La CAQ pose ses conditions pour appuyer le budget

Le chef de la CAQ, François Legault, et le porte-parole du parti en matière de Finances, Christian Dubé. Le chef de la CAQ, François Legault, et le porte-parole du parti en matière de Finances, Christian Dubé.

Le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault, pose quatre conditions pour appuyer le budget qui sera déposé le 20 novembre prochain par le ministre des Finances Nicolas Marceau.

Les quatre conditions de la CAQ pour appuyer le budget Marceau :

  • Aucune hausse d'impôts;
  • Abolition de la taxe santé sur deux ans;
  • Atteinte de l'équilibre budgétaire, comme prévu, l'an prochain;
  • Mise en place d'un plan crédible avec des mesures concrètes pour relancer l'économie du Québec.

M. Legault et le porte-parole de la CAQ en matière de Finances, Christian Dubé, ont fait part de leurs attentes mardi matin, au lendemain de la rencontre de M. Dubé avec l'équipe du ministère des Finances.

« Nous, on veut être bien clair pour ce qui est du vote concernant le budget qui sera déposé la semaine prochaine. On a posé quatre conditions pour voter pour le budget. » — François Legault

« Si on n'a pas ces quatre conditions, on va voter, les 19 députés [de la CAQ] à l'Assemblée nationale, contre le budget », a déclaré M. Legault.

Des solutions mises de l'avant

Lors de sa rencontre de lundi, Christian Dubé dit avoir expliqué clairement au ministre Marceau qu'il était inconcevable d'envisager des hausses d'impôts actuellement au Québec.

« Je lui ai donné, à titre d'exemple, la réaction des citoyens à Montréal, il y a quelques semaines, quand il y a eu une annonce sur la taxe foncière. Je lui ai dit que les gens se sentaient un peu de la même façon à Québec, et donc, de ne pas aller là », a expliqué M. Dubé.

Le porte-parole de la CAQ en matière de Finances dit avoir donné de nombreuses solutions de rechange aux hausses d'impôts au chef de cabinet de Nicolas Marceau, Jean-François Gaudreault, lors de leur rencontre.

L'équipe caquiste dit avoir fourni un certain nombre d'exemples aux péquistes, à l'image de certaines propositions qu'elle avait mises de l'avant lors de la dernière campagne électorale. M. Legault a notamment évoqué des compressions chez Hydro-Québec, dans les commissions scolaires ou encore dans les agences de santé.

Selon Chistian Dubé, Jean-François Gaudreault a bien écouté les suggestions formulées, mais il répliquait chaque fois que cela n'était « pas possible » ou « pas assez ».

M. Dubé a par ailleurs estimé que l'équipe péquiste semblait manquer d'expérience pour gérer la situation critique à laquelle elle fait face. « Il est intéressant de voir que ces gens-là ne sont peut-être pas habitués dans des situations critiques comme ça, et je les ai senti un petit peu désemparés », a-t-il commenté.

Des dépenses trop élevées, selon M. Legault

Le chef François Legault a lui aussi insisté sur le fait qu'il est « impensable » d'alourdir le fardeau fiscal des Québécois. Selon lui, le problème au Québec n'est pas que les impôts sont trop bas, mais plutôt que les dépenses sont trop élevées.

M. Legault a tenu à préciser qu'il était possible de réaliser des compressions en ne touchant pas les services aux citoyens, mais plutôt l'administration.

« Il faut au Québec qu'on soit capables de sortir des vieilles habitudes des vieux partis. Les deux vieux partis font toujours la même chose : quand ils ont un problème, tout de suite on pense à piger dans les poches des contribuables avant de faire le ménage dans la bureaucratie », a déclaré M. Legault.

Le ministre Nicolas Marceau doit présenter le premier budget du nouveau gouvernement du Parti québécois le 20 novembre. Il a déclaré que le dépôt d'un budget à l'automne était nécessaire afin de mettre en oeuvre les dispositions pour lui permettre de revenir à l'équilibre budgétaire en 2013-2014.

info en continu

Facebook