Nouvelles places en garderie : Québec va de l'avant

Garderie (archives) Garderie (archives)

Le gouvernement Marois annonce la création de 28 000 places de services de garde à contribution réduite d'ici la fin 2016, dont 13 000 étaient déjà prévues.

L'annonce du gouvernement faisait partie des engagements électoraux du Parti québécois lors de la dernière campagne.

Par cette annonce, le gouvernement affirme qu'il complétera le réseau en « rendant disponibles 250 000 places à contribution réduite ».

Le gouvernement explique dans son communiqué que la réalisation de ces places s'effectuera en « deux phases ».

Pour la première phase, le gouvernement donne son accord pour 13 000 places. Il est à noter que ces nouvelles places « ont été recommandées par les comités consultatifs régionaux » à la suite de l'appel de projets lancé en 2011.

Par la suite, le gouvernement lancera en février prochain « un nouvel appel de projets pour la création de 15 000 places supplémentaires à contribution réduite ».

Après la réception des projets déposés avant la fin juin 2013, les 22 comités consultatifs régionaux les analyseront et recommanderont « ceux qui correspondent le mieux aux besoins du milieu ».

Les 28 000 nouvelles places seront toutes disponibles d'ici quatre ans.

« Notre objectif est que d'ici la fin de 2016, chaque famille désirant que son enfant fréquente un service de garde puisse le faire. Ce sera enfin : un enfant, une place », a déclaré Pauline Marois.

Les nouvelles places se traduiront par une augmentation annuelle de 261 millions de dollars des coûts de fonctionnement du réseau, lorsqu'il sera complété.

Les libéraux sceptiques

L'opposition officielle a soutenu qu'après avoir promis de maintenir le gel des frais de garde, la première ministre Marois devra expliquer d'où proviendront les 500 millions de dollars nécessaires pour respecter cet engagement.

La porte-parole libérale en matière de famille, Danielle St-Amand, a mis en doute la capacité du gouvernement péquiste à « livrer » aux parents 15 000 places supplémentaires compte tenu du contexte budgétaire dans lequel est plongé le Québec.

« Les 13 000 premières places qu'ils annoncent c'est du réchauffé, c'est quelque chose qu'on avait déjà "budgeté", et les autres, c'est pour dans plus d'un an. D'ici un an, il n'y a pas de nouvelles places annoncées pour les familles du Québec », a-t-elle affirmé.

En complément

Ailleurs sur le web Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes.

Facebook