la Gendarmerie royale, on doit la considérer, mais pour moi j'ai beaucoup d'expérience où les gens de la police disent « voilà ce qu'il faut faire pour la sécurité », mais de temps en temps, c'est une question du sens commun d'un gouvernement de dire, « mais écoutez, on pense que ce n'est pas nécessaire ».

Quant au chef du Bloc québécois, Daniel Paillé, il ne croit pas l'explication fournie par le ministre qui invoque la décision de la GRC.

« Quand t'es premier ministre, à un moment donné, tu mets ton pied à terre puis tu dis là, ça va faire. OK là? Un million de dollars pour faire combien de kilomètres? Ça a pas de bon sens », a-t-il dit.

La chef du Parti vert, Elizabeth May, croit même que l'explication fournie par les conservateurs est insultante.

« Le message implicite est que nous ne pensions pas que le gouvernement indien pouvait nous fournir des véhicules d'aussi bonne qualité que ceux que nous pouvions apporter du Canada », fait-elle valoir.

« Je ne sais pas ce que va penser le gouvernement indien de la réponse de John Baird », a-t-elle ajouté.


Facebook