Le chef national des Premières Nations exhorte Stephen Harper au dialogue

Radio-Canada avec Agence France-Presse et La Presse Canadienne
Espoir chez les autochtones

Shawn Atleo, chef national de l'Assemblée des Premières Nations du Canada, demande au premier ministre Stephen Harper et au gouverneur général David Johnston d'entamer le dialogue avec les Autochtones.

MM. Harper et Johnston sont invités à participer le 24 janvier à une conférence regroupant les principaux leaders autochtones du pays. Cette date marque l'anniversaire du sommet organisé par le premier ministre l'an dernier avec les chefs autochtones.

« Les Premières Nations de tout le pays ont fait part de leur inquiétude et de leur frustration à l'égard d'un système en panne qui ne répond plus aux disparités entre elles et le reste du Canada », a déclaré M. Atleo dans un communiqué.

Il fait ainsi référence au mouvement Idle No More (« Nous ne sommes plus passifs ») et la grève de la faim entamée depuis plus de trois semaines par la chef de la réserve ontarienne d'Attawapiskat, Theresa Spence.

« Il n'y a aucune excuse pour l'inaction. Nous devons voir des engagements concrets », a déclaré M. Atleo.

Les Autochtones du pays ont entamé un mouvement de protestation depuis un mois pour dénoncer leurs conditions de vie. Plusieurs actions ont eu lieu dans tout le pays, notamment le blocage du trafic ferroviaire.

Le 11 décembre dernier, la chef Theresa Spence a entamé une grève de la faim devant le Parlement fédéral à Ottawa. Elle a indiqué qu'elle ne mettrait fin à son jeûne que si elle était reçue par MM. Harper et Johnston. Mais le gouverneur général a déjà dit qu'il ne la rencontrerait pas, alors que le premier ministre est resté muet à ce sujet.

Consultée par M. Atleo, Mme Spence a répondu que sa santé fragilisée ne lui permettrait pas d'attendre jusqu'au 24 janvier. Elle continue de revendiquer une rencontre immédiate.

Solidarité

L'Attikamek Herman Niquay, de la communauté innue de Betsiamites, dans la région de Baie-Comeau, commencera le 15 janvier une expédition à traîneau de 400 kilomètres pour « sensibiliser » la population à la cause de Theresa Spence.

En plus des actions au Canada, plusieurs autres ont été menées dans les États américains du Texas et d'Hawaï ainsi qu'en Nouvelle-Zélande. La chaîne de télévision qatarie Al-Jazira a même consacré un reportage à ce sujet.

À Paris, le Français Anthony Schwartzmann organisera une manifestation devant la tour Eiffel le 19 janvier.

« Nous voulons que les Français prennent conscience du triste sort des Premières Nations », a expliqué M. Schwartzmann, d'origine mohawk et huronne-wendate.

Le mouvement Idle No More a reçu l'appui d'une quinzaine d'organisations, notamment Amnistie internationale Canada, l'Assemblée des Premières Nations du Québec et du Labrador, le Sommet des Premières Nations, Lawyers Rights Watch Canada et KAIROS : Initiatives canadiennes oecuméniques pour la justice.

Le mouvement Idle No More a été lancé par Nina Wilson, Sylvia McAdam, Jessica Gordon et Sheelah McLean.

Elles ont profité des discussions à propos du projet de loi C-45 de mise en oeuvre du budget fédéral pour attirer l'attention sur l'impact de cette loi omnibus « non seulement sur les Autochtones, mais également sur les territoires, l'eau et tous les citoyens canadiens », lit-on sur le site Internet du mouvement.

Info en continu Afficher le fil complet

Facebook