Le sénateur Patrick Brazeau est le moins assidu à la Chambre haute

Radio-Canada avec La Presse Canadienne
Les précisions de Marc Godbout

Le plus jeune sénateur de la Chambre haute est aussi celui qui s'est absenté le plus souvent au cours de la session parlementaire qui vient de se terminer. Le siège du conservateur Patrick Brazeau a été vide pendant 25 % des 72 séances du Sénat qui se sont déroulées entre juin 2011 et avril 2012.

Le registre de présences du Sénat montre que le sénateur de 37 ans est passé bien proche d'être mis à l'amende. S'il s'était absenté quatre jours de plus, il aurait été sanctionné. Les sénateurs ont la permission de s'absenter 21 jours chaque session parlementaire sans s'expliquer. Après cette période, ils peuvent être mis à l'amende -- 250 $ par journée manquée.

Patrick Brazeau a aussi manqué 65 % des rencontres du Comité permanent sur les peuples autochtones, où il siège, et 31 % des rencontres du Comité permanent des droits de la personne, dont il est le vice-président.

Le sénateur a expliqué que des raisons personnelles justifiaient ce manque d'assiduité. Il n'a pas souhaité en dire davantage, mais s'est adonné à un échange de messages avec une journaliste de La Presse Canadienne sur Twitter.

Selon le député néo-démocrate Charlie Angus, M. Brazeau est le « plus bel exemple » du Sénat, cette institution dont le côté démocratique est remis en doute. « Il est même surprenant qu'il se présente, a lancé M. Angus. Il a un emploi à vie. Il n'y a pas de reddition de comptes, pas de motion de blâme, il va y siéger jusqu'à ce qu'il atteigne l'âge de 75 ans. »

Les autres sénateurs les plus souvent absents sont le libéral Roméo Dallaire et la conservatrice Janis Johnson. M. Dallaire n'était qu'à six jours d'absence d'être mis à l'amende, ayant manqué 22 % des séances du Sénat. L'auteur et lieutenant-général à la retraite dit avoir plusieurs engagements publics, et il a passé trois semaines et demie en République démocratique du Congo, au Soudan du Sud et en République centrafricaine, afin de poursuivre ses recherches sur les enfants soldats.

En revanche, plusieurs sénateurs se montrent très assidus, dont le libéral Jim Munson et les conservateurs Con Di Nino et Jacques Demers.

L'absentéisme était davantage un problème il y a une décennie, lorsqu'une poignée de sénateurs étaient absents pendant de très nombreuses séances.

Échange viral sur Twitter

En réaction à un article de La Presse Canadienne sur son manque d'assuidité, Patrick Brazeau a publié mardi soir un message qui a enflammé la twittosphère.

S'adressant à la journaliste Jennifer Ditchburn, le sénateur a écrit sur Twitter : « Pendant que vous souriez, Jen, d'autres personnes souffrent. Changez le 'D' pour un 'B' dans votre nom de famille, et nous sommes quittes! Je ne le pense pas, mais cela devait être dit ».

Il avait précédemment sous-entendu que les reporters manquaient de considération pour la vie privée des gens. La journaliste a souligné qu'elle avait « appelé [son] bureau à deux reprises et que des courriels ont été échangés avant la publication de l'article. »

Le sénateur Brazeau a rétorqué qu'il aurait été ouvert à une rencontre pour établir les faits, avant que ne soit publiée « une histoire qui ne tient compte que d'une version. »

Le sénateur s'est ensuite excusé, toujours via son compte Twitter : « Je m'excuse pour ces commentaires [...] Je suis travaillant et je prends mon rôle au sérieux, mais les enjeux personnels sont la priorité. Il y a des gens qui parfois sont dans le besoin. Désolé! »

M. Brazeau a été très visible dans les médias vers la fin du mois de mars, alors qu'il a affronté le député libéral Justin Trudeau lors d'un match de boxe destiné à recueillir des fonds pour des oeuvres caritatives. Il était donné gagnant, mais a finalement perdu par K.O. technique.

info en continu

lundi 22 décembre

Facebook