Lino Zambito persona non grata au PLQ

Les explications de Véronique Darveau

Exclusif - Radio-Canada a appris que le Parti libéral du Québec a refusé la demande d'adhésion de l'ex-entrepreneur en construction Lino Zambito. « J'ai voulu entrer pour me permettre d'aller dimanche au deuxième débat [des candidats à la direction], parce que c'était sur l'intégrité et la gouvernance, et pour pouvoir y aller, il faut être membre », a dit Lino Zambito vendredi.

Dans sa lettre de refus, le PLQ évoque sa constitution et son règlement général sans élaborer sur les raisons précises de sa décision. « C'est évident vu mes affirmations à la commission Charbonneau, j'ai attaqué du monde qui était dans l'organisation directe du Parti libéral, et puis des anciens ministres. C'est évident pour moi que c'est ça le motif », croit Lino Zambito.

Le Parti libéral du Québec soutient plutôt que « sa vision de la politique ne correspond pas à la nôtre », affirme Michel Rochette, directeur des communications du parti. Il ajoute que Lino Zambito a avoué à la commission faire partie d'un système de collusion et de corruption.

Le PLQ se réserve le droit de refuser la carte de membre à quiconque n'a pas les mêmes intérêts que le parti. Jean-René Dufort, animateur de l'émission Infoman, s'était d'ailleurs vu refuser sa carte de membre il y a quelques années, rappelle Michel Rochette.

Interrogé à savoir si les révélations à la commission Charbonneau pourraient mener à l'exclusion de membres du parti, le porte-parole répond : « Je n'ouvre pas cette porte-là pour le moment. »

Rappelons qu'au cours de son témoignage cet automne, Lino Zambito a déclaré avoir donné 30 000 $ à l'ex-organisateur libéral Pierre Bibeau, ce que ce dernier a nié. L'entrepreneur avait également mis dans l'embarras l'ex-ministre Nathalie Normandeau et Christian Côté, un organisateur de l'ex-ministre David Whissell.

Avec les informations de Marie-Maude Denis

Facebook