La CAQ sollicite des dons pour lutter contre la corruption

Si le gouvernement du Parti québécois a voulu montrer qu'il inscrivait l'intégrité au coeur de ses priorités, la Coalition avenir Québec n'entend pas lui laisser enfourcher son principal cheval de bataille. Après en avoir fait l'enjeu central de sa campagne électorale, la CAQ reprend le thème de la lutte contre la corruption pour solliciter des dons.

Le parti de François Legault a d'ailleurs profité de la transmission télévisée des audiences de la commission Charbonneau pour diffuser sa publicité, également disponible sur Internet.

« Si l'on veut une société meilleure pour nos enfants », affirme la formation dans la publicité montrant une fillette se laver les mains, « il faut donner son appui à une vision propre qui est loin de celle des vieux partis politiques ».

« En donnant 20 $ à la Coalition avenir Québec, [...] vous donnez de l'argent propre à un projet propre. » — Extrait du message publicitaire de la CAQ

Ce don permettra de donner « l'espoir qu'un vrai ménage se fasse enfin », ajoute le message publicitaire, qui présente la CAQ comme étant « à l'origine du mouvement anti-corruption ».

C'est la députée caquiste Sylvie Roy qui avait la première réclamé la tenue d'une enquête publique sur l'industrie de la construction alors qu'elle représentait les couleurs de l'Action démocratique du Québec.

Le ministre Jean-François Lisée, dont le gouvernement a fait de la l'intégrité l'objet de son premier projet de loi, n'apprécie pas le message lancé par la CAQ. « M. Legault est le déserteur de la lutte anticorruption au Québec, a-t-il déclaré. Il ne s'est rendu compte de son importance qu'à la toute fin, après le dépôt du rapport Duchesneau », en septembre 2011.

Le rapport de Jacques Duchesneau, qui dirigeait alors l'Unité anticollusion, mais qui est maintenant député de la CAQ dans la circonscription de Saint-Jérôme, révélait des malversations dans l'attribution de contrats par le ministère des Transports.

François Legault « est mal placé aujourd'hui pour donner des leçons de lutte à la corruption à qui que ce soit », a lancé M. Lisée.