Philippe Couillard, nouveau chef du PLQ

Direction du PLQ : les candidats débattent de gouvernance

Le reportage de Davide Gentile

Les trois candidats à la direction du Parti libéral du Québec se sont affrontés lors d'un deuxième débat, dimanche, qui se tenait à Québec. Les anciens ministres Philippe Couillard, Raymond Bachand et Pierre Moreau ont discuté de gouvernance.

Intégrité et transparence

Le premier thème de discussion concernait la commission Charbonneau et les moyens à mettre en place pour combattre la corruption et la collusion dans l'attribution des contrats publics. Selon Philippe Couillard, le mandat de la commission devrait être élargi, pour comprendre l'ensemble des secteurs publics et municipal. Il juge que la commission aurait dû être instaurée plus tôt. Pierre Moreau juge lui aussi que la commission devrait être élargie, et propose de la rendre permanente. Raymond Bachand considère quant à lui que le mandat actuel est déjà assez large.

Pour éviter la corruption et la collusion, Raymond Bachand suggère la rotation des inspecteurs municipaux entre les villes et l'élimination de la règle du plus bas soumissionnaire.

Philippe Couillard a parlé de l'importance de mettre fin aux nominations partisanes dans l'appareil de l'État et de s'assurer d'avoir une fonction publique professionnelle et indépendante. Pierre Moreau abonde dans le même sens, en proposant qu'une commission parlementaire se penche sur les nominations des dirigeants des sociétés d'État et des hauts fonctionnaires.

Pierre Moreau et Raymond Bachand ont par ailleurs critiqué le manque de transparence du Parti québécois concernant la nomination d'André Boisclair comme délégué général du Québec à New York.

Les trois candidats ont aussi dû défendre leur bilan sur le plan de l'éthique et de l'intégrité. À ce sujet, Raymond Bachand et Philippe Couillard se sont prononcés en faveur d'un code d'éthique au sein du PLQ. Pierre Moreau a dit qu'il rendra publiques les dépenses de sa campagne et a invité ses collègues à faire de même.

Sur la question du financement des partis politiques, les trois candidats jugent que la réduction à 100 $ de la contribution annuelle maximale permise est une mesure efficace pour éviter le recours aux prête-noms et réduire l'influence des collecteurs de fonds. Ils ont aussi souligné l'importance pour le Parti libéral de se rapprocher de ses membres.

Les finances publiques

Concernant la fiscalité, MM. Bachand et Moreau se sont montrés favorables à une baisse des impôts et au concept d'utilisateur-payeur. Philippe Couillard a dit prôner une réforme de la fiscalité qui profiterait surtout à la classe moyenne.

Les trois candidats sont plutôt d'accord sur le fait qu'il ne faut pas imposer davantage les plus riches, mais plutôt miser sur la création de richesse, ce qui profitera aux finances publiques.

Raymond Bachand a affirmé de son côté que le problème de la dette avait été « réglé » par le PLQ avec le Fonds des générations et grâce aux surplus budgétaires sous le gouvernement Charest.

En ce qui a trait aux services publics, Philippe Couillard a soutenu que le sens de la solidarité et de la concertation doivent demeurer au centre du modèle québécois. Toutefois, il faut selon lui restreindre le rôle de l'État dans l'économie et réduire l'appareil public.

MM. Bachand et Moreau ont critiqué particulièrement le bilan du Parti québécois en matière d'investissement dans les infrastructures. Pierre Moreau juge que le PQ a peu investi dans les infrastructures quand il était au pouvoir avant 2003, ce qui explique leur était déplorable aujourd'hui. Raymond Bachand dénonce quant à lui les dernières coupes budgétaires du PQ dans ce domaine.

La question canadienne

Sur la question des relations entre le Québec et le Canada, les trois candidats ont réaffirmé qu'ils croyaient au fédéralisme.

Raymond Bachand a souligné les réalisations du gouvernement Charest pour créer de la richesse au Québec avec l'appui du Canada. En réponse à une question de l'animatrice Dominique Poirier qui avançait que les Québécois ne se reconnaissent pas dans le gouvernement Harper, Pierre Moreau a dit qu'une société qui n'est pas satisfaite d'un gouvernement devait le changer, et non changer de pays. Philippe Couillard a dit quant à lui qu'il ne croit pas en un choc de valeurs entre le Québec et le reste du Canada. Il souhaite que le Québec retrouve une place de chef de file au sein de la fédération.

Néanmoins, le système fédéral peut toujours être amélioré, selon les candidats. Par exemple, Raymond Bachand soutient qu'il est essentiel d'avoir des juges bilingues à la Cour suprême. Pierre Moreau dit de son côté que les provinces doivent faire front commun pour encadrer le pouvoir fédéral de dépenser.

Les trois candidats ne semblent pas pressés de lancer des démarches pour que le Québec signe la constitution canadienne. Néanmoins, Philippe Couillard soutient qu'il faudra un jour reprendre la conversation sur le sujet. Il a insisté sur la reconnaissance de la spécificité du Québec et de son caractère distinct.

Pierre Moreau croit que le Québec devra signer la constitution un jour, mais que les Québécois constatent qu'il n'y a pas de conséquences réelles à ne pas l'avoir signée. Raymond Bachand a clairement indiqué de son côté qu'une conversation nationale sur le sujet n'était pas sa priorité.

Lors du premier débat, la semaine dernière à Montréal, les candidats ont échangé sur le thème : « Comment mieux préparer notre relève? ». Toutefois, les trois hommes ont plutôt courtisé leur base que confronté leurs adversaires. La pertinence des cégeps, la connaissance de la langue française chez les immigrants et la réponse libérale à la crise étudiante ont été évoquées.

Les trois candidats avaient aussi mis l'accent sur leurs thèmes de prédilection : la création de richesse pour M. Bachand, l'éducation pour M. Couillard et les jeunes pour M. Moreau.

Le débat suivant se déroulera en anglais, samedi prochain à Montréal.

Le successeur de Jean Charest sera choisi le 17 mars.

Si vous lisez ce texte à l'aide d'un téléphone intelligent, cliquez ici.

info en continu

Facebook