Tuerie au Connecticut : Marois plaide pour un registre québécois des armes à feu

Tuerie au Connecticut : Denis Ferland rapporte les réactions canadiennes.

La première ministre du Québec, Pauline Marois, juge nécessaire d'instaurer un registre québécois des armes à feu pour éviter qu'un drame comme la tuerie qui a fait 27 morts dans une école au Connecticut ne se produise au Québec.

« L'accessibilité aux armes à feu trop facile, leur manque de contrôle, peut parfois amener des situations comme celle qui est vécue maintenant au Connecticut », a déclaré Pauline Marois depuis New York où elle était en mission économique.

« Je ne veux pas porter de jugement sur les politiques américaines, ils ont droit à leurs politiques, mais quant à nous, il y en a une, elle est très claire, et nous souhaitons pouvoir conserver le registre des armes à feu », a-t-elle poursuivi.

Une nouvelle « horrible », dit Harper

Le premier ministre du Canada, Stephen Harper, a exprimé ses condoléances aux proches des victimes sur Twitter. « Une nouvelle tout simplement horrible. Les pensées et les prières des Canadiens vont aux élèves et aux familles au Connecticut affectés par cette violence insensée », a-t-il dit.

Le ministre canadien des Affaires étrangères, John Baird, a fait écho aux propos du premier ministre. « Profondément triste des informations révoltantes en provenance de Newton#. Nos pensées sont avec nos amis américains en ces temps difficiles », a-t-il déclaré sur le site de microblogage.

De son côté, le chef de l'opposition néo-démocrate, Thomas Mulcair, s'est dit sous le choc. « La douleur et la peur dont nous sommes témoins dépassent l'entendement. [...] Le temps viendra de réfléchir à ce qui s'est passé et aux moyens à prendre pour empêcher d'autres tragédies semblables », a-t-il affirmé dans un communiqué exprimant ses « profondes condoléances aux proches des victimes ».

Le député du NPD Alexandre Boulerice s'est fait moins circonspect, insistant sur l'importance du contrôle de la circulation des armes à feu. « Évidemment, il y aura toujours des fous, mais il faut juste ne pas leur donner la permission d'avoir les pires outils, les pires armes dans les mains pour faire leurs meurtres absolument crapuleux et horrible. [...] À quoi ça sert d'avoir un M-16 ou un AK-47? On ne fait pas la chasse avec ça », a-t-il dit en entrevue à RDI.

L'ampleur de la tragédie a laissé sans voix le chef du Parti libéral du Canada, Bob Rae. « Je ne peux trouver les mots pour décrire mon chagrin après ce qui s'est passé au Connecticut. Aucunes "condoléances officielles" ne peuvent exprimer cette tristesse », a-t-il fait savoir sur Twitter.

Info en continu Afficher le fil complet

Facebook