Autochtones : hier, aujourd’hui, demain

Les Autochtones poursuivent leurs manifestations à travers le Canada

Radio-Canada avec La Presse Canadienne
La journaliste Catherine Lanthier résume les événements de la journée

Le mouvement « Idle No More » (Fini la passivité) prend de l'ampleur même si le premier Stephen Harper a accepté de rencontrer des représentants des Premières Nations vendredi prochain. Des manifestants ont bloqué plusieurs routes, ainsi que des postes frontière et des trains partout au pays.

Le retour des fêtes a été perturbé pour près de 1400 voyageurs de Via Rail. Quatre trains ont été bloqués près de Kingston, en Ontario. Les passagers ont terminé leur voyage en autobus. Les voies ont été libérées un peu après minuit dans la nuit de samedi à dimanche. Les activités de Via Rail sont de retour à la normale, alors qu'il s'agit d'une journée importante de déplacement à travers le pays, car le congé des fêtes se termine pour de nombreux Canadiens dimanche.

Par ailleurs, des routes ont été bloquées au Québec et en Saskatchewan. Plusieurs points de passage de frontière ont dû être fermés, notamment près de Niagara Falls, où plus de 200 manifestants ont bloqué une partie du pont entre Fort Érié et Buffalo, dans l'État de New York. 

À Cornwall, environ 350 personnes ont forcé pendant trois heures la fermeture du pont international vers les États-Unis, alors que des centaines d'Autochtones ont manifesté près du poste frontière de Surrey, en Colombie-Britannique.

Consultez notre dossier Autochtones : hier, aujourd'hui, demain

Au Québec, des Innus ont aussi manifesté devant le bureau du ministre fédéral des Transports, Denis Lebel, à Roberval, au Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Dans la péninsule gaspésienne, la route 132 a été bloquée à la hauteur de la municipalité de Maria. 

Les manifestations visent également à soutenir la chef d'Attawapiskat Theresa Spence, qui a cessé de manger des aliments solides le 11 décembre, dans l'espoir d'obtenir une rencontre avec le premier ministre Stephen Harper, le gouverneur général et les autres chefs des Premières Nations. M. Harper a finalement accepté de participer à cette rencontre, vendredi prochain, mais Mme Spence s'est engagée à poursuivre sa grève de la faim jusqu'à ce que la réunion ait effectivement lieu.

info en continu

Facebook