Haïti: Michaëlle Jean espère que le gel des fonds sera temporaire

L'ancienne gouverneure générale du Canada, Michaëlle Jean, avec, à sa droite son mari Jean-Daniel Lafond et, à sa gauche, l'actuel gouverneur général, David Johnston L'ancienne gouverneure générale du Canada, Michaëlle Jean, avec, à sa droite son mari Jean-Daniel Lafond et, à sa gauche, l'actuel gouverneur général, David Johnston  Photo :  PC/FRED CHARTRAND

L'ancienne gouverneure générale, Michaëlle Jean, espère que la décision de l'Agence canadienne de développement international de geler les fonds destinés aux nouveaux projets en Haïti ne sera que temporaire.

« Souvent, quand on parle de geler les fonds, c'est un moment de réflexion, a déclaré l'envoyée extraordinaire pour l'UNESCO en Haïti en entrevue avec La Presse Canadienne, vendredi. J'espère que c'est ce que ça veut dire. Du plus profond de mon coeur, j'espère que c'est ce que ça veut dire. »

Elle reconnaît que les pays donateurs doivent repenser à la manière de distribuer l'argent en Haïti afin d'assurer le succès du processus de reconstruction à long-terme.

Mme Jean aimerait que des pays comme le Canada continuent d'aider Haïti à renforcer son gouvernement affaibli qui a perdu près de 30 % de ses fonctionnaires et tous ses bâtiments sauf un, lors du tremblement de terre de janvier 2010.

« Je ne crois pas qu'on souhaite briser une relation aussi importante que celle qui existe entre le Canada et Haïti », a-t-elle affirmé lorsque questionnée quant à la possibilité qu'Ottawa mette un terme à l'aide étrangère en Haïti.

Dans son édition de vendredi, le quotidien La Presse rapportait que le ministre de la Coopération internationale, Julian Fantino, se disait déçu de l'absence de progrès en Haïti au cours de sa visite dans le pays au mois de novembre.

M. Fantino a également comparé le mauvais état d'Haïti aux meilleures conditions qui règnent en République Dominicaine, son pays voisin sur l'île d'Hispaniola. Il a fait remarquer que les rues étaient envahies de déchets lors de sa récente visite. Il se demande comment un pays qui compte autant chômeurs n'a toujours pas trouvé le moyen d'instaurer un système de collecte d'ordures.

Aider à collecter les déchets

Mme Jean soutient qu'il est très blessant pour les Haïtiens d'entendre des commentaires comme ceux-ci sur la condition de leur pays. « C'est vrai qu'on peut mobiliser la population autour de la collecte des déchets. Une fois que la collecte sera faite, comment est-ce qu'on va gérer les sites de destruction des déchets? C'est tout une expertise, une expertise canadienne entre autres », affirme-t-elle. « Vous pensez que ça fait plaisir de vivre avec ces déchets? Non, ça ne fait pas plaisir. Par contre, ils sont débordés. »

Elle a ajouté que d'organiser une grande corvée de nettoyage serait une bonne idée, mais que Haïti n'a pas les infrastructures coûteuses pour gérer les déchets et pour les éliminer.

« Je crois que M. Fantino a une bonne opportunité maintenant qu'il a été choqué par la situation des déchets, a-t-elle dit en spécifiant que le gouvernement haïtien travaille actuellement sur un plan de nettoyage du pays. Peut-être est-ce que le Canada pourra aider Haïti dans la collecte des déchets. »

« Les pays donateurs et les institutions internationales ont promis une aide totale de 4,46 milliards $ US pour soutenir Haïti après le tremblement de terre. Mais seulement un peu plus de la moitié de ce montant a été versé jusqu'à maintenant. » — Le bureau de l'envoyé spécial de l'ONU pour Haïti, Bill Clinton.

Le budget annuel de cinq milliards de dollars dont dispose l'ACDI a été gelé jusqu'en 2015 en raison des compressions budgétaires du gouvernement fédéral.

Dans une conférence téléphonique avec les médias durant son séjour en Haïti, M. Fantino avait déclaré que l'ACDI n'existait pas pour financer des groupes d'aide indéfiniment, mais bien pour assurer que les Canadiens bénéficient de leurs investissements à l'étranger.

Vue aérienne de Port-au-Prince, capitale d'Haïti Vue aérienne de Port-au-Prince, capitale d'Haïti  Photo :  PC/Romain Blanquart

« Il y a toujours des ajustements à faire, avait-il dit à ce moment. Nous ne ferons pas indéfiniment partie des programmes auxquels nous participons. »

M. Fantino n'était pas disponible pour des entrevues vendredi. L'ACDI a toutefois publié un bref communiqué par courriel : « L'ACDI continuera d'offrir de l'aide aux Haïtiens en réponse à leurs besoins, peut-on lire. Nous continuons également de faire des progrès aux endroits où nous nous sommes engagés à faire du développement à long terme. »

Depuis 2006, le Canada a versé environ un milliard de dollars pour le développement en Haïti, ce qui en fait un des pays donateurs le plus généreux.

 

Facebook