Avions de chasse : Ottawa va refaire ses devoirs

Le compte rendu de François Cormier

Radio-Canada a appris que le gouvernement Harper devrait mettre en branle un nouveau processus pour sélectionner l'avion de chasse qui remplacera les CF-18.

D'ici la fin de la semaine prochaine, il rendra public un rapport indépendant qui révélera les véritables coûts des F-35, les avions que le gouvernement voulait acheter au départ. Selon La Presse Canadienne, le rapport de KMPG révélerait que le coût du programme pourrait s'élever jusqu'à 40 milliards de dollars alors que les conservateurs avaient initialement prévu que l'achat des F-35 coûterait 9 milliards de dollars.

Dans une déclaration transmise jeudi soir par courriel, le gouvernement confirme qu'il a reçu le rapport de la firme KPMG et en fait présentement l'examen. Il affirme aussi qu'une mise à jour sera présentée d'ici la levée des travaux de la Chambre des communes pour la période des fêtes.

Cependant, le gouvernement avait préalablement démenti les rumeurs selon lesquelles l'option des F-35 est totalement exclue.

Selon des sources, ces appareils seront considérés dans l'appel d'offres.

Le contrat des F-35 avait été accordé sans appel d'offres, ce qui avait soulevé un tollé aux Communes.

Un processus « bâclé », selon le NPD

Le Nouveau Parti démocratique (NPD), qui dénonce depuis longtemps le manque de transparence du processus qui a mené au choix du F-35, a multiplié les questions pour tenter de connaître les autres avenues envisagées par les conservateurs pour remplacer les CF-18.

« Il y a eu clairement des accrocs au processus d'approvisionnement suivi par le gouvernement », estime la députée de Pierrefonds-Dollard, Lysane Blanchette-Lamothe, membre du comité des comptes publics. « Le processus a été bâclé. Ils n'ont pas émis d'énoncé des besoins avant de procéder à l'appel d'offres. Ils l'ont rédigé par la suite pour qu'il soit corresponde au F-35. »

La députée de Pierrefonds-Dollar, Lysane Blanchette-Lamothe La députée de Pierrefonds-Dollar, Lysane Blanchette-Lamothe

Mme Blanchette-Lamothe souligne que les conservateurs ont persisté à maintenir leur processus opaque malgré les interventions répétées de sa formation à ce sujet en chambre et le rapport accablant du vérificateur général.

Le rapport d'une firme indépendante, qui sera publié la semaine prochaine, a « sûrement joué un rôle » dans la volte-face du gouvernement. Mme Blanchette-Lamothe, qui se réjouit que le processus d'approvisionnement soit repris, insiste toutefois sur l'importance de s'engager dans un processus transparent.

Mme Blanchette-Lamothe souligne qu'il faut s'assurer d'obtenir le meilleur appareil au meilleur prix tout en s'assurant un maximum de retombées industrielles. « Quand on dépense autant d'argent, il faut s'assurer qu'il y ait une partie de cet argent qui revienne dans notre économie », poursuit-elle.

Le NPD, qui convient de la nécessité de remplacer les CF-18, dénonce par ailleurs la perte de temps et d'argent qu'entraîne la reprise du processus d'approvisionnement.

Le PLC réclame un plan

Le chef de la deuxième opposition, Bob Rae, abonde dans le même sens que Mme Blanchette-Lamothe en réclamant un plan. Il souligne qu'il faut évaluer les besoins des militaires canadiens « au cours des 25 prochaines années » avant de procéder à un appel d'offres pour obtenir le meilleur prix possible.

M. Rae accuse le gouvernement d'avoir agi dans le secret en induisant les Canadiens en erreur en cachant le coût réel des F-35.

« Je ne vois pas comment le ministre de la Défense peut continuer [à occuper son poste]. Il représente Lockhead Martin, c'est un vendeur, depuis qu'il est entré en poste. » — Bob Rae

« Son manque de sincérité avec le parlement canadien a été directement critiqué par le vérificateur général », poursuit M. Rae. Il estime que le gouvernement n'a jamais étudié d'autres possibilités que l'achat des F-35. « Ils ont insisté sur le fait que les coûts étaient précis et raisonnables, déplore M. Rae. Et, tout ce que le gouvernement a dit est complètement non véridique. »

Le chef intérimaire du PLC, Bob Rae Le chef intérimaire du PLC, Bob Rae

M. Rae cite les questionnements des gouvernements américains et néerlandais au sujet de cet avion de chasse alors que « le gouvernement [canadien] continue de cacher l'information complète en ce qui concerne les coûts réels ».

De son côté, Ottawa se défend de manquer de transparence. « Nous sommes résolus à exécuter le plan en sept points et à aller de l'avant avec notre approche exhaustive et transparente en vue de remplacer la flotte vieillissante d'appareils CF-18 du Canada », dit le gouvernement.

En avril dernier, le vérificateur général du Canada, Michael Ferguson, avait publié un rapport accablant sur les coûts réels de l'achat des avions F-35 ainsi que sur la façon dont les appareils ont été choisis.