Daniel Breton : la CAQ souhaite annuler la commission parlementaire

Daniel Breton Daniel Breton, ex-ministre de l'Environnement du Québec

Pour des motifs humanitaires, la Coalition avenir Québec (CAQ) va demander mardi l'annulation de la commission parlementaire devant laquelle devait comparaître Daniel Breton vendredi.

Le député de Sainte-Marie-Saint-Jacques a remis sa démission jeudi dernier à titre de ministre de l'Environnement à la suite de révélations sur son passé de mauvais locataire et de mauvais payeur, accumulant les condamnations et les amendes.

Mais auparavant visé par des allégations d'ingérence, M. Breton devait aussi se présenter en commission parlementaire vendredi prochain pour justifier sa visite controversée au Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE) le 24 octobre.

Selon des informations rapportées par un quotidien, M. Breton aurait demandé aux commissaires du BAPE de lui fournir leur numéro de cellulaire. Il les aurait prévenus qu'il leur ferait part de son mécontentement si une décision du BAPE devait lui déplaire.

Maintenant que M. Breton a renoncé à ses fonctions ministérielles, il n'y a plus lieu de tenir cette commission parlementaire, a soutenu le porte-parole du deuxième groupe d'opposition en matière de ressources naturelles, François Bonnardel.

En retournant sur les banquettes arrière de l'Assemblée nationale, M. Breton a payé le prix fort pour ses erreurs passées, a dit le député de Granby, prêt à tourner la page sur les allégations d'ingérence qui pesaient sur le ministre déchu.

À son avis, la tenue de la commission parlementaire serait de l'acharnement sur une personne « blessée ». La CAQ ne va pas participer à ce genre d'exercice, a confié le député.

Chez les libéraux, aucune décision n'avait été prise en fin d'après-midi lundi sur le sort de la commission parlementaire, mais une annonce était attendue sous peu. L'opposition officielle est à l'heure des décisions dans ce dossier, a indiqué le porte-parole de l'aile parlementaire libérale, Charles Robert.