Bernard Drainville veut éliminer les indemnités de départ des députés démissionnaires

Entrevue avec Bernard Drainville

Le ministre responsable des Institutions démocratiques et de la Participation citoyenne, Bernard Drainville, veut éliminer les indemnités de départ des députés démissionnaires.

Ces démissions de députés avant la fin de leur mandat provoquent des élections partielles qui coûtent un demi-million de dollars, et les démissionnaires partent avec des indemnités qui varient entre 30 000 et 150 000 dollars.

Bernard Drainville estime que les députés qui se font élire ont une responsabilité envers leurs électeurs et qu'ils ne devraient pas recevoir d'indemnités s'ils se désistent avant la fin de leur mandat, généralement de quatre ans.

Les députés qui souhaitaient obtenir un poste de ministre, mais se retrouvent finalement dans l'opposition ne devraient pas être récompensé lorsqu'ils « redécouvrent tout à coup les vertus de la vie familiale » après un an en poste, selon M. Drainville.

Bien entendu, les départs causés par les ennuis de santé doivent être gérés autrement, selon lui.

Il ajoute que cette décision respecte un engagement pris par la chef du PQ, Pauline Marois, avant de devenir première ministre.

Bernard Drainville précise que les politiciens qui perdent leur élection ou qui terminent leur mandat continueront de recevoir l'indemnité de départ prévue.

Il avoue qu'il est difficile pour une personne s'étant déjà présentée lors d'une élection de trouver un travail après sa vie politique, mais croit que l'engagement pris envers les électeurs est plus important.

Facebook